HMS Hawkins (D86)

HMS Hawkins
Image illustrative de l’article HMS Hawkins (D86)
Le HMS Hawkins le .
Type Croiseur lourd
Classe Hawkins
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Constructeur Chatham Dockyard
Chantier naval Chatham (Kent), Angleterre
Quille posée
Lancement
Commission
Statut Vendu pour démolition le
Équipage
Équipage 712 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 172 m (ligne de flottaison)
184,4 m (total)
Maître-bau 19,8 m
Tirant d'eau 5,9 m
Déplacement 9 906 tonnes
À pleine charge 12 304 tonnes
Propulsion 4 turbines à vapeur Parsons
12 chaudières Yarrow
4 hélices
Puissance 60 000 chevaux
Vitesse 30 nœuds (56 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage Max : 75 mm
Armement Configuration d'origine :
7 × canons de 190 mm BL Mk VI
8 × canons de 76 mm QF 12 cwt
4 × canons de 76 mm QF 20 cwt
6 × tubes lance-torpilles de 533 mm
Rayon d'action 5 400 milles marins (10 000 km) à 14 nœuds (26 km/h)
2 186 tonnes de fioul

Le HMS Hawkins est un croiseur lourd, navire de tête de sa classe construit pour la Royal Navy pendant la Première Guerre mondiale.

Construit à l'arsenal de Chatham à partir du , il est lancé le et entre en service actif à compter du .

HistoriqueModifier

Navire-amiral de la 5e escadre de croiseurs légers basée en mer de Chine, il devient en le navire-amiral de la 2e escadre opérant dans l’Atlantique (Atlantic Fleet[1]). En , il est retiré du service, placé en réserve et utilisé par les élèves-officiers de la Royal Navy[2].

 
Le Hawkins à quai, probablement durant l'entre-deux-guerres.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate en Europe, il retrouve du service et est immédiatement déployé en Amérique du Sud. Il devient navire-amiral du Rear admiral Henry Harwood peu après la bataille du Rio de la Plata, patrouillant au large de la côte Sud-Américaine jusqu'au sud des Malouines. Le croiseur appareille de Montevideo le pour rejoindre Simon's Town (Afrique du Sud) en vue d'une remise en état. Après un radoub de plusieurs semaines, il opère au large de Freetown au cours duquel il sauve neuf membres d'équipage du pétrolier SS British Premier (en), torpillé par l'U-65.

En , il opère au large de la corne de l’Afrique et dans l’océan Indien où de nombreux navires marchands allemands et italiens sont arrêtés[2]. S'ensuit une période de cale sèche à Simon's Town entre le 10 et le , avant son départ le pour le Royaume-Uni.

Les travaux s’achevant en , le Hawkins rejoint l'Eastern Fleet et escorte des navires au large des côtes de l'Afrique, comprenant des périodes en cale sèche pour des réparations et des rénovations[1].

Au printemps 1944, le Hawkins est déployé dans la Manche dans le cadre des préparatifs de l’opération Neptune. Il participe à l’opération Tiger, une répétition grandeur nature du débarquement, qui se solde par un terrible échec du fait de l’intervention de vedettes rapides allemandes. Le 6 juin 1944, il mouille au large d’Utah Beach et bombarde les batteries de Saint-Martin-de-Varreville et de Maisy. Utilisé ensuite comme brise-lames au sein du Gooseberry 4 devant Courseulles-sur-Mer, il continue d’appuyer par le feu la progression des forces terrestres alliées en Normandie jusqu'à la fin du mois de juin avant de retourner en Grande-Bretagne[2].

À nouveau utilisé par les élèves-officiers de la Royal Navy à compter d’, il est ensuite retiré du service actif et placé en réserve en 1945. Utilisé comme cible au profit des Avro Lincoln de la Royal Air Force au large de Spithead, il est vendu pour démolition le  et démoli à Dalmuir à compter de décembre[1].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier