Ouvrir le menu principal

Henri Simon (général)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Simon et Henri Simon.

Henri Simon
Henri Simon (général)

Naissance
Melun (Seine-et-Marne)
Décès (à 63 ans)
Dijon (Côte-d'Or)
Origine Drapeau de la France France
Arme Cavalerie
Grade Général de division
Années de service 1785-1815
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis

Henri Simon, né le à Melun (Seine-et-Marne), mort le à Dijon (Côte-d'Or), est un général français de la Révolution et de l’Empire.

États de serviceModifier

Il entre en service en 1785, comme soldat dans le régiment de la Martinique, et il y reste jusqu’au début de la Révolution en 1789.

Le 6 septembre 1792, il est élu lieutenant-colonel en second au 4e bataillon de volontaires de Soissons, à l’armée du Nord, et le 6 mars 1793, il est nommé commandant en chef de ce bataillon. Le 14 septembre 1793, il est chargé du commandement de la place de Dunkerque, et le 5 novembre suivant, il remplit les fonctions d’adjudant-général chef de brigade, à l’armée de la Moselle. Il est promu général de brigade provisoire le 12 novembre 1793, et sa nomination est approuvée le 28 novembre suivant. En 1794 et 1795, il commande une brigade de cavalerie à l’armée de Sambre-et-Meuse, et il est blessé d’un coup de biscaïen qui lui fracasse la jambe gauche le 16 juin 1794.

Le 30 mars 1796, il passe à l’armée du Rhin, dans la division du général Bernadotte, et le 31 août suivant il assure le commandement de la division pendant la maladie de son général. Il est mis en congé de réforme le 13 février 1797, et il se distingue le 18 avril 1797, à la Bataille de Neuwied. Le 15 novembre 1797, il reçoit l’ordre de retourner à l’armée de Sambre-et-Meuse, et le 11 mars 1798, il passe à l’armée d’Angleterre, puis au commandement du département de la Sarthe le 21 août 1798. Le 16 août 1799, il retourne à l’armée d’Angleterre, et il est blessé dans la nuit du 14 au 15 octobre 1799, en défendant Le Mans, contre les chouans. Il doit être amputé du bras droit, et il cesse ses fonctions le 21 octobre 1799. Le 13 mars 1800, il obtient un commandement dans la 17e division militaire, puis le 9 août suivant, il passe commandant de l’Hôtel des Invalides à Versailles, et le 27 octobre 1802, il est nommé commandant en second des Invalides à Paris. Il est fait chevalier de la Légion d’honneur le 11 décembre 1803, et commandeur de l’ordre le 14 juin 1804.

Le 10 octobre 1812, il est remis en activité, et le 16 mai il est envoyé à Rome comme commandant de 2e classe. Après avoir évacué Rome le 10 mars 1814, il prend le commandement du département de la Côte-d’Or le 16 août 1814. Lors de la première restauration, il est fait chevalier de Saint-Louis le 15 avril 1815, et il est admis à la retraite le 15 août suivant. Il est élevé au grade de général de division honoraire le 6 février 1818.

Il meurt le 27 novembre 1827, à Dijon.

SourcesModifier