Henri Pelgé

Henri Pelgé, né à Paris le 9 mai 1837 et mort à Poitiers le 31 mai 1911, est évêque de Poitiers de 1894 à 1911.

Henri Pelgé
Image illustrative de l’article Henri Pelgé
Henri Pelgé, évêque de Poitiers
Biographie
Naissance
Paris
Décès
Évêque de l'Église catholique
Évêque de Poitiers

Ornements extérieurs Archevêques.svg
Armoiries Mgr Henri Pelgé.jpg
Charitas Christi urget nos and Omnia per Mariam
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

BiographieModifier

Il fait ses études classiques au collège de Saint-Vincent de Senlis puis au petit séminaire de Noyon. Il poursuit ses études théologiques au séminaire de Saint-Sulpice. Il est alors ordonné prêtre en 1861 il est alors vicaire à Saint-Bernard de La Chapelle, puis secrétaire de l'archevêché de Paris[1]. Il est alors vice-chancelier puis chanoine honoraire en 1875 puis est finalement appelé en 1882 aux fonctions de vicaire général par le cardinal Richard.

Il est nommé évêque de Poitiers en 1894 par décret du 29 janvier en 1894, il est préconisé dans le consistoire du 18 mai et il fut sacré le 15 juillet dans une église métropolitaine de Notre-Dame à Paris. Il succède à Augustin-Hubert Juteau[2].

En 1894, il inaugure le monument en la mémoire du cardinal Pie dans la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers[3]. Il consacre cette même année la chapelle des Filles-de-la-Croix (rue des Gaillards) placée sous le vocable de l'Annonciation de la Très-Sainte-Vierge. L'année qui suit, il bénit une chapelle récemment établie pour les jeunes sourds-muets et aveugles au faubourg de la Tranchée à Poitiers. En mai 1896 il bénit la chapelle du patronage ouvrier Saint-Joseph, (rue des Feuillants) sous le vocable de Notre-Dame de la Salette[3].

Très ultramontain, il suit conformément les instructions du Souverain Pontife, ainsi lorsque parurent de récentes instructions sur la première communion, il publia immédiatement un catéchisme fait par ses soins[1].

Henri Pelgé a un frère et deux sœurs : Charles Pelgé, ancien notaire et maire de Charleville qui mourut accidentellement en 1897 ; Mme Vve Chantrel qui mourut le 1er novembre 1909 et Mme Vve Pilet le 30 novembre 1910.

ArmoiriesModifier

Les armes d'Hervé Pelgé renfermaient deux cœurs et deux devises : le cœur de Jésus et celui de Marie et les deux devises étaient les suivantes : Charitas Christi urget nos and Omnia per Mariam.

"d'or au Sacré Cœur de gueules et d'azur au Saint Cœur de Marie d'argent, ceint d'une couronne de roses au naturel."

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Annales catholiques : revue religieuse hebdomadaire de la France et de l'Église », sur Gallica, (consulté le )
  2. Nos évêques : photographies et biographies, (lire en ligne)
  3. a et b Joseph-Marie-U. Auteur du texte Béduchaud, Le culte de la très sainte Vierge Marie dans le Poitou à travers les siècles jusqu'à nos jours : souvenirs et documents / recueillis par J.-M.-U. Béduchaud, (lire en ligne)

Liens externesModifier