Harold Ford Jr.

représentant des États-Unis pour le Tennessee de 1997 à 2007

Harold Ford Jr.
Illustration.
Fonctions
Représentant des États-Unis

(10 ans)
Élection 5 novembre 1996
Réélection 3 novembre 1998
7 novembre 2000
5 novembre 2002
2 novembre 2004
Circonscription 9e district du Tennessee
Législature 105e, 106e, 107e, 108e et 109e
Prédécesseur Harold Ford Sr. (en)
Successeur Steve Cohen
Biographie
Nom de naissance Harold Eugene Ford Junior
Date de naissance (51 ans)
Lieu de naissance Memphis (Tennessee, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Père Harold Ford Sr. (en)
Diplômé de Université de Pennsylvanie
Université du Michigan

Harold Ford Jr., né le à Memphis (Tennessee), est un homme politique américain. Membre du Parti démocrate, il est élu du Tennessee à la Chambre des représentants des États-Unis de 1997 à 2007. Il tente d'entrer au Sénat des États-Unis à l'occasion des élections de 2006 mais est défait par Bob Corker, membre du Parti républicain.

BiographieModifier

 
Ford rendant visite aux troupes américaines en Irak en 2006.

Harold Ford Jr. est originaire de Memphis, dans l'ouest du Tennessee. Il est diplômé d'un baccalauréat universitaire de l'université de Pennsylvanie en 1992. Il travaille pour la commission du budget du Sénat puis le département du Commerce avant d'obtenir son Juris Doctor à l'université du Michigan en 1996[1].

De 1997 à 2007, il est élu à la Chambre des représentants des États-Unis[1]. Il succède à son père Harold Ford Sr. (en), qui fut le premier élu afro-américain à représenter le Tennessee au Congrès[2].

En 2006, il est candidat au Sénat pour succéder au chef de la majorité républicaine Bill Frist. Il remporte la primaire démocrate avec près de 80 % des voix[3]. Dans un État conservateur, Ford met en avant sa foi et ses votes en faveur du deuxième amendement. La bonne campagne de Ford lui permet d'être au coude-à-coude dans les sondages avec le républicain Bob Corker. La campagne devient particulièrement négative. Les républicains font diffuser une publicité dans laquelle apparaît une femme blonde qui dit dit avoir rencontré Ford à la soirée Playboy du Superbowl et lui lance « Harold, appelle-moi » ; cette publicité est critiquée pour jouer sur les préjugés racistes[4],[5],[6]. À la fin de la campagne les sondages donnent une légère avance à Corker, qui est élu avec trois points d'avance sur Ford[7].

Après sa défaite, il prend la tête du Democratic Leadership Council (en)[2]. Il déménage ensuite à New York et devient vice-président de Merrill Lynch[8]. Il commente fréquemment l'actualité politique à la télévision (NBC[8], MSNBC[9]etc.). En 2010, il envisage de se présenter aux élections sénatoriales dans l'État de New York face à Kirsten Gillibrand, nommée pour succéder à Hillary Clinton. Il entame un tour de l'État mais, sous pression des dirigeants démocrates, il renonce à se présenter, estimant qu'une difficile primaire pourrait fragiliser le candidat démocrate lors de l'élection générale[8].

En 2011, il rejoint Morgan Stanley en tant que directeur général[9].

Bien qu'il ait soutenu Hillary Clinton durant l'élection présidentielle américaine de 2016, son nom est évoqué pour rejoindre l'administration Trump en tant que secrétaire aux Transports. Il est notamment proche des enfants du nouveau président Donald Jr. et Ivanka[9].

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « FORD, Harold, Jr., (1970 - ) », sur bioguide.congress.gov (consulté le ).
  2. a et b (en) Michael Saul et Celeste Katz, « Harold Ford Jr. weighs new run for Senate, but first attempt went south after ad controversy », sur nydailynews.com, (consulté le ).
  3. (en) Beth Rucker, « Corker Wins Tenn. GOP Senate Primary », sur washingtonpost.com, (consulté le ).
  4. (en) Robin Tuner, « Ad Seen as Playing to Racial Fears », sur nytimes.com, (consulté le ).
  5. (en) « The Tipping Point Races: Ford v. Corker », sur content.time.com, (consulté le ).
  6. (en) M. Alex Johnson, « Tennessee ad ignites GOP squabbling », sur nbcnews.com, (consulté le ).
  7. (en) Jackson Baker, « Harold Ford's Imperfect Storm », sur memphisflyer.com, (consulté le ).
  8. a b et c (en) Michael Barbaro, « Ford Decides Not to Run for Senate Seat », sur nytimes.com, (consulté le ).
  9. a b et c (en) Annie Karni, « Democrat Harold Ford Jr. emerging as potential Trump pick », sur politico.com, (consulté le ).

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier