Haggi Muhammad

(Redirigé depuis Hajji Mohammed)

Haggi Muhammad (également appelé Hajji Muhammad) est un site archéologique et un petit tell de Basse-Mésopotamie, situé à 15 km au sud-ouest de Warka (l'ancienne Uruk), au bord de l'Euphrate, dans le Sud de l'Irak. Il donne son nom à une phase de la culture d'Obeïd, qui dure de 5000 à [1]. En particulier, ce serait un développement de la culture d'Eridu (Obeïd 2)[2].

Haggi Muhammad
Hajji Muhammad
Localisation
Pays Drapeau de l'Irak Irak
Province Al-Muthanna
Coordonnées 31° 19′ 28″ nord, 45° 38′ 11″ est
Géolocalisation sur la carte : [[Modèle:Géolocalisation/Al-Muthanna]]
[[Fichier:Modèle:Géolocalisation/Al-Muthanna|280px|(Voir situation sur carte : [[Modèle:Géolocalisation/Al-Muthanna]])|class=noviewer]]
Haggi Muhammad
Haggi Muhammad
Géolocalisation sur la carte : Irak
(Voir situation sur carte : Irak)
Haggi Muhammad
Haggi Muhammad
Zones d'influence de différentes cultures de la période moyenne Halaf, 5600-4500 av. J.-C. (Les dimensions du golfe Persique sont celles supposées vers 3000 av. J.-C.)
Légende (du sud-est au nord-ouest environ) :

HistoriqueModifier

Maintenant enseveli sous les alluvions de l'Euphrate (le site se trouvait sur la rive gauche), le tell a été fouillé par Arnold Nöldeke (qui travaillait également à Warka), puis Ernst Heinrich y a découvert un village appartenant à la culture d'Obeïd[1].

CéramiqueModifier

Christiane Ziegler a étudié 500 pièces de la poterie distinctive Haggi Muhammad, décrivant les motifs peints en noir ou marron (principalement des gallons, des arêtes de poisson, des losanges). L'argile est verte ou chamois et les traits sont croisés et épais, jusqu'à recouvrir presque entièrement la surface. Il s'agit d'une céramique faite à la main : les pâtes utilisées pour les plats et les bols sont acceptables, alors que celle utilisée pour les bocaux et les bocaux est grossière. Dans une couche de deux mètres, cette céramique est associée à l'argile et à la canne pour les habitations (cabanes)[1].

Des céramiques de la phase Haggi Muhammad ont été découvertes en Basse Mésopotamie (Ras al Amiya, Uqair, et Ur), plus au nord, dans la province de Diyala, et à proximité de Qaḑā 'Mandalī (Choga Mami, Tell Abada et Sangur B), et même en Arabie saoudite (Ain Qannas)[1].

Autres vestigesModifier

Parmi les autres matériaux trouvés in situ, on compte des vases en pierre, des houes, des faucilles d'argile, des haches, des aiguilles en os, ainsi que des silhouettes féminines en argile, à têtes de reptiles (nues et dressées), qui ressemblent complètement à celles d'Obeïd[1].

Schéma chronologiqueModifier

Schéma chronologique du néolithique au Proche-Orient[3]
6000 Khabour Monts Sinjar
(Assyrie)
Tigre moyen Basse Mésopotamie Khouzistan Anatolie Syrie
5600   Umm Dabaghiya (it)     Muhammad Giaffar Çatal Höyük
(6300-5500)
 
Amuq (it) A
5200
Halaf antique

Hassuna
Samarra antique
(5600-5400)

Samarra moyen
(5400-5000)

Samarra tardif
(5000-4800)
 
Susiana A
Hacilar (en)

Mersin 24-22
 

Amuq (it) B
4800
Halaf moyen
Hassuna tardif

Gawra 20
Eridu
(= Obeïd 1)
Eridu 19-15

Tepe Sabz (it)
Hacilar (en)

Mersin 22-20

Amuq (it) C
4500 Halaf tardif Gawra 19-18   Haggi Muhammad
(= Obeïd 2)

Eridu 14-12
Khazineh

Susiana B
Gian Hasan

Mersin 19-17

Amuq (it) D

RéférencesModifier

  1. a b c d et e Dizionario di preistoria, cit., p.271-272
  2. « Liverani 2009 »
  3. Liverani 2009, p.84

BibliographieModifier

Articles connexesModifier