Homérides

Les Homérides (« fils d'Homère ») sont, en Grèce antique, à l'époque archaïque, une organisation (genos) de rhapsodes originaires de Chios qui prétendaient descendre directement d'Homère[1],[2]. Leur existence est attestée à partir du VIe siècle av. J.-C., mais il est possible qu'ils aient existé plus tôt[1]. Une allusion de Platon à leur sujet[3] laisse entendre qu'ils se consacraient à faire connaître les œuvres attribuées à Homère. Il est possible qu'ils aient joué un rôle important dans les premières mises par écrit du texte de l’Iliade et de l’Odyssée, mais aucune preuve ne permet de l'affirmer à coup sûr[4].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Howatson (dir.) (1993), article « Homérides ».
  2. Lucien de Samosate 2015, p. 864.
  3. Ion, 530 d-e.
  4. Saïd-Trédé-Le Boulluec, p. 24.

Sources anciennesModifier

BibliographieModifier

  • (fr) Émile Chambry, Émeline Marquis, Alain Billault et Dominique Goust (trad. Émile Chambry), Lucien de Samosate : Œuvres complètes, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1248 p. (ISBN 9782221109021)  
  • Paul Mazon, Iliade. Introduction, Paris, Belles Lettres, 1943, chapitre VII « Les Homérides et Homère », p. 258-266.
  • M. C. Howatson (dir.), Dictionnaire de l'Antiquité, Paris, Robert Laffont, 1993 (Oxford University Press, 1989).
  • Suzanne Saïd, Monique Trédé et Alain Le Boulluec, Histoire de la littérature grecque, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Premier Cycle », (ISBN 2130482333 et 978-2130482338).