Henriette Dibon

Henriette Dibon, née le à Avignon et morte le dans cette même ville [1],[2], est écrivaine et poétesse camarguaise, une des fondatrices du Riban de Prouvènço. Elle écrivait sous le pseudonyme Farfantello.

Henriette Dibon
Image dans Infobox.
Henriette Dibon en 1925.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
AvignonVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
FarfantelloVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions

BiographieModifier

Sa famille est originaire de la Biscaye[2]. Elle est la fille de Louis Dibon, employé puis directeur de la Compagnie de tramway. Sa mère, couturière de formation, est femme au foyer[3].

Elle étudie à l'école de la Croisière puis au collège de jeunes filles de la rue Palapharnerie, où elle passe son brevet élémentaire[2].

Brillante en anglais, elle souhaite devenir professeure de lycée, mais ne peut accomplir son rêve. Elle entre alors en 1921 dans une manufacture de chaussures où elle gagne sa vie comme comptable[3],[2].

Dans les années Trente, elle est journaliste à L'Eclair de Montpellier[3]. Par la suite, elle est comptable d'une propriété viticole gardoise avant d'intégrer la librairie Valat de Montpellier au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Pour finir, elle trouve un emploi de comptable dans une fabrique avignonnaise de bonbons avant de devenir archiviste du musée du Palais du Roure (ancien hôtel de Baroncelli-Javon) d'Avignon[1],[3].

Elle entretient une relation complexe avec Maurice Troillet, homme politique suisse de 1932 à 1961[3].

 
Henriette Dibon parmi les cofondatrices du Riban de Prouvenço.

Elle découvre le Flourège, une société félibréenne avignonnaise, et commence à écrire en provençal. En 1921, un de ses poèmes est remarqué et doit orner le monument aux morts municipal. Cette reconnaissance locale lui permet d'intégrer dès lors les cercles félibréens et de développer une intense vie sociale parmi les félibres et les gardians, et ce, malgré son statut de femme célibataire[3]. En 1924, elle est parmi les fondatrices Lou Riban de Prouvènço (Le Ruban de Provence) avec le soutien de la comtesse d'Adhémar, une association toujours active selon son site[4].

En 1925, elle devient maîtresse du gai savoir du Félibrige[2].

Toute sa vie, elle rédige une autobiographie non éditée, Pour ne rien oublier, dont elle dépose le manuscrit à la bibliothèque Méjanes d'Aix-en-Provence[3].

ŒuvresModifier

  • Ratis, suivi de "La Genèse de Ratis", présentation Claude Mauron, édition bilingue provençal-français, A l'asard Bautezar !, Montfaucon 2016
  • Li mirage éditions du Feu 1925 Téléchargeable, Université de Provence
  • Lou rebat d'un sounge : pouèmo Macabet frères, 1930 Téléchargeable, Université de Provence
  • Li lambrusco : pouèmo prouvençau préface de J. d'Arbaud ; dou Caburle 1934
  • Jùli Boissiere Porto-Aigo, 1935
  • Folco de Baroncelli Bené, Nîmes 1982
  • La pouso-raco : nouvello e souveni Bené, Nîmes 1985
  • Batèu de papié : chausido de pouèmo prouvençau ancian e inedit emé trad. franceso Bené, Nîmes 1986
  • La rentrée des classes Bené, Nîmes 1987
  • Camargo : li pouemo d'en foro préface d'André Dupuis ; la Tour Magne, 1988
  • Lou radèu : poèmes provençaux avec traduction française ; suivi de Les grands compagnons : poèmes français, préface de Louis Brauquier ; H. Dibon, 1973
  • Ratis : les témoins ; préface d'André Chamson Aubin, 1967 ; édition bilingue français-provençal ; Plon, 1972
  • Héros mistraliens Henriette Dibon et alli ; Groupamen d'Estùdi Prouvençau, 1965

DistinctionsModifier

HommagesModifier

L'école primaire Farfantello dans le quartier du Pont-des-Deux-Eaux à Avignon a été construite en son hommage.

Le service de gériatrie de l'hôpital Henri-Duffaut porte également le nom de Farfantello.

NotesModifier

  1. a b et c « La bibliothèque Méjanes et le félibrige », sur citedulivre-aix.com
  2. a b c d e et f Article de Mireille Bisqui
  3. a b c d e f g et h Nicolas Berjoan (dir.), Résister corps et âme : individus et groupes sociaux face aux logiques de pouvoir, Aix-en-Povence, Presses universitaires de Provence, , 152 p. (ISBN 979-10-320-0125-7), « Résister pour être soi : récit de vie d'Henriette Dibon, écrivaine provençale (1902-1989) », pp. 4360
  4. voir le site Lou Riban

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :