Institut polaire français Paul-Émile-Victor

L’Institut polaire français Paul-Émile-Victor est un organisme public chargé de la mise en œuvre de la recherche française dans les régions polaires. Il poursuit la mission lancée en 1947 par Paul-Émile Victor avec les Expéditions polaires françaises.

Institut polaire français Paul-Émile Victor (IPEV)
upright=Article à illustrer Organisation
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Domaine d'activité
Soutien à la recherche polaire
Siège social
Pays
Coordonnées
Organisation
Direction
Affiliation
Site web
Localisation sur la carte de Brest
voir sur la carte de Brest
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Finistère
voir sur la carte du Finistère
Red pog.svg

Parce que l’accès et le séjour dans ces régions sont difficiles, l’Institut polaire déploie des moyens particuliers et conséquents, des technologies avancées et emploie les compétences et connaissances spécifiques de son personnel pour rendre possible une recherche scientifique d’excellence dans ces milieux extrêmes.

Depuis son siège à Brest, les équipes permanentes de l’Institut polaire, une quarantaine de personnes au total, gèrent les moyens nécessaires à l’organisation des expéditions scientifiques, notamment les six stations scientifiques françaises déployées dans les régions polaires (une en Arctique, deux en Antarctique et trois dans les îles subantarctiques), le navire polaire l’Astrolabe. Jusqu'en 2018, l'Institut avait la responsabilité du navire océanographique Marion Dufresne 2, aujourd'hui géré par l'Ifremer.

CHIFFRES CLÉS

  • 40 permanents
  • 30 corps de métiers représentés sur le terrain
  • 6 stations gérées scientifiquement et/ou logistiquement
  • et plus de 40 refuges ravitaillés et entretenus
  • 2 navires de station
  • 1 navire ravitailleur

Chaque année sur le terrain

  • 360 scientifiques
  • 170 techniciens et logisticiens pour 40 000 jours de mission
  • 90 projets de recherche soutenus
  • 450 tonnes de matériel acheminé par an

HistoriqueModifier

L'Institut français pour la recherche et la technologie polaires (IFRTP), a été créé en [1]. Il est le résultat de la fusion des Expéditions polaires françaises-Missions Paul-Émile Victor (EPF), fondées en 1947, et de la Mission de recherche des Terres australes et antarctiques françaises- TAAF, un territoire d'outre-mer français. En , il a été prorogé pour une durée de 12 ans sous le nom d'« Institut polaire français Paul-Émile Victor » (IPEV)[2].

DirecteursModifier

  • 1997 - 2010 : Gérard Jugie, Directeur de Recherche émérite au CNRS[3]
  • 2010 - 2018 : Yves Frenot, Directeur de Recherche au CNRS[4]

Structure et missionModifier

L’Institut polaire français est un groupement d’intérêt public (GIP) dont les membres sont les principaux acteurs de la recherche scientifique française dans les régions polaires :

L'Institut met en oeuvre des projets de recherche scientifique dans les régions polaires des deux hémisphères. L'Institut polaire français n'est pas un organisme de recherche mais une agence offrant des moyens pour servir de soutien aux scientifiques français essentiellement (CNRS, universités, etc.) désireux de mener des recherches scientifiques en milieu polaire.

Les missions de l'Institut pour assurer la recherche polaire sont multiples :

  • Recruter le personnel nécessaire au maintien des stations et à la continuité des études scientifiques pendant l’hiver austral
  • Acheminer fret et personnel entre la métropole et leurs lieux de destination
  • Assurer l’entretien de stations de recherche
  • Développer de nouvelles technologies pour la logistique et les infrastructures polaires
  • Organiser et planifier les chantiers techniques et les projets scientifiques
  • Diffuser l’information scientifique relative aux milieux polaires
  • Sélectionner des projets scientifiques grâce à un comité d’experts, les financer pour la partie opérationnelle de terrain et organiser les expéditions
  • Assurer la formation et la sécurité de tous
  • Fournir le matériel adéquat pour la vie dans les milieux polaires
  • L’Institut polaire français participe à la concertation scientifique, logistique et environnementale à l’échelle internationale et représente souvent la France à cette fin.

L'Institut polaire français assure donc la gestion de six stations et d'un navire polaire. De plus, coopérant étroitement avec diverses instances internationales (SCAR, IASC, COMNAP, etc.) et aussi nationales (allemande AWI, italienne PNRA, etc.), l'Institut polaire favorise l'échange de connaissances entre chercheurs du monde entier pour tout de qui relève des questions concernant l'ensemble de la planète.

C'est d'ailleurs à la faveur d'une coopération internationale que le projet de construction d'une station implantée à l'intérieur des terres continentales a pu se concrétiser par l'ouverture de la station franco-italienne Concordia.

Chaque année l'Institut polaire recrute plusieurs dizaines de personnes pour des missions sur les stations polaire et subpolaire, principalement via son site Web de recrutement (www.institut-polaire.fr)

Il existe deux catégories principales pour la durée des missions

  • Les hivernants partent en mission pour des durées de 12 à 14 mois, sans possibilité de retour pendant l'hiver pour les stations antarctiques
  • Les campagnards d'été partent en mission pour une durée de quelques mois durant la période estivale

Sur les différentes stations, un grand nombre de corps de métiers et de statuts sont présents. Ce personnel a en charge à chaque campagne des missions qui assure le suivi des projets scientifiques (maintenance des appareils, recueil des données) en lien avec les laboratoires commanditaires implantés en métropole.

La recherche scientifique au pôles et dans les régions sub-polaires.Modifier

Leur influence sur le climat et les courants océaniques, leur isolement géographique et la présence des pôles magnétiques font de ces milieux des incontournables de la recherche d’aujourd’hui. Abritant les seules calottes glaciaires terrestres, ils jouent un rôle majeur dans l’évolution du niveau des mers. Ils abritent une faune et une flore unique, impliquant de forts enjeux sur la biodiversité et l’adaptabilité des espèces dans un contexte de changement global. Enfin, les populations autochtones de l’Arctique ont une histoire depuis longtemps étudiées par les chercheurs, aujourd'hui impactée par les changements climatiques.


Suite à un appel à projet lancé avant chaque campagne auprès des chercheurs issus d’organismes de recherche publics, l’Institut polaire sollicite les avis et recommandations d’un comité international et indépendant d’experts scientifiques : le conseil des programmes scientifiques et technologies polaires, chargé d’évaluer l’intérêt scientifique des projets reçus. Les projets, qui peuvent être pluriannuels, sont également évalués sur leur adéquation avec les moyens que l’Institut peut mettre en œuvre sur le terrain.

Les thématiques de recherche mises en œuvreModifier

  • Glaciologie
  • Chimie et dynamique de l’atmosphère, la chimie de l’ozone
  • Physique du globe, géodynamique et géologie
  • Astronomie
  • Répartition de la faune, de la flore et l’évolution de la biodiversité
  • Stratégies de survie d’adaptation des espèces aux conditions extrêmes
  • Réponse des organismes vivants aux changements climatiques et aux activités humaines
  • Biologie humaine et adaptation aux conditions d’hivernage
  • Sciences humaines et sociales relatives aux populations de l’Arctique

Stations scientifiquesModifier

L'Institut polaire français entretient les stations scientifiques françaises en Arctique,en Antarctique et dans les îles Subantarctiques qui sont mises à dispositions des chercheurs :

BateauxModifier

L'Institut polaire utilise des navires pour desservir les stations antarctiques :

  • le Marion Dufresne pour les missions sur les îles subantarctiques
  • l'Astrolabe, pour desservir la station Dumont d'Urville en Antarctique.

Notes et référencesModifier

  1. Arrêté du 13 janvier 1992 portant approbation d'une convention constitutive de groupement d'intérêt public (lire en ligne)
  2. « Journal officiel, p. 1059 », sur Legifrance.gouv.fr, (consulté le 31 janvier 2017)
  3. « Vingt ans que le QG des pôles est à Brest ! », sur espace-sciences.org, (consulté le 29 mars 2018)
  4. « Yves Frenot Des mers australes à la rade de Brest », sur lesechos.fr, (consulté le 29 mars 2018)
  5. « Nomination de M. Jérôme Chappellaz à la direction de l’IPEV », sur ipev.fr, (consulté le 29 mars 2018)
  6. IPEV - Les bases arctiques françaises

BibliographieModifier

Liens internesModifier

Liens externesModifier