Huile de coco

huile végétale fabriquée à partir de l'albumen séché de la noix de coco

Huile de coco
Image illustrative de l’article Huile de coco
Huile de coco
Identification
No CAS 8001-31-8
No ECHA 100.029.347
No CE 232-282-8
Propriétés chimiques
Indice d’iode 7 – 10[1];

Hydrogénée : 2 – 4[1]

Indice de saponification 250 – 262[1]
Matières non saponifiables 0.15 – 0.60 %[1]
Acides gras libres huile brute : 5 %[1]
Propriétés physiques
fusion 20 à 28 °C[1];

Hydrogénée : 30 à 32 °C[1]

Solubilité insoluble dans l'eau
Propriétés optiques
Indice de réfraction 1,448 – 1,450[1]
Précautions
Transport
-
   1363   

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L’huile de coco et l'huile de coprah sont des huiles végétales fabriquées à partir de l'albumen de la noix de coco. Elles sont utilisées dans différents domaines et l'huile de coprah sert tout particulièrement pour la fabrication du monoï.

ProductionModifier

L'huile de coco est commercialisée sous deux formes principales, selon son mode de production :

CompositionModifier

Très riche en acides gras saturés, l’huile raffinée de coprah est également très appréciée pour ses propriétés émollientes[réf. souhaitée].

Composition moyenne[5]
Composé Famille d'acide gras Teneur pour 100g
Acide caproïque (saturé) 0,6 g
Acide caprylique (saturé) 7,5 g
Acide caprique (saturé) 6 g
Acide laurique (saturé) 44,6 g
Acide myristique (saturé) 16,8 g
Acide palmitique (saturé) 8,2 g
Acide stéarique (saturé) 2,8 g
Acide oléique (mono-insaturé) ω-9 5,8 g
Acide linoléique (poly-insaturé) ω-6 1,8 g
Acides gras trans 0,18 g
Total acides gras saturés 86,5 g
Total acides gras mono-insaturés 5,8 g
Total acides gras poly-insaturés 1,8 g
Vitamine E 0,29 mg
Vitamine K 0,5 µg

Utilisation en produits d'hygièneModifier

 
Huile de noix de coco biologique

Selon des scientifiques français[6][réf. nécessaire], l’huile de coco est capable de détruire la bactérie Streptococcus mutans qui colle aux dents et s'attaque à l'émail dentaire. Un mélange d'huile de coco et de bicarbonate de sodium peut ainsi être utilisé comme dentifrice[réf. nécessaire].

L'huile de coco peut également être utilisée comme soin nourrissant des cheveux et de la peau, ou comme alternative à la mousse à raser.

L'huile de coco est aussi utilisée pour la préparation et l'entretien des cordes dans le monde du Shibari (bondage)[7].

L'huile de coco est également l'élément de base dans la fabrication du monoï (coco nucifera).

Étude comparativeModifier

Une étude conjointe (chinoise, américaine et espagnole) récapitulative parue en 2017 met en évidence les effets bénéfiques de l'huile de noix de coco par rapport à une vingtaine d'autres huiles végétales, par l'application sur la peau (voie topique) pour les maladies de la peau et la restauration de l'homéostasie cutanée[8] :

HUILE Réparation de la

barrière cutanée

Effet

anti-bactérien

Effet

anti-inflammatoire

Effet

anti-oxydant

Cicatrisation

des plaies

Contre le

vieillissement de la peau

Propriété

anti-cancérigène

Noix de coco oui oui oui oui oui oui ?
Jojoba oui effet possible oui oui oui oui ?
Olive non ? oui oui oui effet possible oui

Production mondialeModifier

Pays Production, 2018
(en t)
1   Philippines 1.341.000
2   Indonésie 880.000
3   Inde 320.400
4   Viêt Nam 167.101
5   Mexique 131.000
6   Bangladesh 62.699
7   Sri Lanka 55.200
8   Malaisie 39.700
9   Mozambique 30.200
10   Thaïlande 28.700
11   Papouasie-Nouvelle-Guinée 26.700
12   Côte d'Ivoire 18.000
13   Îles Salomon 14.719
14   Nigeria 13.256
15   Tanzanie 13.200
16   Brésil 11.886
Source : FAOSTAT

Utilisation alimentaireModifier

Au niveau alimentaire, l'huile de coco tend à augmenter les taux de LDL cholestérol et de HDL cholestérol davantage que d'autres huiles végétales[9]. Une étude de 2020 a abouti à un bilan de la consommation globalement négatif, faute de bénéfice en matière réduction du poids, de la consommation de sucre et faute d'effet sur l'inflammation[10].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g et h (en) Alfred Thomas, Ullmann's Encyclopedia of Industrial Chemistry, Release 2002, 6th Edition, Fats and Fatty Oils, Wiley-VCH Verlag GmbH & Co
  2. Cirad, « Ce qu'il faut savoir - CIRAD », sur www.cirad.fr (consulté le )
  3. J. J. Asiedu, La transformation des produits agricoles en zone tropicale : approche technologique, KARTHALA Editions, , 335 p. (ISBN 978-2-86537-334-5, lire en ligne), p. 93
  4. Aurélie Guerri, Les bienfaits de la noix de coco : Huile, lait, eau, farine, beurre, Fleurus, , 112 p. (ISBN 978-2-8153-0892-2, lire en ligne), p. 32
  5. (en) Département de l'Agriculture des États-Unis, « USDA National Nutrient Database for Standard Reference », sur usda.gov
  6. AIT researchers show coconut oil could combat tooth decay - Sept. 2012
  7. (en-GB) « Nawa ou la corde : préparation et informations | Yoroï Nicolas », sur yoroishibari.net (consulté le )
  8. (en) Tzu-Kai Lin (Kaohsiung Chang Gung Memorial Hospital et Chang Gung University College of Medicine - Taiwan), Lily Zhang (California State University - Los Angeles) et Juan Luis Santiago (Hospital General Universitario - Ciudad Real), « Anti-Inflammatory and Skin Barrier Repair Effects of Topical Application of Some Plant Oils », International Journal of Molecular Sciences, vol. 19, no 1,‎ (ISSN 1422-0067, PMID 29280987, PMCID 5796020, DOI 10.3390/ijms19010070, lire en ligne, consulté le )
  9. Neelakantan N, Seah JYH, van Dam RM, The effect of coconut oil consumption on cardiovascular risk factors: a systematic review and meta-analysis of clinical trials, Circulation, 2020;141:803–814
  10. (en) Jennifer Abbasi, « Coconut Oil’s Health Halo a Mirage, Clinical Trials Suggest », JAMA,‎ (ISSN 0098-7484, DOI 10.1001/jama.2020.5186, lire en ligne, consulté le )

BibliographieModifier