Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Heim.

Le mot allemand Heim (prononcé /haɪ̯m/) est un équivalent des mots français maison, foyer. Il a la même étymologie que le mot anglais home, issu du vieil anglais hām. C'est aussi un suffixe toponymique allemand fréquemment utilisé comme deuxième élément des noms de localités allemandes, autrichiennes, lorraines et alsaciennes, comme dans Altheim et Bergheim.

Le h graphique initial est une consonne prononcée [h] et le graphe ei représente la diphtongue [aʲ], éventuellement [eʲ] dans certains dialectes. En revanche, l'allemand standard n'admet pas d'exception le h graphique y est toujours articulé : DeidesHeim.

Le s précédent heim indique l'appartenance, comme le ’s anglais (génitif saxon). Donc, en théorie, Feger|s|heim serait la « maison du balayeur » (Feger), Andol|s|heim, celle d'Andol, Mol|s|heim, celle de Mol. Ohnenheim signifie littéralement « sans foyer » par étymologie populaire. Dans les toponymes, -heim est en général précédé d'un nom de personne (anthroponyme), tout comme ses équivalents néerlandais (et flamand) -hem, anglais -ham et parfois roman (au Nord de la France) en -ham.

FranceModifier

 
-heim en France (bleu).

AlsaceModifier

Bien que le [h] soit prononcé traditionnellement dans les toponymes alsaciens, il a tendance à s'amuïr dans la bouche des locuteurs francophones, aussi bien dans Hœnheim que dans Lingolsheim. Les Alsaciens francophones ne prononçent le [h] dans heim que lorsque celui-ci n'est pas précédé d'un [s].

En alsacien, on ne prononce pas le heim lorsqu'il suit un s : on remplace alors le mot heim par he : ainsi, Molsheim devient Molshe. Là aussi, le H ne se prononce pas.

LorraineModifier

En Lorraine mosellane il y a huit cas, soit : Fleisheim, Hilbesheim, Lengelsheim, Lixheim, Mittersheim, Vescheim, Vieux-Lixheim et Weidesheim. Sans compter les localités qui étaient anciennement des -heim et qui sont aujourd'hui francisées ou qui ont tout simplement pris une forme différente au fil du temps. On peut citer par exemple[1],[2] : Many (anciennement Niderheim), Manom (Monheim), Cattenom (Kettenheim), Bréhain-la-Ville (Breheim), Achain (Escheim), Dalhain et Dalem (Dalheim), Fixem (Fuxheim / Fixheim), Bibiche (Binerssheim), etc.

Sur le plan dialectal, soit en francique lorrain, -heim adopte différentes formes selon les localités. Dans la zone du francique rhénan, on trouve la forme -um[3] : Lixhum pour Lixheim, Hilshum pour Hilbesheim et Weschum pour Vescheim. Dans cette meme zone linguistique, si heim est juste après un [s], parfois il disparait (comme en alémanique d'Alsace)[3] : Mittesch pour Mittersheim et Lengelse pour Lengelsheim.

Dans la zone du francique mosellan et du luxembourgeois, -heim devient -em.

Notes et référencesModifier

  1. Ernest de Bouteiller, Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868 sous les auspices de la Société d'archéologie et d'histoire de la Moselle, Paris, Imprimerie nationale
  2. Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, Paris, Imprimerie impériale, 1862
  3. a et b Geoplatt