Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gometz.
Hodierne de Gometz
Biographie
Décès
Père
Conjoint
Enfants
Milon Ier de Montlhéry
Isabelle de Montlhéry (d)
Mélisende de Montlhéry (d)
Béatrice de Montlhéry
Gui Ier de Rochefort
Alix de Montlhéry (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Hodierne de Gometz est la fille de Guillaume de Gometz, Seigneur de Gometz ; épouse de Gui Ier de Montlhéry, elle fit de grandes libéralités aux nouveaux religieux de l’ordre de Saint-Benoît, installés dans la Basilique Notre-Dame-de-Bonne-Garde de Longpont-sur-Orge[1] (monastère fondé par Guy de Montlhéry son époux, qui obtint dans ce but la concession de l’église de Long Pont en 1061 de Geoffroy, évêque de Paris). On lit dans le Gallia Christiana : « Elle-même alla à Cluny pour obtenir de l’abbé certain nombre de moines ; et elle fit présent à l’abbaye d’un calice d’or de trente onces et d’une chasuble précieuse »[2].

Histoire et légendeModifier

On rapporte que cette dame travaillait de ses mains à la construction de l’église, et qu'elle allait chercher l’eau à une fontaine assez éloignée, qui jouit encore aujourd’hui de la réputation de guérir les fiévreux. On rapporte encore qu’un jour Hodierne vint demander au forgeron du lieu la manière de porter ses seaux avec moins de fatigue, et que le forgeron, homme brutal, lui jeta une courge de fer rouge ; qu’Hodierne ne se brûla pas ; et que pour punir le forgeron, elle maudit toute la postérité des gens à marteau, et jura même que quiconque viendrait s’établir à Long Pont ne verrait pas la fin de l’année. Le forgeron mourut bientôt après ; et quelques personnes crédules ont écrit que depuis, on n’avait vu aucun forgeron s’établir à Long Pont.

DécèsModifier

L’église du prieuré était belle, très grande, et renfermait un grand nombre de tombeaux. Hodierne y fut enterrée devant le maître-autel, sous une tombe sur laquelle on lisait :
Hodieræ inclytcæ omitisshæ erici montis sacrarum harum Ædium fundatricis ossa
Sub dio jacentia ab anno millesimo, pro nichaelis le masle Domni des roches, hujusce domus prioris studio hic translata fuere anno 1651 die ultima mensis augusti.

Une rue Dame Hodierne existe en son honneur à Montlhéry.


Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • J. A. Dulaure, Histoire physique, civile et morale des environs de Paris, tome 6, deuxième édition, p. 152

Articles connexesModifier