Ouvrir le menu principal

Héro et Léandre

personnage de la mythologie grecque
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Léandre.

Héro et Léandre (en grec ancien Ήρώ καὶ Λέανδρος / Hêrố kaì Léandros) sont un couple d'amoureux de la mythologie grecque.

Récit antiqueModifier

Héro est prêtresse d'Aphrodite à Sestos (sur la rive européenne de l'Hellespont), tandis que Léandre habite à Abydos, sur la rive asiatique. Toutes les nuits, Léandre traverse le détroit à la nage guidé par une lampe qu'Héro allume en haut de la tour où elle vit. Mais lors d'un orage, la lampe s'éteint et Léandre s'égare dans les ténèbres. Lorsque la mer rejette son corps le lendemain, Héro se suicide en se jetant du haut de sa tour.

Postérité après l'AntiquitéModifier

 
Gillis Backereel, Héro pleure la mort de Léandre, Kunsthistorisches Museum à Vienne.

Cette histoire a inspiré de nombreux auteurs : Musée, Friedrich Schiller[1], Pierre-Jacques-René Denne-Baron et Christopher Marlowe en ont fait des poèmes ; Straparola un conte[2] ; Milorad Pavić un roman, l'Envers du vent. On peut également citer la traversée à la nage de Lord Byron en 1810 entre Sestos à Abydos, effectuée en h 10.

Au XVIIe siècle, le récit fait aussi le sujet d'une relecture amusante par le dramaturge anglais Shakespeare dans la comédie Comme il vous plaira. Dans la scène première de l'acte IV, Rosalinde, grimée en homme, déclare : « Ce pauvre monde est vieux d'à peu près six mille ans, et pendant tout ce temps-là il n'y a pas un homme qui soit mort en personne, j'entends pour cause d'amour. (...) Quant à Léandre, il aurait vécu nombre de belles années, quant Héro se fut faite nomain, n'eut été la chaleur de certaine nuit de juin ; car ce bon jeune homme alla tout simplement se baigner dans l'Hellespont, et, étant pris d'une crampe il se noya. »

Alexandre Radichtchev mentionne[3] une histoire semblable à propos du lac Valdaï : un moine du monastère Iversky, tombé amoureux de la fille d'un habitant de Valdaï, et qui traversait chaque nuit le lac à la nage pour retrouver sa bien-aimée, finit par se noyer. L'auteur fait nommément référence à Héro et Léandre à ce sujet (mais doute qu'en l'occurrence, la jeune femme se soit laissée périr de désespoir).

Parmi les artistes peintres ayant été inspirés par cette légende, on peut citer les Français Théodore Chassériau et Jean-Joseph Taillasson, l'Américain Cy Twombly, le Flamand Rubens[4] ou encore le Britannique William Turner .

Côté musique, le compositeur italien Alfredo Catalani a écrit le poème symphonique Ero e Leandro en 1884, et Augusta Holmès a écrit un opéra Héro et Léandre en 1875. Louis-Nicolas Clérambault a composé une cantate Léandre et Hero vers 1700.

Il y a également une tour de Léandre à Istanbul.

Notes et référencesModifier

  1. « Poésies de Schiller/Héro et Léandre - Wikisource », sur fr.wikisource.org (consulté le 25 février 2017)
  2. Giovan Francesco Straparola, Les nuits facétieuses, traduction de Jean Louveau et Pierre de Larivey, revue, corrigée et commentée par Joël Gayraud, collection Merveilleux, éditions José Corti, Paris, 1999 (ISBN 2-7143-0693-4) (Septième nuit, fable II, histoire de Marguerite Spolatine tombée amoureuse de l'ermite Théodore).
  3. Alexandre Radichtchev, Voyage de Pétersbourg à Moscou, Payot / Rivages, 2007 (ISBN 978-2-7436-1683-0), pp. 141-143.
  4. Hero et Léandre, vers 1604-1606, huile sur toile, 95,9 x 127,9 cm, Yale University Art Gallery.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier