Institut national supérieur des arts du spectacle et des techniques de diffusion

école d’art située à Bruxelles, en Belgique
(Redirigé depuis INSAS)

L’Institut national supérieur des arts du spectacle et des techniques de diffusion, généralement appelé le sigle INSAS (de la forme abrégée Institut national supérieur des arts du spectacle) est une école supérieure des arts de la Fédération Wallonie-Bruxelles, organisée par Wallonie-Bruxelles Enseignement, située à Bruxelles.

Institut national supérieur des arts du spectacle et des techniques de diffusion (INSAS)
Insasfullblack.jpg
Histoire et statut
Fondation
1962
Type
Forme juridique
Régime linguistique
Fondateurs
Directeur
Laurent Gross
Membre de
Site web
Localisation
Campus
Campus Thérésienne, Campus Rabelais
Ville
Pays
Localisation sur la carte de Belgique
voir sur la carte de Belgique
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bruxelles
voir sur la carte de Bruxelles
Red pog.svg

Y sont enseignées les techniques liées au théâtre, au cinéma et à la radio-télévision. L'INSAS a été fondé en 1962 par Raymond Ravar[2], André Delvaux, Jean Brismée et Paul Anrieu. Il s'agit d'une des deux écoles de cinéma reconnues en Belgique francophone, l'autre étant l'IAD à Louvain-la-Neuve.

HistoriqueModifier

En 1959, un groupe de jeunes animés par Raymond Ravar[2], analysait Hiroshima mon amour d’Alain Resnais, et engageait une réflexion sur les pratiques du cinéma et du théâtre à l’Institut de sociologie de l’Université libre de Bruxelles (ULB). De fil en aiguille naquit le désir de créer une école des arts du spectacle.

Trois ans plus tard, en , l’Insas était porté sur les fonts baptismaux avec l’idée non seulement qu’il fallait former des professionnels à tous les métiers, mais aussi que l’apprentissage des disciplines du spectacle reposait sur le principe de la complémentarité : un enseignement de la mise en scène ne peut se concevoir sans l’existence parallèle d’une formation d’acteurs; un enseignement du montage et du son s’applique nécessairement à un projet global de réalisation.

D’emblée, Raymond Ravar[2], avec André Delvaux, Paul Anrieu, Jean Brismée, Paul Roland, Jean-Claude Batz et bien d’autres encore s’attachèrent, pour chaque discipline, à rechercher les maîtres de haut niveau à l’étranger. Des professionnels aussi prestigieux que Pierre Aymé Touchard pour le théâtre, Ghislain Cloquet pour l’image, Antoine Bonfanti pour le son et Suzanne Baron pour le montage vinrent renforcer l’équipe pédagogique naissante de l’école. Ainsi, l’école entendit, dès son origine, élaborer son projet pédagogique en le nourrissant des meilleures traditions étrangères.

Dès lors, cette approche originale des arts du spectacle et de son enseignement créa, en Belgique, des pistes de recherches et de pratiques entièrement nouvelles. Les principes qui ont présidé à la création de l’école sont : avoir pour vocation de délivrer un enseignement professionnel de haut niveau, de former des artistes et artisans du cinéma, de la télévision et du théâtre. En révisant l’histoire, on peut, aujourd’hui, affirmer que cette entreprise est couronnée de succès. L’école est parvenue à briser les carcans entre la culture générale et la formation instrumentale, entre la théorie et la pratique, entre les créateurs et les techniciens.

L’Insas est une petite école au regard de nombreuses autres écoles de cinéma et de théâtre. Le nombre d’étudiants est compris entre 10 et 15 par classe. De cette manière, l’enseignement dispensé permet un rapport direct, souvent individuel, entre le professeur et l’étudiant.

Les professeurs viennent du monde professionnel du cinéma, de la télévision et du théâtre – de la Belgique autant que de l’étranger. L'histoire du cinéma est enseignée par Hadelin Trinon puis Patrick Leboutte.

Les étudiants entrent en première année après une sélection rigoureuse sur la base d’épreuves où sont conviés tous les candidats, soit environ 800 chaque année. L’Insas est sans doute d’ailleurs la seule école au monde qui, en regard d’un tel nombre de demandes, n’opère pas une sélection sur dossier, mais convoque l’ensemble des candidats à participer à une série d’épreuves.

À titre d'exemple, C'est arrivé près de chez vous de Rémy Belvaux, film coup de poing du début des années 1990, a été réalisé au sein de l’école dans le cadre d’un travail de fin d’études[3].

L’ouverture internationale de l’école est importante avec une vingtaine de nationalités parmi les étudiants. Danis Tanović, détenteur de l'Oscar du Meilleur film étranger en 2002 avec No Man's Land, y a ainsi effectué sa quatrième année d'étude.

En 2009, l'INSAS se dote d'un nouveau site internet, retravaille son image et offre à chaque étudiant la possibilité de travailler avec les technologies numériques, initiant ainsi son passage vers les nouvelles formes de création cinématographiques. Le studio TV, devenu Studio Multicam, est rénové et entièrement digital depuis 2020.

FormationsModifier

L’INSAS propose des formations de bachelier de transition (accès au master), de bachelier profesionnalisant et de master dans 9 cursus

Bacheliers de transitionModifier

Bacheliers professionnalisantsModifier

MastersModifier

  • Master « Cinéma »
    • Spécialisation « Réalisation »
    • Spécialisation « Écriture »
    • Spécialisation « Image »
    • Spécialisation « Montage »
    • Spécialisation « Gestion de Production »
  • Master « Radio Télévision Multimédia »
    • Spécialisation « Son »
    • Spécialisation « Réalisation Radio Télévision »
  • Master « Interprétation dramatique »
    • Spécialisation « Jeu audiovisuel »
  • Master « Théâtre et techniques de communication »
    • Spécialisation « Mise en scène »
    • Spécialisation « Scénographie »
    • Spécialisation « Gestion de Production », ouverture en .
    • Spécialisation « Écriture »

Personnalités liéesModifier

Enseignants et anciens enseignantsModifier

Anciens étudiantsModifier

Parmi les principaux diplômés de l'INSAS, peuvent être cités :

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Baudouin et Henri Janne (Ministre de l'Éducation nationale et de la Culture), Le Gouvernement, « Arrêté royal portant règlement organique de l'Institut national supérieur des Arts du Spectacle et Techniques de diffusion » (Arrêté royal), Moniteur belge,‎ , article no 1965041610 (lire en ligne)
  2. a b et c (fr)Raymond Ravar retrace la naissance de l'INSAS 50 ans après, Cinergie.be
  3. Sophie Blitman, Joséphine Lebard et Jessica Gourdon, « Quatre écoles prestigieuses où faire ses études en Europe », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )

Liens externesModifier