Hexateuque vieil-anglais

Manuscrit biblique anglo-saxon du XIe siècle

L'Hexateuque vieil-anglais est un manuscrit enluminé contenant six livres de la bible traduits en vieil anglais. Réalisé dans le deuxième quart du XIe siècle en Angleterre, il a sans doute été exécuté à l'abbaye Saint-Augustin de Cantorbéry. Le manuscrit est conservé à la British Library (Cotton MS Claudius B IV).

Hexateuque vieil-anglais
Meister der Paraphrasen des Pentateuch 001.jpg
La tour de Babel, f.
Date
Technique
enluminures sur parchemin
Dimensions (H × L)
32,5 × 21,5 cmVoir et modifier les données sur Wikidata
Format
156 folios reliés
Collection
N° d’inventaire
Cotton MS Claudius B IVVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

HistoriqueModifier

Le manuscrit a probablement été écrit et enluminé à Canterbury et plus précisément au scriptorium de l'abbaye Saint-Augustin. On distingue deux traducteurs différents, deux copistes et un enlumineur. Seul le premier traducteur a été identifié, Ælfric d'Eynsham, qui est par ailleurs l'auteur de la préface du manuscrit. Il a traduit le texte biblique jusqu'au début de l'histoire d'Isaac. Mort en 1020, un autre traducteur a sans doute pris la suite. Les textes ont probablement été compilés dans le deuxième quart du XIe siècle par une troisième personne qui a décidé de l'agencement de l'écriture et des images. Le nom du commanditaire du manuscrit n'est pas connu, mais l'usage de la langue vernaculaire semble suggérer un laïc[1].

Au cours de la seconde moitié du XIIe siècle, le manuscrit est annoté en latin et dans un dialecte anglais du Kent, avec l'ajout de textes de saint Jérôme et de Pierre le Mangeur. À la fin du Moyen Âge, le manuscrit est attesté dans la bibliothèque de l'abbaye Saint-Augustin par sa présence dans le catalogue de sa bibliothèque. Après la dissolution de l'abbaye en 1538, le manuscrit est probablement détenu par Robert Talbot (en) qui a recopié une partie du texte. Il est acquis par Robert Bruce Cotton après 1603 qui le prête vers 1621 à l'antiquaire spécialiste du vieil anglais William L'Isle (en). La Bibliothèque Cotton est donnée par ses descendants au peuple anglais en 1702 et forme un des fonds originaux du British Museum en 1753. Les manuscrits sont désormais conservés au sein de la British Library[2].

DescriptionModifier

Le manuscrit contient l'Hexateuque en vieil anglais, soit six livres de la bible, après une préface de la Genèse et une lettre à Æthelweard écrites par Ælfric d'Eynsham, (f.1r-1v.)[3] :

Le texte biblique contient 394 illustrations originales qui sont placées systématiquement après chaque texte qu'elles illustrent. Elles interviennent ainsi comme un récapitulatif de chaque épisode[3]. On compte parmi elles 12 miniatures en pleine page, les autres étant de taille variable, jusqu'à un quart de la page, dessinées à la plume et rehaussées de couleurs. Le texte est par ailleurs enluminé de nombreuses lettrines de couleur[2].

Œuvre en rapportModifier

Il existe une autre copie de ce texte dans un manuscrit conservée à la Bibliothèque bodléienne (Laud Misc. 509) qui contient en plus une traduction du Livre des Juges et appelé Heptateuque en vieil anglais.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) Benjamin C. Withers, The Illustrated Old English Hexateuch, Cotton Claudius B. iv: The Frontier of Seeing and Reading in Anglo-Saxon England, Toronto: University of Toronto Press, 2007
  • (en) Rebecca Barnhouse and Benjamin C. Withers, The Old English Haxateuch: Aspects and Approaches, Publications of the Richard Rawlinson Center, Medieval Institute Publications, Western Michigan University, Kalamazoo, 2000
  • (en) S. J. Crawford (ed.), The Old English Version of the Heptateuch, Ælfric's Treatise on the Old and New Testament, and his Preface to Genesis, EETS, OS 160, London: Oxford University Press, 1922
  • (en) C.R. Dodwell et P. Clemoes (ed.), The Old English Illustrated Heptateuch British Museum Cotton Claudius B. IV, Early English Manuscripts in Facsimile, 18, Copenhagen: Rosenkilde and Bagger, 1974

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Description dans l'exposition virtuelle Sacred texts
  2. a et b Notice de la BL
  3. a et b Notice de l'université de Leicester