Ouvrir le menu principal

L'histoire de l'environnement ou histoire environnementale est une sous-discipline de l'histoire. Elle étudie les interrelations et les interactions entre l'homme et son environnement. C'est une science qui touche donc à tout ce qui est autour de l'homme et qui est en relation avec lui[1].

L'histoire environnementale est proche notamment de la biogéographie historique. Les milieux scientifiques parlent aussi d'écologie rétrospective.

Les historiens se basent sur des sources très variées, allant des archives politiques aux coupes glaciaires. De plus, l'histoire de l'environnement renferme une panoplie de thématiques, allant de l'histoire des forêts à l'étude de l'environnement sonore. Elle se caractérise également par une approche très pluridisciplinaire et transversale[2].

L'histoire de l'environnement est une préoccupation récente. Ce champ théorique émerge aux États-Unis au début des années 1970 et s'exporte dans le reste du monde au cours des années qui suivent. Cette discipline apparaît en conjonction avec la montée des mouvements écologistes et des nouvelles préoccupations humaines de l'environnement[3].

Sommaire

Histoire et conceptModifier

L'histoire de l'environnement est un courant historiographique né aux États-Unis dans les années 1960 et 1970[4]. À cette époque, on observe une prise de conscience écologiste dans les principaux états européens : ainsi, Georges Pompidou, inspiré par une visite aux États-Unis, instaure en 1971 le premier ministère français de l’environnement[5]. Aujourd’hui encore, les préoccupations environnementales représentent la source d'inspiration majeure aux historiens environnementalistes et leur fournissent de nouveaux sujets d’étude.

Le livre de Roderick Nash, « Wilderness and the American Mind » publié en 1967, est considéré comme le texte fondateur de l’histoire de l'environnement[6]. C’est d’ailleurs cet auteur qui, dans un article de la revue Pacific Historical Review, utilise pour la première fois l’expression : « histoire de l’environnement »[7]. Pour autant, c'est plutôt dans « Conservation and the Gospel of Efficiency : The Progressive Conservation Movement, 1890-1920 » écrit par l’historien Samuel Hays et publié en 1959 que certains repèrent l’acte de naissance de l’histoire environnement[8]. Toutefois, les spécialistes estiment que cet ouvrage relève plus d’une étude d'histoire politique que d’un véritable travail en histoire de l’environnement. D’autres remontent encore plus loin et estiment que de savants antiques tels qu'Hippocrate pratiquaient déjà une sorte de recherche en histoire environnementale[9]. Néanmoins, cette idée ne fait pas consensus au sein des historiens et il en va de même pour l'approche plaçant l’École des Annales comme l’influence majeure de l’apparition de l’histoire de l’environnement mondial[10]. De nos jours, l'histoire de l'environnement s'inscrit de plus en plus dans les cadres universitaires, lui permettant de toucher un nombre croissant de chercheurs[11].

Pour ce qui concerne les premières questions de recherche en histoire environnementale, elles se centraient essentiellement sur la thématique de la conservation de la nature. Depuis lors, le domaine de recherche a été élargi à de nombreux autres sujets[12], qui seront détaillés plus bas.

Enfin, le mot « environnement » dispose lui aussi d’une histoire. Ce terme trouve sa source dans l’ancien français avant de passer dans la langue anglaise vers 1825. À cette époque, « environnement » désigne l’ensemble des choses qui entourent l’être vivant. Il est notamment employé dans les travaux de l’historien français Jules Michelet. Depuis 50 ans, la définition de ce terme s’est affinée et désigne aujourd’hui tout ce qu’il y a autour de l’Homme. L’environnement renvoie donc au milieu ambiant et inclut, par exemple : les objets matériels, les êtres vivants, le climat, …[13].

Le concept d'environnement est un élément important pour comprendre l'histoire environnementale. Ce concept peut être perçu comme une entité, dans un espace et un temps donnés, où des facteurs biologiques, chimiques, physiques et sociaux sont susceptibles d'avoir un effet direct ou indirect, instantané ou lent sur l'espèce humaine et ses activités, ainsi que sur la faune et la flore[14].

Autrement dit, il s'agit du milieu qui conditionne le mode de vie de la société et qui englobe les valeurs naturelles, sociales et culturelles qui existent dans un lieu à un moment donné.

Méthodes et sourcesModifier

Approche chronologique et géographiqueModifier

L’histoire de l’environnement a la particularité de chercher à anéantir les cloisonnements classiquement utilisés en histoire. Ainsi, l’observation d’un phénomène tel que, par exemple, la pollution d’un fleuve, ne peut se faire que par l’emploi d’une échelle géographique plus étendue que celle des simples frontières d'États. Il en va de même pour les limites chronologies, qui ne peuvent coïncider avec les limites généralement admises (périodes historiques, siècles, …), les phénomènes pouvant couvrir des périodes de temps très larges. Toutefois, l’histoire environnementale peut également s’intéresser à des échelles locales et à des laps de temps plus courts[15].

Ainsi, de nombreux historiens se centrent sur l’histoire locale, en lui donnant une perspective régionale. Cependant, cette approche locale est devenue de plus en plus rare au sein de l'histoire de l'environnement, à la suite de la prise de conscience grandissante de l’importance du climat et des phénomènes climatiques qui en découlent. L’histoire de l’environnement peut donc englober des travaux de micro-histoire mais aussi des travaux de macro-histoire[16].

L'importance d'une approche multidisciplinaireModifier

Bien que l’approche multidisciplinaire soit difficile à mettre en œuvre, la complexité et la diversité des sujets d’étude de l’historien de l’environnement l’amènent à s'appuyer sur des disciplines aussi variées que la géographie, la sociologie, la démographie, l’éthologie, la biologie, la climatologie, la météorologie, la sismographie, la pédologie, la géologie ou les sciences vétérinaires par exemple[17]. Ce phénomène, assez inédit dans les différents courants historiographiques, s'explique par le fait que ces disciplines sont susceptibles d’amener un lot important d’informations et de données qui permettent à l’historien environnementaliste une meilleure compréhension et une étude plus précise de son sujet[18].

Un large éventail de sourcesModifier

L’histoire de l’environnement mobilise des sources aussi nombreuses que variées. Ainsi, elle a non seulement recours aux sources historiques « classiques » telles que les discours des hommes politiques ou les archives au sens large du thème, mais elle peut également se référer à des sources issues d’autres sciences, telles que la toponymie, l'hydronymie, la génétique, les coupes glaciaires (E. Le Roy Ladurie)[19], le relevé des secousses sismiques (P. Alexandre)[20] ou l’observation du paysage[21] par exemple. Toutefois, il est évident que pour disposer d'informations climatiques pour les époques plus reculées, où les instruments de mesure n'existaient pas encore, les historiens doivent parfois se baser sur les égo-documents tels que les journaux intimes.

RéseauxModifier

Les chercheurs en histoire environnementale sont assez isolés : il y en a rarement plus d'un ou deux au sein de la même institution. C’est pour cette raison que les historiens s’organisent en réseaux d’histoire de l’environnement, qui leur permettent de faire circuler la recherche en partageant leurs travaux et en organisant des rencontres nationales voire internationales. Congrès, colloques et autres évènements scientifiques sont pour l'histoire environnementale d’une richesse et d’une utilité indispensable car ils permettent de propager la recherche hors de ses frontières régionales ou nationales, mais aussi de donner une légitimité internationale à ce domaine de recherche[22]. Enfin, les réseaux permettent également la parution d'ouvrages collectifs, d'actes de colloques ou de revues de plus grande ampleur, qui contribuent également à la dynamisation du courant. Ci-dessous, des exemples de réseaux en lien avec l'histoire environnementale[23] :

InternationauxModifier

  • Association for East Asian Environmental History (AEAEH) – 2011
  • Association of South Asian Environmental Historians (ASAEH) – 2007
  • Australian & New Zealand Environmental History Network – 1997
  • European Society for Environmental History (ESEH) – 1999
  • Nordic Environmental History Network (NEHN) – 2009
  • Quelques Arpents de neige (Québec, Ontario, USA) – 2003
  • Sociedad Latinoamericana y Caribeña de Historia Ambiental (SOL-CHA) – 2006
  • Society for Croatian Economic and Environmental History – 2005

NationauxModifier

  • American Society for Environmental History (ASEH) – 1977
  • Histoire de l’environnement – Réseau interdisciplinaire (HEnRI) – 2008
  • Irish Environmental History Network – 2009
  • Network in Canadian History and Envorionment (NiCHE) – 2007
  • Rede Brasileira de História Ambiental (RBHA) – 2007
  • Réseau Thématique Pluridisciplinaire (RTP) CNRS « Histoire de l’Environnement » - 2010
  • Réseau universitaire de chercheurs en histoire environnementale (RUCHE) – 2008

ThématiquesModifier

  • Association d’Histoire des Sociétés Rurales – 1993
  • Association for the Study of Literature and Environment (ASLE) – 1992
  • Australian Forest History Society – 1988
  • Australian Garden History Society – 1980
  • British Agricultural History Society – 1952
  • Climate History Network – 2010
  • Comparative Rural History of the North Sea Area (CORN) – 1995
  • European Rural History Organisation (EURHO) – 2012-2012
  • Forest History Society – 1946
  • Gesellschaft für Agrargeschichte – 1953
  • Groupe d’histoire des forêts françaises – 1980
  • Groupe d’Histoire des zones humides – 2003
  • International Society for Historical Climatology and Climate History – 2003
  • International Water History Association  - 2001
  • Rural RePort Rede de História Rural em Português – 2011
  • Sociedad Española de Historia Agraria – 1987
  • Society for Landscape Studies – 1979
  • Swiss Rural History Society – 2009
  • Vereniging voor Landbouwgeschiedenis – 2009

ChronologiqueModifier

  • Environmental History Network for the Middle Ages (ENFORMA) – 2009

Groupes, centres et instituts de recherche universitairesModifier

  • Abteilung für Wirtschafts, Sozialund Umweltgeschichte (Université de Bern, Suisse) – 1997
  • AHRB Research Centre for Environmental History (University of Stirling et Université de St Andrews, Écosse) – 2002  
  • Center for Ecological History (Renmin University of China, Chine) – 2012
  • Center for Environmental and Technological History (European University at St Petersburg, Russie) – 2002
  • Center for Environmental History in Estonia (Université de Tallinn, Estonie) – 2011-2012
  • Center for Historical Environment and socio-economic Development in Northwest China (Normal University de Shaanxi, Chine) – 2010
  • Centre d’histoire des sciences et des techniques (ULiège, Belgique) – 1982
  • Centre d’histoire des techniques devenu en 2004 Centre d’histoire des techniques et de l’environnement devenu en 2013 Laboratoire Histoire des technosciences en société (CNAM, Paris) – 1960
  • Centre for Environmental History and Policy (University of Stirling, Écosse) – 1999
  • Centre for Environmental History at the Australian National University (Australian National University, Australie) – 2009  
  • Centre for World Environmental History (Université du Sussex, Royaume-Unis) – 2002
  • Graduiertenkolleg Interdisziplinäre Umweltgeschichte (Université Göttingen, Allemagne) – 2004
  • Groupe de recherche en histoire environnementale (École des Haute Études en Sciences Sociales, France) – 2008
  • Grupo de investigación Historia, Ambiente y Politica (Université nationale de Colombie, Colombie et Université de Los Angeles, USA) – 1997
  • Institut für Geschichte des ländlichen Raumes (St-Pölten, Autriche) – 2002
  • Institute for Environmental History (Université de St Andrews, Écosse) – 1992
  • Interfacultair Centrum voor Agrarische Geschiedenis (KULeuven, Belgique) – 2001
  • International Environmental History Group (Université de Tampere, Finlande) – 2001
  • Nelson Institute’s Center for Culture, History and Environment (Université du Wisconsin-Madison, USA) – 1970
  • Onderzoekgroep Ecologische Geschiedenis aujourd’hui fondu dans le Vakgroep Geschiedenis (UGent, Belgique) – début 1990
  • Pôle de l’histoire environnementale de l’Université de Namur (Université de Namur, Belgique) – 2008
  • Rachel Carson Center for Environment and Society (Munich, Allemagne) – 2009
  • Rural and Environmental History Group (Université de Wageningen, Pays-Bas) – 1949
  • Zentrum für Umweltgeschichte (Université de Vienne, Autriche) – 2003

Thèmes de recherche en histoire de l'environnementModifier

L'histoire de l'environnement étant par définition d'une importante richesse thématique, la présentation qui suit ne saurait être exhaustive, mais a pour vocation de donner au lecteur un premier horizon des recherches en histoire environnementale.

Histoire du climat, des changements climatiques et des catastrophes naturellesModifier

L’évolution du climat et l'étude des changements climatiques représentent un des thèmes centraux de l’histoire de l’environnement, en se centrant sur une histoire "sans les hommes". Ce courant historiographique a mis en évidence des périodes historiques présentant des écarts climatiques importants, tels que l'optimum médiéval. Pour ce faire, les chercheurs se basent sur les relevés des températures, sur l’étude des glaciers et sur l’évolution des récoltes. Le pionnier de l’histoire du climat dans le monde scientifique francophone est Emmanuel Le Roy Ladurie[24].

L’histoire des catastrophes naturelles étudie les phénomènes climatiques ayant un impact important sur la Terre. Elle se consacre à l’étude des éruptions volcaniques (par exemple, l'éruption du Samalas en  Indonésie en 1257, l'éruption du Kuwae, à Vanuatu en 1453, l'éruption du Tambora en  Indonésie en 1815, …), les tremblements de terre et les tsunamis (qui causèrent notamment la destruction de Lisbonne en 1755, …), les inondations, les tempêtes, …[25].

Histoire des animauxModifier

L’histoire des animaux est divisée en deux branches. La première branche étudie les animaux sauvages, en tant que nuisibles pour l’homme mais également en tant que sources d'alimentation et d’habillement. L’histoire de la chasse fait donc partie intégrante de ce sous-type historiographique[26].

La seconde branche de l’histoire des animaux est dédiée aux animaux domestiques, essentiellement motivée par le fait que l’élevage soit une des activités principales des sociétés rurales peuplant l’histoire mondiale[27]. Ce type d’histoire se consacre également aux épizooties, c’est-à-dire aux maladies dévastant les cheptels[28]. Il inclut également les animaux familiers tels que les chiens et les chats mais aussi les animaux des premiers zoos et ménageries[29].

Histoire de l'air et de l'espace sonoreModifier

Une des principales applications de l'histoire de l'air porte sur ce que les chercheurs (notamment Alain Corbin) ont appelés la "théorie des miasmes". Celle-ci a véhiculé durant de nombreux siècles la croyance selon laquelle le « mauvais air » répandrait les maladies. Ce mauvais air était reconnaissable à son odeur nauséabonde[30]. Cette théorie a eu des conséquences médicales (épidémies, ...) et urbanistiques qui sont aujourd’hui étudiées au sein de l’histoire de l’air. Les brouillards (smogs, fumées de houille,  …) sont aussi étudiés par ce courant[31].

L’histoire de l’espace sonore se consacre à l’étude du bruit et des sons. Les historiens se penchent notamment sur le bruit du labeur, les cris d’animaux, ou encore les "marqueurs sonores du quotidien" (tambours, trompettes, cloches, …)[32], les bruits des fêtes, les bruits liés à la guerre et ses conséquences, …[33].

Histoire du paysageModifier

Les historiens du paysage étudient l’évolution des villes et particulièrement l’urbanisme et les fortifications. L’étude des voies de communication, notamment les canaux et les chaussées, fait partie intégrante de l’histoire du paysage. Le rôle de l’Église dans la construction des couvents, d’abbayes et d’églises sont des sujets propices à l’histoire du paysage. Ce type d’histoire est, dans ses sujets, proche de l’histoire de l’occupation du sol[34].

Histoire de l'eauModifier

L’histoire de l’eau étudie l’évolution de cours d’eau et l’arrivée d’eau potable dans les zones habitées. Les cours d’eau sont aménagés par l’homme afin d’y installer les premières industries. L'historien de l'environnement étudie ces différentes formes d'adduction d’eau : puits, fontaines, réseaux de distribution d’eau et cours d’eau intramuros, par exemple.  La pollution de l’eau et l’évacuation des eaux usées sont également des sujets étudiés par les historiens de l’environnement[35].

L’histoire de la mer est aussi étudiée par certains historiens et notamment Fernand Braudel[36].

 
En Europe, le déboisement a été important autour des grandes villes médiévales et de la Renaissance. Ixelles-Carte de Ferraris

Histoire de l'occupation du sol, du sous-sol et forestièreModifier

L’histoire de l’occupation du sol se consacre à l’étude de la couverture du sol. Les historiens de l’occupation du sol se consacrent ainsi à l’histoire des cultures, des polders, des terrains incultes et des espaces boisés. L’industrialisation engendrant une certaine pollution intéresse également les historiens de l’environnement. Les historiens de l’occupation du sol travaillent généralement à partir de cartes anciennes (Carte de Ferraris, Plan Popp, …) avant d’aller travailler sur le terrain lui-même[37].

L’histoire du sous-sol se consacre essentiellement à l’étude de l’exploitation des mines et des carrières[38].

L'histoire forestière n'est pas récente. Il y a 100 ans, la Grande somme d'Histoire de la forêt en Belgique a été écrite. Aujourd'hui, les scientifiques se préoccupent entre autres de la question des maladies sylvicoles et du développement d'éléments pathogènes causés par la hausse des températures. Dès lors, les historiens sont amenés à comparer les faits actuels avec les cycles antérieurs[39].

Spécificités géographiquesModifier

FranceModifier

L’histoire de l’environnement a été introduite en France par l’École des Annales dans le courant des années 1970. Au sein de celle-ci, les historiens de l’environnement souhaitaient faire une histoire globale incluant la géographie historique et les dimensions biologiques et matérielles de l’histoire humaine. Cependant, ce type d’histoire ne fait pas l’unanimité au sein de l’École des Annales. Pourtant, la revue des Annales est une des premières revues françaises à consacrer un article à l’histoire de l’environnement[40].

Malgré cela, une méfiance vis-à-vis de ce courant s’installe chez certains historiens, qui considèrent l’histoire de l’environnement comme une mode. Ainsi rejeté, le courant reste durant de nombreuses années en marge de l’historiographie française, situation encore complexifiée par son incapacité à se structurer en France.  Dans un premier temps, les historiens français restent très peu nombreux à travailler ce type d’histoire et se penchent principalement l’histoire du climat et des forêts[41].

Mais depuis le début des années 2000, l’histoire environnementale s’est imposée comme un élément central de l’historiographie française. À l’échelle mondiale, la France apparaît comme l’un des pays les plus actifs au sein de ce type d’histoire. Deux grands courants structurent les travaux des historiens français de l’environnement : l'histoire des relations entre les hommes et leur écosystème et l'histoire de l’environnement apportant de nouveaux éclairages sur les autres courants historiographiques[42].

Une particularité des historiens de l’environnement français réside dans leur engagement en faveur de l’écologie. Ces historiens désirent apporter leur éclairage sur les défis écologiques actuels et futurs et plaident pour une réflexivité environnementale passant par la profondeur historique. Ce phénomène est propre au contexte français[43].

En France, l’histoire environnementale a reçu depuis 2009 le soutien du ministère chargé de la recherche scientifique. Ce soutien s’inscrit dans le cadre d’un plan national de recherche au sein des sciences de l’environnement, qui vise à comprendre les évolutions historiques des systèmes naturels en prônant l’approche pluridisciplinaire. Ce plan prévoit également la sauvegarde des sources utiles aux historiens de l’environnement[44].

BelgiqueModifier

En Belgique, les historiens de l’environnement sont réunis en deux réseaux linguistiques distincts.

Le réseau francophone "Histoire de l’environnement - Réseau interdisciplinaire" (HEnRI) a été créé en 2008 à l’initiative d’Isabelle Parmentier (Université de Namur) et de Chloé Deligne (Université libre de Bruxelles). Il est financé par le Fonds National de Recherche Scientifique (FNRS)[45]. L'HEnRI a pour objectif d’étudier l’histoire de l’environnement et celle des phénomènes naturels dans le territoire belge. Il souhaite également faire communiquer entre eux les chercheurs liés à ce type d’histoire en prônant l’interdisciplinarité. Ce réseau a également pour objectif de mettre en évidence les sources utilisées par les historiens de l’environnement. HEnRI organise également une à deux fois par an des journées de travail ainsi que des journées d’études nationales ou internationales[46].

En Wallonie également, le Centre d’histoire des sciences et des techniques (CHST) de l’Université de Liège, créé en 1982, est très actif au sein de l’histoire environnementale[47]. De même, le Pôle de l'histoire environnementale de l'Université de Namur (PolleN), fondé en 2008, est spécifiquement consacré à ce type d’histoire[48],[49].

En Belgique néerlandophone, l’histoire de l’environnement a commencé à se développer à partir des années 1990. En Flandre, il n’existe pas de réseau en tant que tel, contrairement à ce qui se fait dans la partie francophone du pays. Néanmoins, il existe deux grands centres de recherche en histoire de l’environnement en Flandre. Le premier est situé à l’Université de Gand, le second à l’Université d’Anvers. Ils étudient divers sujets tels que les sociétés et les paysages ruraux, l’histoire du climat, l’énergie (sa production et son utilisation), les mentalités liées à l’environnement et la pollution. Les liens entre l’environnement, la démographie, l’alimentation et les maladies sont également étudiés par les chercheurs flamands. La Vrije Universiteit Brussel est également active au sein de la recherche en histoire de l’environnement[50].

Les Premières Rencontres d'Histoire de l'Environnement en Belgique ont été organisées en 2008 par le Pôle de l'histoire environnementale de l'Université de Namur (PolleN)[51] et furent renouvelées en 2012 avec les Deuxièmes Rencontres d'Histoire de l'Environnement en Belgique[52].

États-UnisModifier

 
Rachel Carson

L’histoire environnementale naît aux Etats-Unis. Elle connait ses prémisses dans les années 1960. Le pays est influencé par les mouvements politiques militants mais aussi par la New Left History. Les historiens américains affirment alors que jusqu’ici, l’Histoire oublie toujours la terre et son biotope. Ils veulent faire une histoire de ce qui est ignoré à une époque où l’histoire intellectuelle est encore largement pratiquée.

La naissance officielle de l’histoire environnementale est datée en 1972, année de la parution d’un numéro spécial de la revue Pacific Historical Review. Le mouvement commence alors à se développer dans les universités de la côte ouest.

Cependant, la prise de conscience des enjeux écologiques a lieu une décennie plus tôt lorsque Rachel Carson (1907-1964), biologiste, publie Silent Spring où elle dénonce l’utilisation des pesticides. Ses travaux conduisent à la création de l’Environmental Protection Agency et déclenchent également une modification de la politique nationale envers l’utilisation des pesticides. Rachel Carson est une figure symbolique dans l’histoire environnementale. Son nom est souvent donné à des bâtiments ou des associations du courant.

Les enjeux écologiques triomphent surtout le 22 avril 1970 lorsqu’est organisé le premier Earth Day, une des plus grandes manifestations organisées jusqu’alors aux Etats-Unis (20 millions de personnes sont présentes).

Malgré cette prise de conscience et la création de revues, il ne faut pas croire pour autant que le courant est dynamique. Des articles antérieurs sont réédités (histoire de la conservation, histoire des forêts) et la revue Environmental Review a failli disparaitre à plusieurs reprises. En outre, l’American Society for Environmental History, créée en 1976, ne contient qu’un peu moins de 200 adhérents en 1987. Enfin, aucun poste universitaire n’est encore créé et les recherches ne peuvent se développer que grâce à quelques campus favorables au courant comme l’University of California.

L’histoire environnementale se développe et connait une deuxième vague dans les années 1980. Certains travaux de cette décennie sont aujourd’hui considérés comme des classiques du genre. Malgré une fragilité institutionnelle, le dynamisme des chercheurs permet de donner au courant une large visibilité. Les thèmes de recherche s’articulent autour des ressources, des énergies ou encore de l’exploitation. L’homme est reconnecté dans son milieu qu’est la terre. Les années 1980 connaissent également la première conférence sur l’histoire environnementale (1982). La classe historique montre des premiers signes de reconnaissance du courant vers la fin de cette décennie.

Il faut attendre 1990 pour que l’histoire environnementale soit enfin définie (Journal of American History). Mais cette définition divise : les acteurs du domaine ne sont pas toujours d’accord sur la théorie. Toutefois, ils partagent leur identité commune dans le domaine de l’histoire.

L’histoire environnementale occupe une place ambigüe dans le champ de l’histoire. Le courant revendique de faire toujours passer au premier-plan le non-humain (avant les classes opprimées que peuvent être les femmes, les Afro-américains ou autres minorités)[53].  

À l’heure actuelle, les historiens américains travaillant dans le domaine de l’histoire de l’environnement réalisent essentiellement des recherches dans deux domaines : l'histoire du climat et l'histoire des interactions entre l’homme et son milieu[54].

Royaume-UniModifier

 
Carte des possessions britanniques

L’histoire environnementale a commencé à se développer au Royaume-Uni à partir des années 1970 mais c’est surtout deux décennies plus tard que le courant s’impose dans les îles britanniques. Il émerge grâce à des travaux sur l’histoire des forêts en lien avec le rôle qu’a pu avoir l’empire britannique (par exemple, le gouvernement a décidé une politique de conservation et de protection des forêts indiennes autour de 1900). Plus récemment, l’attention est portée sur l’impact qu’a pu avoir l’empire notamment aux niveaux de la découverte des terres, du commerce et des utilisations scientifiques de plantes exotiques aux XIXe et XXe siècles.

Pour plus d’informations concernant l’historiographie anglophone sur cette matière, voir Environmental history.

Ailleurs dans le mondeModifier

Le monde anglophone et particulièrement les anciens dominions britanniques (Inde, Australie, Canada, Afrique du Sud, Nouvelle-Zélande, …), est très actif dans les domaines de recherches relevant de l’histoire de l’environnement. L’histoire du climat, l’histoire de l’occupation du sol, l’histoire du paysage et l’histoire des catastrophes naturelles sont les domaines les mieux représentés dans le monde anglophone[42].

En Afrique, seuls quelques chercheurs travaillent en histoire de l’environnement. Par contre, de nombreux chercheurs européens réalisent des recherches sur les anciennes colonies de leurs pays respectifs[55].

BibliographieModifier

Ci-dessous se trouve une bibliographie sélective des ouvrages à majorité francophones les plus récents en histoire de l’environnement.

Bibliographie thématiqueModifier

Histoire du climat et des catastrophes naturellesModifier

  • Acot, P., Histoire du climat, Paris, 2004.
  • Alexandre, P., Kusman, D. et Canelbeeck, T., Le tremblement de terre du 18 septembre 1692 dans le nord de l’Ardenne (Belgique). Impact sur le patrimoine architectural, via https://orbi.ulg.ac.be/bitstream/2268/80033/1/Alexandre%20Kusman%20Camelbeeck%201692%20%28Perpignan%29.pdf.
  • Baumont, D., Levret-Albaret, A., Scotti, O. et Quenet, G., The 14 August 1708 Manosque, France earthquake. New constraints on the damage area from in-depth historical studies, dans Annals of Geophysics, t. 47, 2004, p. 583-597.
  • Bernardino, F., Delvaux, P. et Walter, Fr., dir., Les Cultures du risque (XVIe-XXIe siècle), Genève, 2006.
  • Berlioz, J., Les catastrophes naturelles et calamités au Moyen Âge, Florence, 1998.
  • Berlioz, J., Les lendemains des catastrophes naturelles au Moyen Âge, dans Cahiers de la Villa Kérylos, t.1, 2008, p. 165-181.
  • Braun, Th., et Radner, J., dir., The Lisbon Earthquake of 1755. Representations and Reactions, Oxford, 2005.
  • Cœur, D., La Plaine de Grenoble face aux inondations. Genèse d’une politique publique du XVIIIe au XXe siècle, Versailles, 2008.
  • Cushing, M., Durouchoux, C., Lambert, J. et  Levret-Albaret, A., dir., Mille Ans de séismes en France, Nantes, 1996.
  • D’Arcy Wood, G. L’année sans été : Tabora, 1816. Le volcan qui a changé le cours de l’histoire, Paris, 2016.
  • Delumeau J. et  Lequin, Y., dir., Les Malheurs des temps. Histoire des fléaux et des calamités en France, Paris, 1987.
  • Derouet, J., Catastrophes naturelles en Touraine. Quinze siècle de cataclysmes, Le Coudray-Macouard,  2015.
  • Favier, R., dir., Les Pouvoirs publics face aux risques naturels dans l’histoire, Grenoble, 2002.
  • Labbé, Th., Les catastrophes naturelles au Moyen Âge, Paris, 2017.
  • Lamb, H., Climate, History and the Modern World, Londres, 1982.
  • Lamb, H., The Changing Climate, Londres, 1966.
  • Le Roy Ladurie, E., Histoire du climat depuis l’an mil, t.1-2, Paris, 2009.
  • Le Roy Ladurie, E., Histoire humaine et comparée du climat. Canicules et glaciers, XIII-XVIII siècle, Paris, 2004.
  • Le Roy Ladurie, E, Naissance de l’histoire du climat, Paris, 2013.
  • Le Roy Ladurie, E., Trente-trois questions sur l’histoire du climat, Paris, 2010.
  • Le Roy Ladurie, E et Rousseau, D., dir., Les fluctuations du climat. De l’an mil à aujourd’hui, Paris, 2011.
  • Pfister C., dir., Le Jour d’après. Surmonter les catastrophes naturelles : le cas de la Suisse entre 1500 et 2000, Berne, 2002.
  • Quenet, G., Fléaux de Dieu ou catastrophes naturelles ? Les tremblements de terre en France à l’époque moderne, dans Terrain, t. 54, 2010, p. 10-25.
  • Quenet, G., La catastrophe, un objet historique ?, dans Hypothèse, t. 3, 2000, p. 11-20.
  • Quenet, G., Les Tremblements de terre aux dix-septième et dix-huitième siècles. La naissance d’un risque, Paris, 2005.
  • Signorelli, A., Catastrophes naturelles et réponses culturelles , dans Terrain, t. 19, 1992, p. 147-158.
  • Testot, L., Cataclysmes. Une histoire environnementale de l’humanité, Payot, Paris, 2017 (ISBN 978-2228917582)
  • Thély, L., Les Grecs face aux catastrophes naturelles : savoirs, histoire , mémoire, Athènes, 2016.
  • Von Rudloff, H., Die Schwankungen und Pendelungen des Klimas in Europa seit dem Beginn des regelmässingen Instrumenten-Beobachtungen, Brunswick, 1967.
  • Walter, Fr., Catastrophes. Une histoire culturelle, XVIe-XXIe siècle, Paris, 2008.

Histoire des animauxModifier

  • Baldin, D., Histoire des animaux domestiques, XIXe-XXe siècle, Paris, 2014.
  • Blancou, J., Histoire de la surveillance et du contrôle des maladies animales transmissibles, Paris, 2000.
  • Fagan, B., La grande histoire de ce que nous devons aux animaux, Paris, 2017.
  • Jussiau, R., Montméas, L., et Parot, J.-C., L’Élevage en France, 10 000 ans d’histoire, Dijon, 1999.
  • Le Mene, M., L'homme, l'animal domestique et l'environnement du Moyen Âge au XVIIIe siècle, Nantes, 1993.
  • Mazoyer, M., dir., L’oiseau, entre ciel et terre, Paris, 2005.
  • Moriceau, J.-M., L’Élevage sous l’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, 1999.
  • Paravicini Bagliani, A. et Van den Abeele, B., La chasse au Moyen Âge. Société, traités, symboles, Firenze, 2000.
  • Vallat, F., Les épizooties en France de 1700 à 1850. Inventaire clinique chez les bovins et les ovins, dans Histoire et sociétés rurales, t. 15, 2001, p. 67-104.
  • Van den Abeele, B., La fauconnerie au Moyen Âge, Paris, 1994.
  • Van den Abeele, B., Migrations médiévales de la grue, dans Micrologus, 2000, t. 8, p. 65-78.

Histoire de l'air et de l'espace sonoreModifier

  • Bala, O, L’espace sonore de la ville au XIXe siècle, Grenoble, 2003.
  • Bernhardt, C. et Massard-Guilbaud, G., dir., Le démon moderne. La pollution dans les sociétés urbaines et industrielles d’Europe, Clermond-Ferrand, 2002.
  • Chauvaud, F. et  Prétou, P., dir., Clameur publique et émotions judiciaires. De l'Antiquité à nos jours, Rennes, 2014.
  • Corbin, A., Histoire du silence. De la Renaissance à nos jours, Paris, 2016.
  • Corbin, A., Le miasme et la jonquille, Paris, 2008.
  • Corbin, A., Les cloches de la terre : Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Paris, 2013.
  • Gutton, J.-P., Bruits et sons dans notre histoire, Paris, 2000.
  • Lett, D., et Offenstadt, N., dir., Haro ! Noël ! Oyé !: pratiques du cri au Moyen Âge, Paris, 2003.
  • Muchembled, R., La civilisation des odeurs, Paris, 2017.
  • Simonnet, C., Brève histoire de l’air, Versailles,  2014.
  • Sterne, J., Une histoire de la modernité sonore, Paris, 2015.
  • Tyburce, B., Une étrange histoire de l’air, Paris, 2010.
  • Zimmer, A., Brouillards toxiques : vallée de la Meuse, 1930. Contre-enquête, Bruxelles, 2016.

Histoire du paysageModifier

  • Audouy, M. et Péna, M., Petite histoire du jardin & du paysage en ville, Paris, 2012.
  • Brunet, S., et Martin, P., dir., Paysage et religion. Perceptions et créations chrétiennes, Paris, 2015.
  • Castela, P., dir., Histoire du paysage niçois, t.1-2, Nice, 2016.
  • Claval, P., Brève histoire de l’urbanisme, Paris, 2014.
  • Collet, E., Joosten, C., Paquet, D., Parmentier, I. et Vincke, V., De la pub plein les murs. Peintures murales et enseignes commerciales, Bruxelles, 2010.
  • Coulon, G., Les voies romaines en Gaule, Paris, 2013.
  • Edelblutte, S., Paysages  et territoires de l’industrie en Europe. Héritages et renouveaux, Paris, 2009.
  • Lauzon, G., L’histoire de l’urbanisation de Pointe Saint-Charles, 1840-1930, Montréal, 2015.
  • Morisset, L., La mémoire du paysage. Histoire de la forme urbaine d’un centre-ville : Saint-Roch, Québec, 2001.
  • Pitte, J.-R., Histoire du paysage français. De la Préhistoire à nos jours, Paris, 2012.
  • Ragon, M., Histoire de l’architecture et de l’urbanisme modernes, t. 1-2, Paris, 2010.
  • Vue, B.,  Histoire des paysages, Paris, 2012.

Histoire de l'eauModifier

  • Aubriot, O., et Jolly, G., dir., Histoires d'une eau partagée : irrigation et droits d'eau du Moyen Âge à nos jours, Aix-en-Provence, 2002.
  • Auphan, E. et Regrain, R., dir., L'eau et la ville, Paris, 1999.
  • Barrier, Ph., La mémoire des fleuves de France, Paris, 1990.
  • Benoit, B., Les étangs de la Dombes au Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles). Approche ethnohistorique d'un système agropiscicole, Paris, 1992.
  • Bonnamour, L., dir., Archéologie des fleuves et des rivières, Paris, 2000.
  • Bonnin, J., L'eau dans l'antiquité : l'hydraulique avant notre ère, Paris, 1984.
  • Braudel, F., La Méditerranée. L’espace et l’histoire, Paris, 2009.
  • Bravard, J.-P. et Maguy, M., dir., Les fleuves ont une histoire. Paléo-environnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans, Arles, 2002.
  • Cebron de Lisle, Ph., L'eau a Paris au XlXe siècle, Paris, 1991.
  • De Réparaz, A., dir.,  L’eau et les hommes en Méditerranée, Paris, 1987.
  • Desmet, Y., Le culte des eaux dans la Gaule pendant le Haut Moyen Âge, dans Revue du Nord, t. 80, 1998, p. 7-27.
  • Devulder, L., Les usages de l’eau au cours de l’histoire, Dunkerque, 2000.
  • Goubert, J.-P., La conquête de l'eau : l'avènement de la santé a l’âge industriel, Paris 1986.
  • Gouedo-Thomas, C., Usage de l'eau dans la vie privée au Moyen Âge à travers l'iconographie des manuscrits à peintures de l'Europe septentrionale (XIIIe-XVIe siècles), Lille, 2001.
  • Honnoré, L. et Van Mol, B. dir., Les voies navigables en Hainaut du Moyen Âge à nos jours: Catalogue de l'exposition organisée par Hannonia et la province de Hainaut, avec le concours du service public de Wallonie, Namur, 2012.
  • Kapferer, A.-D., Fracas et murmures : le bruit de l'eau dans un Moyen Âge picard et boulonnais, Amiens, 1991
  • Leguay, J.-P., L'eau dans la ville au Moyen Âge, Rennes, 2002.
  • Le Sueur, B., Le domaine public des rivières et canaux. Histoire culturelle et enjeux contemporains, Paris, 2015.
  • Maneglier, H., Histoire de l'eau : du mythe a la pollution, Paris, 1991.
  • Miquel, P., Histoire des canaux, fleuves et rivières de France, Paris, 1994.
  • Racine, P., dir., Fleuves, rivières et canaux dans l'Europe occidentale et médiane, Nancy, 1997.
  • Ribemont, B., dir., L'eau au Moyen Âge, symboles et usages, Orléans, 1996.
  • Serna, V., dir.,  Le Cher : Histoire et archéologie d’un cours d’eau, Paris, 2013.
  • Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur, L'Europe et l'océan au Moyen Âge. Contribution à l'histoire de la navigation, Nantes, 1988.
  • Thomasset, C. et James-Raoul, D., dir., Dans l'eau, sous l'eau. Le monde aquatique au Moyen Âge, Paris, 2002.
  • Vassal, Ph., Les eaux de Paris en Révolution, 1775-1825, Paris, 1997.

Histoire de l'occupation du sol, du sous-sol et forestièreModifier

  • Aussem, R., Defechereux, O., Peters, A. et Xhayet, G., L’environnement et son histoire, dans Science Connection, t. 26, 2009, p. 10-15.
  • Baret-Bourgon, E., La ville industrielle et ses poisons. Les mutations des sensibilités aux nuisances et pollutions industrielles à Grenoble, Grenoble, 2005.
  • Barthole, S., Fekete, A., et Giraux, M.-A., Analyse et cartographie du sous-sol de la ville Paris, Paris, 2014.
  • Boulvain, F., Cabuy, Y.,  Demeter, S. et Pingot, J.-L., Genèse du sous-sol en Wallonie, Bruxelles, 2015.
  • Cabuy, Y., Demeter, S., Guillaume, A. et Meganck, M., dir.,  Atlas du sous-sol archéologique de la Région de Bruxelles, t. 1 – 24, 1992-2012.
  • Chalvet, M., Une histoire de la forêt, Paris, 2011.
  • Cursente, B., et Mousnier, M., dir., Les territoires du médiéviste, Rennes, 2005.
  • Defechereux, O. et Peters, A., Pollution et dépollution en Wallonie. Études rétrospectives des sites d’activité économique désaffectés, potentiellement pollués, Paris, 2007.
  • Deslatte, J., Defechereux, O. et Peters, A., Le rôle des historiens dans le processus de reconversion des sites industriels en Wallonie, Courcelles, 2014.
  • Diop-Maes, L.-M., Afrique noire. Démographie, sol et histoire, Paris, 1997.
  • Higounet, C., Recherches sur l’histoire de l’occupation du sol du Périgord, Paris, 1978.
  • Fabre, E. et Vernet, C., Évolution de l’occupation du sol dans les Alpes-de-Haute-Provence (début du XIXe siècle-fin du XXe siècle), dans Méditerranée, t. 107, 2006.
  • Leguay, J.-P., La pollution au Moyen Âge, Paris, 1999.
  • Le Roux, Th., Le laboratoire des pollutions industrielles, Paris, 1770-1830, Paris, 2011.
  • Leyens, S., Frognieux, N. et Feltz, B., dir., La nature en éclats. Cinq controverses philosophiques, Louvain-la-Neuve, 2015.
  • Massard-Guilbaud, G., Histoire de la pollution industrielle, France, 1789-1914, Paris, 2010.
  • Parmentier, I., Histoire de l’environnement en Pays de Charleroi, 1730-1830. Pollution et nuisances dans un paysage en voie d’industrialisation, Bruxelles, 2008.
  • Parmentier, I., Les métiers polluants dans la ville. Repères historique, dans Les cahiers de la fonderie, t. 47, 2013, p. 10-14.
  • Peters, A., L’histoire industrielle au service de l’assainissement des sites et sols pollués en Wallonie, Lille, 2010.
  • Peyron, J.-L., Farcy, Ch. et Poss, Y.,  Forêt et foresterie. Mutations et décloisonnements, Paris, 2013.   
  • Sargos, J., Histoire de la forêt landaise, Bordeaux, 1998.
  • Toubert, P., Histoire de l’occupation du sol et archéologie des terroirs médiévaux : la référence allemande, dans Journal des savants, t. 1, 1998, p. 55-77.
  • Trément, F., Histoire de l’occupation du sol et évolution des paysages dans le secteur des étangs de Saint-Blaise (Bouches du Rhône). Essai d’archéologie du paysage, Aix-en Provence, 1994.
  • Vallat, P., Histoire de l’occupation du sol dans la Limagne des butes (Puy-de-Dôme). De l’âge du Fer à l’Antiquité tardive, Avignon, 2002.

Revues[56]Modifier

  • Chinese Environmental History Newsletter (Chine) – 1994-1996
  • Contactblad Net Werk voor de geschiedenis van hygiëne en milieu (Pays-Bas) – 1986-2001
  • Coriolis, Interdisciplinary Journal of Maritime Studies (USA) – 2010
  • Ekonomska i ekohistorija (Economic and Ecohistory : Research Journal for Economic and Environmental History) (Croatie) – 2004
  • Environment and History (Royaume-Unis) – 1995
  • Environmental Humanities (Australie) – 2012
  • Environmental Review devient Environmental History Review en 1990, Environmental History en 1996 (USA) – 1976
  • Forest & Conservation History puis Forest History puis Journal of Forest History (USA) – 1957-1989
  • Global Environment : A Journal of History and Natural and Social Sciences (Italie) – 2008
  • Histoire et sociétés rurales (France) – 1994
  • ISLE : Interdisciplinary Studies in Literature and Environment (USA) – 2009
  • Journal of the North Atlantic (USA – Europe) – 2008
  • Klaudyan, Internet journal for historical geography and environmental history (République tchèque) – 2000
  • Nieuwsbrief Milieugeschiedenis Lage Landen (Pays-Bas) – 2007
  • Revista Historia Ambiental Latinoamericana y Carabeña (Amérique latine) – 2011
  • Revue d’histoire maritime (France) – 1997
  • Ruralia. Revue de l’Association des ruralistes français (France) – 1997
  • Technology and Culture (USA) – 1959
  • The Environmental History Newsletter (USA) – 1974
  • Tijdschrift voor ecologische geschiedenis devient deux ans plus tard Jaarboek voor ecologische geschiedenis (Belgique – Pays-Bas) – 1996
  • Tijdschrift voor Waterstaatsgeschiedenis (Pays-Bas) – 1992
  • Water History (Pays-Bas) – 2009

Ouvrages historiographiques sur l'histoire de l'environnementModifier

  • Arndt, M. Environmental History, dans Docupedia Zeitgeschichte, http://docupedia.de/zg/Arndt_environmental_history_v3_en_2016 (consulté le 25 novembre 2017).
  • Beattie, J., Recent Themes in the Environmental History of the British Empire, dans History Compass, t. 10, 2012, p. 129-139.
  • Bess, M., Cioc, M., et Sievert, J., Environmental History Writing in Southern Europe, dans Environmental History, t. 5, 2000, p. 545–556.
  • Blanc, G., Demeulenaere, E. et Feuerhahn, W., dir., Humanités environnementales : enquêtes et contre-enquêtes, Paris, 2017.   
  • Cioc, M., Linnér, B., et Osborn, M., Environmental History Writing in Northern Europe, dans Environmental History, t. 5, 2000, p. 396–406.
  • Coates, P. Emerging from the Wilderness. Recent Environmental History in the United States and the Rest of the Americas, dans Environment and History, t. 10, 2004, p. 407–438.
  • Corvol, A., dir., Les sources de l’Histoire de l’environnement, Paris, 1999.
  • Delort, R., Qu’est-ce que l’histoire de l’environnement, dans Académie de Grenoble, http://www.ac-grenoble.fr/histoire/didactique/general/blois2001/environnement.pdf (consulté le 27 novembre 2017).
  • Delort, R. et Walter, F., Histoire de l’environnement européen, Paris, 2001.
  • Dirkx, J., Hommel, P. et Vervloet, J., Historische ecologie: een overzicht van achtergronden en mogelijke toepassingen, dans Nederland, Landschap, t. 9, 1992, p. 39-51.
  • Dovers, S., dir., Essays in Australian Environmental History. Essays and Cases, Oxford, 1994.
  • Duban, F., L'écologisme aux États-Unis. Histoire et aspects contemporains de l'environnement américain, Paris, 2000.
  • Drummond, J., História Ambiental e o choque das civilizações, dans Ambiente e Sociedade, t. 5, 1999, p. 113-146.
  • Faure, O., Pour une histoire de l’environnement dans Vingtième siècle, t. 70, 2001, p. 147-148.
  • Fressoz, J-B, Graber, F., Locher F. et Quenet G., Introduction à l’histoire environnementale, Paris, 2014.
  • Hahn, S., et Reith, R., dir., Umwelt-Geschichte. Arbeitsfelder, Forschungsansätze, Perspektiven. Munich 2001
  • Herrmann, B., Aufsätze zur Umweltgeschichte, Göttingen, 2011.
  • Herrmann, B., Umweltgeschichte. Eine Einführung in Grundbegriffe, Berlin, 2016.
  • Honnoré, L. et Parmentier I., Archives, histoire de l'environnement et développement durable, Namur, 2013.
  • Hughes, J., An Environmental History of the World. Humankind's Changing Role in the Community of Life, Londres, 2001.
  • Hughes, J., Three Dimensions of Environmental History, dans Environment and History, t.14, 2008, p. 2–12.
  • Hughes, J., What is Environmental History ?, Cambridge, 2006.
  • Knoll, M. et Winiwarter, V., Umweltgeschichte. Eine Einführung, Stuttgart 2007.
  • Krech, S., McNeill, J. et Merchant C., dir., Encyclopedia of world environmental history, New-York, 2004.
  • Ledent, C. et Parmentier, I., La recherche en histoire de l'environnement : Belgique, Luxembourg, Congo, Rwanda, Burundi, Namur, 2010.
  • Leroy Ladurie, E., Pour une histoire de l’environnement : la part du climat dans Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, t. 25, 1970, p. 1459-1470.
  • Locher, F. et Quenet, G., L’histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d’un nouveau chantier dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 56, 2009, p. 7-38.
  • Manski, E.-E., Ecologische geschiedenis en milieugeschiedenis, Een historiografisch literatuuroverzicht, dans Tijdschrift voor Ecologische Geschiedenis, t.1, 1996, p. 5-17.
  • McNeill, J., Du nouveau sous le soleil. Une histoire de l’environnement mondial au XXe siècle, Paris, 2011.
  • McNeill, J., Observations on the Nature and Culture of Environmental History, dans History and Theory, t. 42, 2003, p. 5–43.
  • McNeill, J., The State of the Field of Environmental History, dans Annual Review of Environment and Resources, t. 35, 2010, p. 345–374.
  • Mosley, S., Common Ground : Integrating Social and Environmental History, dans Journal of Social History, t. 39, 2006, p. 915–933.
  • Nash, R., American Environment History.  A New Teaching Frontier, dans Pacific Historical Review, t. 41, 1972, p. 362-372.
  • Nash, R.,  Wilderness and the American Mind, Yale, 2001.
  • Oliveiria, A., Relação Homem/Natureza no Modo de Produção Capitalista, dans Scripta Nova, t. 119, 2002 p. 190 – 210.
  • Parmentier, I., Avons-nous notre avenir derrière nous ? L’histoire de l’environnement hier, aujourd’hui, demain, dans Etopia. Revue d’écologie politique, t. 13 : Écologie : les archives en mouvement, Bruxelles, 2013, p. 179-194.
  • Parmentier, I., dir., Études et bibliographies d’histoire environnementale : Belgique, Nord de la France, Afrique centrale. Namur, 2016.
  • Parmentier, I., dir., La recherche en histoire de l’environnement. Belgique-Luxembourg-Congo-Rwanda-Burundi, Namur, 2008.
  • Parmentier, I., L’histoire environnementale et la Ville : orientation et structuration de la discipline en Belgique, dans  Cahiers bruxellois : revue d'histoire urbaine, t.43, 2012, p. 43-57.
  • Parmentier, I., Thoen, E. et Verbruggen, C., Environmental history in Belgian historiography, dans Revue belge d’histoire contemporaine, t. 43, 2013, p. 173-186.
  • Pierotti, P., Introduzione a l'ecostoria, Milan, 1982.
  • Ponting, C., A New Green History of the World. The Environment and the Collapse of Great Civilizations, Londres, 2007.
  • Ponting, C., Uma História Verde do Mundo, Brasilia, 1995.
  • Pounds, N., An historical geography of Europe, Cambridge, 1990.
  • Quenet, G., Construire l’histoire environnementale dans Gemenne, F., dir., L’enjeu mondial : l’environnement, Paris 2015.
  • Quenet, G., Versailles, une histoire environnementale, Paris, 2015.
  • Radkau, J., Natur und Macht : eine Weltgeschichte der Umwelt, Munich, 2000.
  • Ramachandra, G., Environmentalism.  A Global History, Londres, 1999.
  • Rome, A., Conservation, Preservation, and Environmental Activism. A Survey of the Historical Literature, dans Université de Pennsylvanie, https://www.nps.gov/parkhistory/hisnps/NPSThinking/nps-oah.htm (consulté le 28 novembre 2017).
  • Schott, D., Europäische Urbanisierung (1000-2000). Eine umwelthistorische Einführung, Cologne, 2014.
  • Siemann, W., et Freytag, N., dir., Umweltgeschichte. Themen und Perspektiven, Munich, 2003.
  • Silvia, Fr., et Schramm, F., A questão ecológica: entre a ciência e a ideologia de uma época, dans Saúde Publica, t.13, 1997, p. 255-382.
  • Silvia, Fr., História das paisagens, dans Cardoso, C. et Vainfas, R., dir., Domínios da História: ensaios de teoria e metodologia,  Rio de Janeiro, 1997, p. 100-120.
  • Simmons, I., Changing the Face of the Earth. Culture, Environment, History, Oxford, 1996.
  • Simmons, I., Environmental History. A Concise Introduction, Oxford, 1993.
  • Sörlin, S., et Warde, P., The problem of the problem of Environmental History, dans Environmental History, t. 12, 2001, p. 107-130.
  • Stewart, M., Environmental History: Profile of a developing Field, dans The History Teacher, t. 31, 1998, p. 351-368.
  • Spary, E. Utopia’s Garden. French Natural History from Old Regime to Revolution, Chicago, 2000.  
  • Uekötter, F., dir., Umweltgeschichte in der Erweiterung, Cologne, 2004.
  • Université de Paris 8, http://julienas.ipt.univ-paris8.fr/vgodard/pub/publicat/ghff03.pdf (consulté le 22 novembre 2017).
  • Veyret, Y.,  Laganier, R. et Scarwell, H.-J., L’environnement. Concepts, enjeux et territoires, Malakoff, 2017.   
  • Vries, J,  Climate and history, Princeton, 1981.
  • Warde, P. et Sorlin, S., Nature's End. History and the Environment, Londres, 2009.
  • Warde, P. et Sorlin, S., The Problem of the Problem of Environmental History. A Re-reading of the Field and its Purpose, dans Environmental History, t. 12, 2007, p. 107–130.
  • White, R., Environmental History. Retrospect and Prospect, dans Pacific Historical Review, t. 70, 2001, p. 55–57.
  • Winiwarte, V., dir., Environmental History in Europe from 1994 to 2004. Enthusiasm and Consolidation, dans Environment and History, t. 10, 2004, p. 501-530.
  • Winiwarter, V., Was ist Umweltgeschichte? Ein Überblick, Vienne, 1998.
  • Winks, R., dir., The Oxford History of the British Empire, t. 5 : Historiography, Oxford, 1999, p. 664-665.
  • Worster D., Para fazer História Ambiental, dans Estudos Históricos, t. 4, 1991, p. 198-215.
  • Worster, D., dir., The Ends of the Earth: perspectives on modern environmental history, Cambridge, 1988.
  • Worster, D., The Wealth of Nature. Environmental History and the Ecological Imagination, Oxford, 1993.
  • Zirnstein, G., Ökologie und Umwelt in der Geschichte, Marbourg, 1996.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

VidéographieModifier

RéférencesModifier

  1. Beck Corinne et Delort Robert, Pour une histoire environnementale, Paris, , p. 5-8
  2. Fressoz Jean-Baptiste, Graber Frédéric, Locher Fabien et Quenet Grégory, Introduction à l'histoire environnementale, Paris, , p. 2-10, 78 et 104-106
  3. Locher Fabien et Quenet Grégory, « L'histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d'un nouveau chantier », Revue d’histoire moderne & contemporaine, vol. 56-4, no 4,‎ (lire en ligne)
  4. Massard-Guilbaud, G., Communication donnée à l’Assemblée générale de l’AHCESR le 6 novembre 2010, dans https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/870/files/2016/04/AHCESR-hist-environnementale.pdf (consulté le 23 novembre 2017).
  5. À ce sujet, voir Serge, A., dir., La politique française de l’environnement. Rapport d’activité de 1971 du ministère chargé de la protection de la nature et de l’environnement, Paris, 1972.
  6. Nash, R.,  Wilderness and the American Mind, Yale, 2001.
  7. Nash, R., American Environment History.  A New Teaching Frontier, dans Pacific Historical Review, t. 41, 1972, p. 362.
  8. Hays, S., Conservation and the Gospel of Efficiency , Cambridge, 1959.
  9. Hughes, J., What is Environmental History ?, Cambridge, 2006, p. 1-5.
  10. Worster, D., dir., The Ends of the Earth: perspectives on modern environmental history, Cambridge, 1988,        
  11. Parmentier, I., Avons-nous notre passé derrière nous ? L'histoire de l'environnement hier, aujourd'hui, demain dans Etopia, Revue d'écologie politique, 2013, t. 13, p. 179.
  12. Rome, A., Conservation, Preservation, and Environmental Activism. A Survey of the Historical Literature, dans https://www.nps.gov/parkhistory/hisnps/NPSThinking/nps-oah.htm (consulté le 28 novembre 2017).
  13. Delort, R., Qu’est-ce que l’histoire de l’environnement, http://www.ac-grenoble.fr/histoire/didactique/general/blois2001/environnement.pdf, consulté le 27 novembre 2017.
  14. CILF, Dictionnaire de l'environnement, Paris, , 3e éd., p. 132
  15. Voir Krech, S., McNeill, J. et Merchant C., dir., Encyclopedia of world environmental history, New-York, 2004.
  16. Développé dans Hughes, What is Environmental History ?, Cambridge, 2006.
  17. Delort, R., Qu’est-ce que l’histoire de l’environnement, http://www.ac-grenoble.fr/histoire/didactique/general/blois2001/environnement.pdf (consulté le 27 novembre 2017).
  18. A ce sujet, voir par exemple le Réseau Thématique Pluridisciplinaire (RTP) en Histoire de l'Environnement, fondé en 2010 au CNRS.
  19. Le Roy Ladurie, E., Histoire du climat depuis l’an mil, t.1-2, Paris, 2009.
  20. Alexandre, P., Kusman, D. et Canelbeeck, T., Le tremblement de terre du 18 septembre 1692 dans le nord de l’Ardenne (Belgique). Impact sur le patrimoine architectural, via https://orbi.ulg.ac.be/bitstream/2268/80033/1/Alexandre%20Kusman%20Camelbeeck%201692%20%28Perpignan%29.pdf (consulté le 03/12/17).
  21. A ce sujet, voir Godard, G. et Hotyat, M., Les sources de l'histoire de l'environnement : le XXe siècle, Chapitre 12 : Paysages et modifications de l'espace appréhendés grâce aux nouvelles sources d'information consulté sur http://julienas.ipt.univ-paris8.fr/vgodard/pub/publicat/ghff03.pdf le 08/12/17.
  22. Voir Parmentier, I., Avons-nous notre passé derrière nous ? L'histoire de l'environnement hier, aujourd'hui, demain dans Etopia, Revue d'écologie politique, 2013, t. 13, p. 179-194.
  23. Parmentier, I., « Avons-nous notre passé derrière nous ? L'histoire de l'environnement hier, aujourd'hui, demain. », Etopia. Revue d'écologie politique, no 13,‎ , p. 189-192
  24. Le Roy Ladurie, E, Naissance de l’histoire du climat, Paris, 2013.
  25. Quenet, G., La catastrophe, un objet historique ?, dans Hypothèse, t. 3, 2000, p. 11 -20.
  26. Fagan, B., La grande histoire de ce que nous devons aux animaux, Paris, 2017.
  27. Jussiau, R., Montméas, L., et Parot, J.-C., L’Élevage en France, 10 000 ans d’histoire, Dijon, 1999.
  28. Blancou, J., Histoire de la surveillance et du contrôle des maladies animales transmissibles, Paris, 2000.
  29. Baldin, D., Histoire des animaux domestiques, XIXe-XXe siècle, Paris, 2014.
  30. Voir notamment Corbin, A., Le miasme et la jonquille : l'odorat et l'imaginaire social (XVIIIe - XIXe siècles), Paris, 1986.
  31. Simonnet, C., Brève histoire de l’air, Versailles,  2014.
  32. D'après Corbin, A., Les cloches de la terre : paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Paris, 2000.
  33. Bala, O, L’espace sonore de la ville au XIXe siècle, Grenoble, 2003.
  34. Voir Pitte, J.-R., Histoire du paysage français. De la Préhistoire à nos jours, Paris, 2012.
  35. Voir Maneglier, H., Histoire de l'eau : du mythe a la pollution, Paris, 1991.
  36. Braudel, F., La Méditerranée. L’espace et l’histoire, Paris, 2009.
  37. Toubert, P., Histoire de l’occupation du sol et archéologie des terroirs médiévaux : la référence allemande, dans Journal des savants, t. 1, 1998, p. 55-77.
  38. Par exemple, Boulvain, F., Cabuy, Y.,  Demeter, S. et Pingot, J.-L., Genèse du sous-sol en Wallonie, Bruxelles, 2015.
  39. Chalvet Martine, Une histoire de la forêt, Paris, , p. 233-243
  40. Locher, F. et Quenet, G., L’histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d’un nouveau chantier dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 56, 2009, p. 7-38.
  41. Ibid.
  42. a et b Fressoz, J-B, Graber, F., Locher F. et Quenet G., Introduction à l’histoire environnementale, Paris, 2014, p. 3-9.
  43. Fressoz, J-B, Graber, F., Locher F. et Quenet G., Introduction à l’histoire environnementale, Paris, 2014, p. 9.
  44. Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, Stratégie nationale de recherche et d’innovation. Rapport du groupe de travail Sciences de l’environnement, 2009, http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Defi_de_connaissance_pluridisciplinaire/97/1/SNRI2009_rapport_groupe_de_travail_SdE_65971.pdf ( consulté le 27 novembre 2017).
  45. Université de Namur, Histoire – Henri, http://www.unamur.be/lettres/histoire/recherche/centres/reseaux-interuniversitaires/henri (consulté le 27 novembre 2017).
  46. Parmentier, I., HEnRI. Histoire de l’Environnement – Réseau Interdisciplinaire, dans Parmentier, I., dir., La recherche en histoire de l’environnement. Belgique-Luxembourg-Congo-Rwanda-Burundi, Namur, 2008, p. 79-83.
  47. Université de Liège, Centre d’histoire des sciences et des techniques de l’Université de Liège, http://web.philo.ulg.ac.be/chst/ (consulté le 25 octobre 2017).
  48. Université de Namur, Pôle d’histoire et de sociologie environnementales de l’Université de Namur, https://www.unamur.be/lettres/pollen (consulté le 27 novembre 2017).
  49. Le PolleN a notamment créé le "Bouquet cartographique wallon", une plateforme en ligne permettant de consulter des cartes et plans géographiques actuels portant sur la Wallonie depuis la Préhistoire jusqu'à aujourd'hui et tirés de recherches scientifiques en Histoire. https://bouquetwallon.unamur.be
  50. Thoen, E. et Soens T., L’histoire de l’environnement en Flandre, dans Parmentier, I., dir., La recherche en histoire de l’environnement. Belgique-Luxembourg-Congo-Rwanda-Burundi, Namur, 2008, p. 39-49.
  51. Parmentier, I., dir., La recherche en histoire de l’environnement. Belgique-Luxembourg-Congo-Rwanda-Burundi, Namur, 2008.
  52. Parmentier, I., dir., Études et bibliographies d’histoire environnementale : Belgique, Nord de la France, Afrique centrale. Namur, 2016.
  53. Locher, F. et Quenet, G., « L'histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d'un nouveau chantier », Revue d'histoire moderne & contemporaine, nos 56-4,‎ , p. 7-38
  54. Duban, F., L'écologisme aux Etats-Unis. Histoire et aspects contemporains de l'environnement américain, Paris,
  55. A ce sujet, coir Parmentier, I., dir., La recherche en histoire de l’environnement. Belgique-Luxembourg-Congo-Rwanda-Burundi, Namur, 2008.
  56. Parmentier, I., « Avons-nous notre passé derrière nous ? L'histoire de l'environnement hier, aujourd'hui, demain. », Etopia. Revue d'écologie politique, no 13,‎ , p. 192-194