Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morse.

Henry Morse
Image illustrative de l’article Henry Morse
Portrait de saint Henry Morse.
Prêtre jésuite, martyr et saint catholique
Naissance 1595
Suffolk,
Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Décès  
à Tyburn,
Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Nationalité Drapeau de l'Angleterre Anglais
Ordre religieux Compagnie de Jésus
Béatification
par Pie XI
Canonisation
par Paul VI
Vénéré par Église catholique
Fête 25 octobre (Martyrs d'Angleterre et du pays de Galles)
1er février

Henry Morse, (connu aussi sous son nom de clandestinité : Henry Claxton), né en 1595 à Brome (Suffolk), en Angleterre, et mort (exécuté) le à Tyburn (Londres), était un prêtre jésuite anglais, missionnaire dans son pays natal et aumônier militaire. Martyr de la foi catholique, il est canonisé en 1970 par Paul VI. Liturgiquement, il est commémoré le 25 octobre avec le groupe des Martyrs d'Angleterre et du pays de Galles, ou le jour de sa mort, le 1er février (si commémoré individuellement).

Sommaire

BiographieModifier

Conversion et formationModifier

Après des études au Corpus Christi College de Cambridge, Henry Morse est reçu dans l’Église catholique le 5 juin 1614, alors qu’il étudie au collège anglais de Douai, dans les Pays-Bas méridionaux. À son retour en Angleterre il passe quatre ans en prison en raison de sa fidélité à la foi catholique. Lorsqu’il recouvre la liberté il se rend au collège anglais de Rome pour y poursuivre des études conduisant au sacerdoce. Il y est ordonné prêtre en 1624.

L’année suivante, en 1625, il retourne dans son pays natal et y entre dans la Compagnie de Jésus. Il exerce clandestinement son ministère sacerdotal sous le nom de Henry Claxton dans la région nord-est du pays, mais est bientôt arrêté à Newcastle en 1626. C’est dans la prison du château d'York que le novice jésuite fait les Exercices spirituels, sous la direction d’un confrère jésuite, le père John Robinson, compagnon de cellule. Toujours en prison, il prononce ses premiers vœux de religion en 1627. Après trois ans d’incarcération il est expulsé du pays.

Ministère pastoral clandestinModifier

Morse se retrouve sur le continent en 1630 où il exerce son ministère sacerdotal au service des soldats irlandais et anglais dans les Pays-Bas méridionaux. Il fut pour quelque temps administrateur du noviciat des jésuites anglais à Watten et de la maison de Liège.

Rentrant dans son pays natal à la fin de l’année 1633 il œuvre à Londres et dans les environs. Il reçoit dans l’Église catholique, en 1636, quatre-vingt-dix familles protestantes souhaitant revenir à la foi catholique. N’hésitant pas à visiter le quartier insalubre de Saint-Gilles, à Londres au service des pestiférés (protestants comme catholiques) il y organise l’aide aux malades et accompagne les mourants. Il y contracte la peste mais en survit[1].

Arrestation, condamnation et libérationModifier

Une nouvelle fois arrêté (le 27 février 1637), toujours parce que indéfectiblement prêtre catholique et « ayant soustrait des fidèles de sa Majesté à leur foi et allégeance », il est condamné à mort le 21 avril. Deux jours plus tard, en prison, il fait sa profession religieuse définitive comme jésuite, entre les mains du père Edward Lusher. Cependant l’intervention de la reine catholique Henriette-Marie (et le versement d’une forte caution) obtient sa libération le 20 juin 1637.

Pour éviter des ennuis à ceux qui se sont portés garants pour lui il part de nouveau en exil (1640), lorsqu’un nouvel édit royal ordonne à tous les prêtres catholiques de quitter le pays avant le 7 avril 1641. Il devient alors aumônier du régiment anglais de Henry Gage, luttant - au service de l’Espagne - contre les Hollandais.

Seconde arrestation et exécutionModifier

Cependant il est de retour en Angleterre en 1641. Arrêté à nouveau en 1643 à Cumberland et emprisonné à Durham puis Newcastle avant d’être envoyé par mer à Londres. Il y est condamné, sans nouveau procès, sur base de l’ancienne « culpabilité » (conviction de 1637) d’être prêtre catholique.

Sur l’échafaud il assure que l’« Angleterre, divisée par la guerre civile, ne sera en paix que le jour où ses sujets seront unis à l’évêque de Rome, dans la foi catholique ». Il est exécuté à Tyburn, et meurt écartelé le 1 février 1645.

Vénération et souvenirModifier

Henry Morse est béatifié par le pape Pie XI le 15 décembre 1929 et canonisé par Paul VI le 25 octobre 1970. Associé au groupe des quarante martyrs d’Angleterre et du Pays de Galles il est liturgiquement commémoré le 25 octobre. Pris individuellement il est commémoré le jour de sa mort, le 1 février.

BibliographieModifier

  • Bernard Basset: The English Jesuits, Londres, 1967.
  • Philip Caraman: Henry Morse, Priest of the Plague, Londres, Longmans, Green and Co., 1957, 203pp.
  • Francis Edwards (ed.): The Elizabethan Jesuits, Londres, 1981.
  • Francis Edwards: The Jesuits in England, Tunbridge Wells, 1985.

Notes et référencesModifier

  1. C'est de ce quartier que 20 ans après la mort de Henry Morse, en 1665, partit la Grande peste de Londres. Plus de 3000 habitants de Saint-Gilles y perdent la vie

Liens externesModifier