Henri Grévedon

lithographe français
Henri Grévedon
Анри Греведон.jpg
Achille Devéria, Henri Grévedon, lithographie.
Naissance
Décès
(à 83 ans)
Paris 9e
Nom de naissance
Pierre Louis Henri Grévedon
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Lieux de travail
Mouvement
Distinctions
Légion d'honneur

Pierre Louis Henri Grévedon né à Paris le et mort dans la même ville le est un peintre, lithographe et illustrateur français.

BiographieModifier

Henri Grévedon se forme à la peinture dans l'atelier parisien de Jean-Baptiste Regnault, professeur de peinture à l'École des beaux-arts de Paris[1]. Henri Grévedon a exposé à tous les salons de 1798 à 1806 et reçut une seconde médaille en 1790. En 1804, il expose Achille débarquant sur le rivage de Troie, où l'on voyait une allusion au débarquement projeté par Napoléon Ier en Angleterre. Il fut médaille d'or de première classe en 1805 et premier prix du torse en 1806. Il concourut sans succès pour le prix de Rome en 1805 et 1806.

Selon Henri Beraldi, il « courut le monde, allant chercher le succès en Russie en 1806 où il devint agrégé de l'Académie de Saint-Pétersbourg, avec : La Mort d'Hector. Il séjourna en 1812 à Stockholm, puis à Londres, enfin revenant à Paris en 1816. Bientôt il s'adonna complètement à la lithographie, et y trouva une réputation qui ne lui serait pas venue avec la peinture[2]. »

Le à l'église Sainte-Catherine de Saint-Pétersbourg, il épouse Aimée Marie Sophie Louise Devin (1792-1864), comédienne, qui lui donnera quatre enfants[3] : Henriette Louise Laure (1814-1895)[4], Henri (1815-1892)[5], Sophie (vers 1818-1890)[6] et Camille Eugénie (1825-1889)[7].

Il exécute de nombreux portraits peints, tableautins et miniatures, puis dessine directement sur la pierre lithographique, travaillant notamment pour l'atelier de Charles Motte durant les années 1820. Au Salon de 1824, il remporte pour la seconde fois une médaille d'or de première classe.

Parmi les personnalités qu'il représenta entre 1825 et 1845, on compte de nombreuses actrices et danseuses de son temps comme la Taglioni, Fanny Elssler, La Malibran, Léontine Fay, Lucile Grahn, Rachel, etc.

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur en janvier 1832[8].

ŒuvresModifier

PublicationsModifier

EstampesModifier

  • Le jeune Zéphir se balançant au dessus de l'eau, 1814, d'après Pierre-Paul Prud'hon, lithographie, 21 × 16cm, Gray, musée Baron-Martin.
  • Portrait de Claude Prosper Jolyot de Crébillon (1707-1777), 1762, lithographie de Demanne à Paris.
  • Louis Marie Thérèse d’Orléans, Mademoiselle de Chartres (future reine des Belges) et Ferdinand Philippe Louis d’Orléans, duc de Chartres (futur duc d’Orléans), lithographies par Charles Motte d’après des dessins d’Henri Grévedon datés de 1825, 39,5 × 28,5 cm[9].

Expositions et salonsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Poste qu'il occupait depuis le , mais sans appointements. Il succédait à Clément-Louis-Marie-Anne Belle et aura pour successeur Ingres en 1829 (cf. Frédéric Chappey, « Les Professeurs de l'École des Beaux-Arts (1794-1873) », in Romantisme, no 93, 1996, p. .95-101).
  2. H. Beraldi (1888), ibid., p. 232.
  3. Geneanet-Garric et Martine Gendarme[réf. non conforme].
  4. Épouse le à Notre-Dame-des-Victoires François-Joseph Philoclès Regnier de la Brière (1807-1885), acteur, sociétaire de la Comédie-Française demeurant 11, rue de Ventadour.
  5. Marié le à Thérèse Angélique Léocadie Bousquet (1821-1908).
  6. Épouse Pierre Guillaume Eugène Meynadier (1818-1886), directeur du théâtre français de Florence.
  7. Épouse à Notre-Dame-de-Lorette le Charles Auguste Stanislas Wallet, propriétaire au 35, rue des Martyrs.
  8. Archives nationales de France, base Léonore, cote LH/1199/66.
  9. Vente Collin du Bocage, Drouot Paris, salle 4, le , lot n°55.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Charles Gabet, Dictionnaire des artistes de l'école française au XIXe siècle, Paris, chez Madame Vergne, 1834, p.331-332.
  • Henri Beraldi, Les Graveurs du XIXe siècle : guide de l'amateur d'estampes modernes, tome 7, Paris, L. Conquet, 1888, p. 232-238.
  • « Grévedon (Pierre-Louis, dit Henri) », in Dictionnaire Bénézit, 1976.
  • Dictionnaire général des artistes de l'École française, 1882-1887.
  • J. E. Darmon, « Grévedon (Pierre-Louis, dit Henry) », in Dictionnaire des peintres miniaturistes sur vélin, parchemin, ivoire et écaille, 1927.

Liens externesModifier