Le Parisien Week-end

(Redirigé depuis Le Parisien Magazine)

Le Parisien Week-end
ou
Aujourd'hui en France Week-end
Image illustrative de l’article Le Parisien Week-end
Ancien logo du Parisien Magazine.

Pays France
Zone de diffusion France
Langue français
Périodicité hebdomadaire (tous les vendredis)
Format magazine
Genre généraliste - culture, société, international, conso
Prix au numéro Le Parisien Magazine (quotidien compris) : 2,40 
Aujourd'hui en France Magazine (quotidien compris) : 2,00 
Diffusion 420 126 ex. (2013)
Date de fondation 2012
Éditeur LPM
Ville d’édition 10 boulevard de Grenelle, Paris 15e

Propriétaire LVMH
Directeur de la rédaction Nicolas Charbonneau
Rédacteur en chef Yolaine de Chanaud - Christine Monin
ISSN 2262-6077
Site web leparisien.fr/week-end

Le Parisien Week-end, qui prend le nom de Aujourd'hui-en-France Week-end en province, est un supplément hebdomadaire vendu le vendredi avec le journal Le Parisien (ou avec le journal Aujourd'hui-en-France en province) depuis . Diffusé chaque semaine à environ 420 000 exemplaires[1], ce magazine est édité par la société LPM, filiale du Parisien.

Avant son changement de nom en 2017, il était intitulé Le Parisien Magazine, ou Aujourd'hui-en-France Magazine en province[2].

Positionnement et contenuModifier

Le titre a été créé par Frédéric Allary[3], ancien directeur général de l'hebdomadaire culturel Les Inrockuptibles.

Ce magazine se veut « surprenant, respectant nos valeurs de rigueur, d'équilibre et d'objectivité », selon Thierry Borsa, alors directeur des rédactions[4], interrogé à la création du titre.

Épais d'une centaine de pages, le magazine se découpait initialement en trois parties. La première, baptisée « Week-end », traitait de culture, de voyage, de gastronomie. La seconde, dite « Grand angle », s'intéressait aux sujets de fond : économie, international, société, etc. La troisième et dernière, la section « Plaisirs », était plutôt tournée consommation : mode, beauté, high-tech, etc.

Quelques dates importantesModifier

Le , Arnaud Montebourg fait la couverture du magazine habillé en marinière pour un article de fond sur le « made in France »[5]. Le dossier sera récompensé du Prix du coup éditorial 2013, décerné par le syndicat des éditeurs de la presse magazine[6].

En , à l'occasion d'un article sur le courage en politique, Ségolène Royal est photographiée vêtue d'une sorte de toge et portant un drapeau français, à la manière de La Liberté guidant le peuple, le tableau de Delacroix[7]. Si elle ne fait pas la couverture, cette image sera largement diffusée par les médias et même parodiée.

En , peu après sa rupture avec François Hollande, Valérie Trierweiler se confie au Parisien Magazine, à l'occasion d'un voyage en Inde[8],[9], expliquant notamment : « je n'aimais pas les ors de l'Élysée ».

Notes et référencesModifier

  1. OJD
  2. « Le Parisien Magazine devient Le Parisien Week-End », sur leparisien.fr, (consulté le 4 juin 2020)
  3. cvmhsolutions :, « Les clés de la presse », sur www.lesclesdelapresse.fr (consulté le 4 juin 2020)
  4. « L'actualité des médias et personnalités médiatiques », sur L'Express (consulté le 14 août 2020).
  5. Le Parisien, « Pourquoi Arnaud Montebourg pose en marinière dans Le Parisien Magazine », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 14 août 2020).
  6. « Palmarès 2013 des Magazines de l'année | SEPM - Le Syndicat des Éditeurs de la Presse Magazine », sur www.lapressemagazine.fr (consulté le 4 juin 2020)
  7. Le Point.fr, « Ségolène Royal, Liberté guidant le peuple ! », sur lepoint.fr, (consulté le 14 août 2020).
  8. Le Parisien, « Valérie Trierweiler : «Je n'aimais pas les ors de l'Elysée» », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 14 août 2020).
  9. Le Parisien Magazine, le site.

Liens externesModifier