Harakat ul-Mujahidin

(Redirigé depuis Harakat Ul-Ansar)

Harakat ul-Mujahidin
Harakat-ul-Ansar
Image illustrative de l’article Harakat ul-Mujahidin

Idéologie Islamisme
Statut Actif
Fondation
Date de formation 1991
Pays d'origine Pakistan
Fondé par Fazlur Rehman Khalil et Maulana Masood Azhar
Actions
Zone d'opération Asie
Période d'activité 1994-aujourd'hui
Organisation
Financement ISI
Groupe relié proche d'Al-Qaïda, Harkat-ul-Jihad-al-Islami, Jaish-e-Mohammed
Répression
Considéré comme terroriste par Canada, États-Unis d'Amérique, Australie, Royaume-Uni, Inde
Insurrection au Jammu-et-Cachemire

Harakat ul-Mujahidin (ourdou : حرکت المجاہدین الاسلامی, Mouvement des compagnons du Prophète, jusqu'en 1998 Harakat-ul-Ansar) est un groupe armé islamiste pakistanais apparu au début des années 1990.

L'organisation est placée sur la liste officielle des organisations terroristes du Canada[1], des États-Unis[2] (depuis 1998, cause du changement de nom en Harakat ul-Mujahidin[3]), de l'Australie[4], du Royaume-Uni[5] et de l'Inde[6]. Elle est considérée par l'ONU comme proche d'Al-Qaïda et à ce titre sanctionnée par le Conseil de sécurité des Nations unies[7].

HistoriqueModifier

Né en 1991 au Penjab d'une scission d'Harkat-ul-Jihad-al-Islami mené par Fazlur Rehman Khalil et Maulana Masood Azhar[3], le groupe agit pour la première fois le en enlevant 5 touristes britanniques au Cachemire indien[8]. Composé d'Afghans, de Pakistanais et d'Arabes, le groupe participe à des actions armées au niveau international (Birmanie, Bosnie, Philippines, Tadjikistan et Tchétchénie) bien qu'agissant principalement au Cachemire.

À la suite de l'arrestation en 1994 de Masood Azhar par l'Inde, l'organisation détourne vers l'Afghanistan un avion d'Indian Airlines avec 189 otages le . Les cinq pirates de l'air réclament la libération de Masood Azhar puis celle de 36 autres prisonniers et 200 millions de dollars[9],[3]. Masood Azhar est libéré. En 2000, il crée le Jaish-e-Mohammed[3].

L'Inter-Services Intelligence, les services secrets pakistanais, est soupçonné de soutenir l'organisation[10].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier