Ouvrir le menu principal
Hossein Ali Montazeri
Hussein-Ali Montazeri And Ali Khamenei.jpg
Hossein Ali Montazeri (à droite)
Fonctions
Deputy Supreme Leader of Iran (d)
-
Grand ayatollah (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
QomVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
حسینعلی منتظری نجف آبادیVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfants
Mohammad Montazeri (en)
Ahmad Montazeri (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religions
Parti politique
Maîtres
Seyyed Hossein Tabatabai Borujerdi, Seyed Reza Bahaodini (d), Rouhollah Khomeini, Sadr al-Din al-Sadr (en), Mohammad Mohaghegh Damad (d), Ayatollah Sayyid Muhammad Husayn Tabataba'iVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web

L'ayatollah Hossein Ali Montazeri ( حسینعلی منتظری en persan), né à Najafabad en 1922 et mort le [1], est un des hauts dignitaires chiites iraniens, défenseur de la démocratie et des droits de l'homme en Iran. Il participe activement à la Révolution iranienne de 1979, dont il est l'un des chefs de file religieux, puis à l'élaboration de la constitution iranienne de 1979 et à l'instauration du Velayat-e-Faghih. Il est surtout connu comme le seul successeur de l'ayatollah Khomeini, mais à la suite de son opposition, en particulier pour avoir critiqué la répression politique et culturelle, il est écarté par une lettre de Khomeini en 1988[2] et supplanté par l'actuel Guide suprême de la révolution islamique, Ali Khamenei.

Montazeri vit les vingt dernières années de sa vie dans la ville de Qom, principale ville religieuse de l'Iran, et reste politiquement influent en Iran, en particulier sur la politique des partis réformateurs. Ainsi, pendant près de trois décennies, il est l'un des principaux critiques de la politique intérieure et étrangère de la République islamique. Il est également un défenseur des droits civils et des droits des femmes en Iran.

Sommaire

Jeunesse et Révolution iranienne de 1979Modifier

Né de parents paysans, il étudie la théologie à Isfahan et plus tard à Qom sous la houlette de Rouhollah Khomeini et devient professeur à l'école théologique de Faiziyeh. En juin 1963 il participe aux protestations contre la Révolution blanche et est actif dans les cercles anti-Shah[3].

Après l'exil forcé de Khomeini en 1964, il se retrouve au centre de la contestation face au Shah. Il passe plusieurs années de sa vie en exil à Najafabad, Tabas, Khalkhal et Saghez entre 1968 et 1974. Il fut arrêté et emprisonné à partir du milieu des années 1960 par la monarchie Pahlavi. En fait, il devint une figure politique éminente juste après la révolution islamique de l’Iran en 1979[4]. Il est envoyé en prison en 1974 et libéré en 1978, juste à temps pour participer à la Révolution iranienne[5].

Assignation à résidenceModifier

Principal dissident religieux en Iran, il est placé en résidence surveillée dans sa maison à Qom, principale ville religieuse de l'Iran, entre 1997 et 2003, pour avoir mis en cause l'autorité politique et religieuse de l'actuel Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei et pour avoir plaidé en faveur de la séparation de la religion et de la politique. Malgré ces restrictions, il publie régulièrement des communiqués pour défendre la liberté et la démocratie ainsi que les réformes présentées par le président iranien Mohammad Khatami.

En , il est libéré par le régime[6]. Il croit toujours à la théorie du Velayat-e Faghih mais prône une interprétation différente de celle-ci [7].

Les élections présidentielles de 2009Modifier

En 2009, il affiche son soutien aux manifestations contre la réélection de Mahmoud Ahmadinejad[8]. Pour son soutien continu au mouvement de protestation vert en Iran et ses critiques en faveur des victimes et des prisonniers politiques, il est souvent nommé le guide spirituel du mouvement vert.

Opinions juridiquesModifier

Droit de l'HommeModifier

Les œuvres et les parcours de l’Ayatollah Montazeri ont illustré d’une façon particulièrement contrastée les évolutions institutionnelles et doctrinales survenus depuis la révolution islamique de l’Iran en 1979. Il a essayé de défendre sa tradition juridique en abordant la question des droits de l’Homme dans ses œuvres juridiques. Il abordait son point de vue de droit de l’Homme dans trois livres principes à savoir , traité de droits( 2004), gouvernement religieux et droits de l’Homme(2007), et enfin châtiments islamiques et droits de l’Homme(2008)[4].

ŒuvresModifier

  • traité de droits( 2004)
  • gouvernement religieux et droits de l’Homme(2007)
  • châtiments islamiques et droits de l’Homme(2008)

Les obsèques et manifestationsModifier

Il est mort le , à 87 ans. Ses obsèques se sont accompagnées de manifestations contre le régime iranien et d'affrontements[9].

Dans une lettre publiée le lendemain de la mort de Montazeri, l'avocate iranienne Shirin Ebadi, le prix Nobel de la paix, lui attribue le titre du « père des droits de l'homme » d'Iran[10].

RéférencesModifier

  1. Le Monde, « Iran : l'ayatollah dissident Ali Montazeri est mort » 20 décembre 2009
  2. (en) Translation of Ayatollah Khomeini Letter Dismissing Montazeri
  3. Hiro, Dikip, The Longest War: The Iran-Iraq Military Conflict, Routledge Chapman and Hall, 1991, p. 151
  4. a et b Constance Arminjon Hachem, les droits de l'Homme dans l'islam shi'ite : confluence et lignes de partage, Cerf, , p. 105.
  5. Sandra Mackey, The Iranians: Persia, Islam and the Soul of a Nation, New York, Plume Book, (ISBN 0452275636), p. 353
  6. BBC NEWS | World | Middle East | Iran releases dissident cleric
  7. http://www.amontazeri.com/Farsi/Payamha/87.HTM
  8. http://www.romandie.com/ats/news/090616085704.dikhrbwv.asp
  9. Heurts aux obsèques de l'ayatollah Montazeri, Le Figaro 21 décembre 2009
  10. Lettre de deuil pour le "père des droits de l'homme" d'Iran, en persan

Liens externesModifier