Ouvrir le menu principal

Histoire des îles Vierges des États-Unis

Les îles Vierges sont restés pendant deux siècles sous le contrôle du Danemark, avant d'être achetées en 1917 par le gouvernement américain.

Un port des Indes occidentales.

Sommaire

L'époque amérindienneModifier

 
Roche gravée, art Arawak, Guadeloupe.

Les premiers habitants des îles Vierges furent les tribus d'indiens Arawaks et Caraïbes. Les Arawaks ne connaissaient pas l'écriture mais pratiquaient l'agriculture, la pêche et la cueillette. Ils fabriquaient une céramique typique extrêmement décorée par la technique de l'adorno et les peintures blanches, noires, et ocre. Les premiers Européens à visiter les îles furent les équipages des navires de l'expédition de Christophe Colomb.

Les îles ont été occupées par plusieurs pays au cours du siècle suivant, parmi lesquels l'Angleterre, la Hollande, la France et le Danemark.

L'achat des îles par le Danemark en 1733Modifier

 
"The Høgensborg estate", grande propriété agricole en 1833, à l'époque danoise.

En 1733, la Compagnie des Indes occidentales danoises a acheté Sainte-Croix, et a réuni Saint Thomas, Saint Croix , et Saint John comme un ensemble formant les Antilles danoises.

Les Danois ont mis en place sur les îles, la négociation du sucre, des esclaves et autres marchandises. La culture de la canne à sucre fut une activité économique majeure pendant de nombreuses années, avec des esclaves utilisés comme main-d'œuvre. En 1733 aussi, une longue sècheresse, suivie par un hurricane amène les esclaves de St. John, principalement des membres de l'ethnie Akwamu, originaires du Ghana, à se lancer dans une rébellion, et prendre le contrôle de l'île pendant six mois. Le Danemark demande alors l'aide de la France, présente non loin à la Martinique pour mettre fin aux soulèvements.

À la suite d'une autre révolte d'esclaves plus d'un siècle plus tard, en 1848, le gouverneur Peter von Scholten a officiellement libéré les derniers esclaves.

L'acquisition par les États-Unis en 1917Modifier

Les États-Unis ont tenté d'acheter les îles une première fois au Danemark en 1899 pour résister à des incursions européennes dans les Amériques. L'échec a été attribué à l'influence du Kaiser Guillaume II et à l'Empire allemand.

Au cours de la Première Guerre mondiale, la crainte de l'influence croissante allemande dans la région des Caraïbes a incité le président Woodrow Wilson à faire une nouvelle offre. Les îles vierges ont ainsi été achetées au Danemark par le États-Unis en 1917 dans le cadre du Traité des Antilles danoises. Un accord a été trouvé sur un montant de 25 millions de dollars.

Années 1930 et 1940Modifier

L'abrogation de la prohibition aux États-Unis au cours des années 1930, a accru la demande de travailleurs des plantations, mais l'absence historique d'une tradition agricole paysanne a pénalisé la première vague d'immigrants.

La loi organique de 1936 a établi un gouvernement pour les Îles Vierges américaines, en remplacement de dispositions temporaires précédentes. C'est l'époque au cours de laquelle a été définie une nouvelle politique de diversification des exportations par l'intermédiaire de l'industrie légère et du tourisme.

Les réformes des années 1960 et 1970Modifier

Les îles sont restés sous le contrôle direct du gouvernement américain jusqu'en 1968, lorsque les habitants ont été autorisés à élire leur propre gouverneur. Auparavant, les gouverneurs étaient nommés d'abord par l'État-Major de la marine américaine, puis par le ministère de l'Intérieur à Washington, en raison de la position stratégique des îles. En 1972, les habitants ont élu leur premier délégué, sans droit de vote, au Congrès des États-Unis.

Notes et référencesModifier