Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Jérôme Garcin

journaliste français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Garcin.
Jérôme Garcin
Description de cette image, également commentée ci-après
Jérôme Garcin en 2011.
Naissance (61 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Jérôme Garcin, né le à Paris, est un journaliste et écrivain français. Il dirige le service culturel du Nouvel Observateur, produit et anime l'émission Le Masque et la Plume sur France Inter, et est membre du comité de lecture de la Comédie-Française.

Sommaire

BiographieModifier

Né en 1956, Jérôme Garcin perd son frère jumeau Olivier en 1962. Il lui consacrera Olivier, un récit paru en 2011. En 1973, son père Philippe Garcin, éditeur aux Presses universitaires de France (PUF), meurt d'un accident de cheval à l’âge de 45 ans. Il lui consacrera son premier roman, La Chute de cheval[1]. Il se sent depuis "escorté par deux ombres qui se ressemblent"[2].

Il fait sa scolarité au lycée Henri-IV à Paris avant d'entreprendre des études de journalisme. Il travaille ensuite pour le journal L'Événement du jeudi. Il publie ses premiers poèmes, introuvables, au début des années quatre-vingt. En 1989, il succède à Pierre Bouteiller pour animer l'émission Le Masque et la Plume de France Inter dont il deviendra plus tard également le producteur. Il occupe aussi les fonctions de directeur adjoint de l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur et collabore au journal Service littéraire. Ancien membre du jury du Prix Décembre, il est nommé à celui du Prix Renaudot en mars 2010[3]. La même année, il fait partie du jury du prix Françoise-Sagan.

ŒuvreModifier

 
Jérôme Garcin en 2012 avant le début du Masque et la Plume.

Prix et récompensesModifier

ControverseModifier

Le site Acrimed pointe un conflit d'intérêts entre son métier de critique littéraire, d'animateur producteur de l'émission de radio la plus prescriptrice en matière littéraire, et celui d'écrivain : les critiques très élogieuses à propos de l'œuvre de Jérôme Garcin ne seraient pas étrangères à la position dominante qu'il occupe dans le microcosme littéraire français[12],[13].

Famille et vie privéeModifier

Jérôme Garcin est le petit-fils du médecin neurologue Raymond Garcin (1897-1971). Il est marié à l’actrice Anne-Marie Philipe, fille de l’acteur Gérard Philipe, dont trois enfants : Gabriel, Jeanne et Clément.

Dans Le Syndrome de Garcin (2018), il retrace sa double lignée médicale (« hippocratique »), paternelle et maternelle[14].

Notes et référencesModifier

  1. Entretien avec Pascale Clark dans « Comme on nous parle », sur France Inter, 10 février 2011.
  2. Jean-Claude Raspiengeas, Jérôme Garcin, orphelin de frère, La-croix.com, 2 février 2011 (consulté le 22 février 2017)
  3. Beigbeder et Garcin au Renaudot dépêche AFP du 10 mars 2011.
  4. Jérome Garcin à propos de Barbara, Ina.fr, 25 novembre 1999 (consulté le 22 février 2017)
  5. Christian Authier, L'ami retrouvé, Lefigaro.fr, 7 février 2008
  6. « Le 20e Prix Nice Baie des Anges pour... Jérôme Garcin », sur Bibliobs, (consulté le 26 mai 2015)
  7. Vincy Thomas, « Le Prix Relay des voyageurs 2015 pour Jérôme Garcin », sur Livres Hebdo, (consulté le 2 juillet 2015)
  8. Anne-Laure Walter, « Jérôme Garcin remporte le prix du Parisien magazine », sur Livres Hebdo, (consulté le 21 octobre 2015)
  9. « « Le syndrome de Garcin », une famille hippocratique », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  10. Jérôme Garcin, Academie-francaise.fr, consulté le 22 février 2017
  11. Anne-Laure Walter, Jérôme Garcin remporte le prix du Parisien magazine, Livreshebdo.fr, 21 octobre 2015
  12. « Critique influent et écrivain célébré : un cumul légitime ? L’exemple de Jérôme Garcin » par Didier Duterrier, Mathias Reymond et Nicolas Boderault, 2 février 2011.
  13. « Jérôme Garcin : copinages, connivences et renvois d’ascenseur (toujours) » par Denis Souchon, 30 mars 2015.
  14. En effet, du côté de sa mère Françoise Launay, Jérôme Garcin est le petit-fils du pédopsychiatre Clément Launay (1901-1992) et de sa femme Madeleine. Du côté paternel, son grand-père le professeur Raymond Garcin, éponyme du syndrome de Garcin en neurologie, était par sa femme Yvonne Guillain (1907-1968) le gendre du professeur Georges-Charles Guillain (1876-1961 ; co-éponyme du syndrome de Guillain-Barré et du syndrome de Guillain-Alajouanine-Garcin en neurologie ; professeur à l'hôpital de la Salpêtrière ; médecin de Loti) ; par sa femme Juliette Chauffard (1885-1942), Georges-Charles Guillain était le gendre du professeur Anatole Chauffard (1855-1932 ; cardiologue, médecin de Verlaine à l'hôpital Broussais) ; lui-même, par sa femme Jeanne-Louise Bucquoy, gendre du professeur Jules-Marie-Edme Bucquoy (1829-1920 ; professeur cardiologue à l'Hôtel-Dieu de Paris ; président de l'Académie de médecine) ; ce dernier était par sa femme Maryvonne-Louise Danyau, gendre du professeur Antoine-Constant Danyau (1803-1871 ; chirurgien obstétricien à l'hospice de la Maternité/Port-Royal) ; lui-même, par sa femme Claire Roux, gendre du professeur Philibert-Joseph Roux (1780-1854 ; chirurgien à la Charité et à l'Hôtel-Dieu de Paris ; élève de Bichat) ; par sa femme Marie-Adélaïde Boyer, Philibert Roux était le gendre du professeur Alexis Boyer (1757-1833 ; le baron d'Empire Boyer, ancien garçon barbier, chirurgien à la Charité et à l'Hôtel-Dieu de Paris, fut premier chirurgien de Napoléon). Jérôme Garcin dit sa fierté de descendre de médecins dévoués et passionnés, certes des mandarins, mais animés d'une sorte de bonté et d'une grande attention envers leurs patients, cliniciens humanistes, souvent de grande culture littéraire, bien loin de la médecine technicienne et technocratique qui domine aujourd'hui.

Voir aussiModifier