Edmond Pottier

archéologue, conservateur au Musée du Louvre

Edmond François Paul Pottier, né à Sarrebruck le , mort à Paris (7e arrondissement) le [1], est un archéologue et historien de l'art français, conservateur au musée du Louvre où il prit la tête du département des Antiquités orientales de 1910 à 1924, qui était alors le "Département des Antiquités orientales et de la céramique antique" (depuis 1886 et jusqu'en 1925) en lien direct avec sa personnalité.

CarrièreModifier

Fils d'un ingénieur civil, admis à l'École normale supérieure en 1874, agrégé de lettres en 1877, élève à l'École française d'Athènes (1877-80), maître de conférences de langue et littérature grecques à la Faculté des Lettres de Rennes (1880-82), puis de Toulouse (1882-83), docteur ès lettres en 1883, il fut attaché au département des Antiquités orientales du musée du Louvre à partir de 1884 (rétribué à partir de 1886), et donna un cours d'archéologie orientale et de céramique antique à l'École du Louvre à partir de 1885. À partir de 1884, il est codirecteur associé à Edmond Saglio pour la publication du monumental Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, achevé en 1917. Il fut conservateur adjoint (1893-1910), puis conservateur (1910-24) du département d'archéologie orientale et de céramique antique du musée, et professeur titulaire dans les mêmes domaines à l'École du Louvre (1908-24). Il enseigna d'autre part l'archéologie et l'histoire de l'art à l'École nationale supérieure des beaux-arts de 1884 à 1886, puis de 1893 à 1924 (professeur titulaire à partir de 1908). Il fut élu membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres le .

Il fut notamment à l'initiative de l'entreprise d'établissement d'un Corpus vasorum antiquorum, lancée pendant la première assemblée générale de l'Union académique internationale en , et en publia le premier fascicule pour le musée du Louvre en 1922.

Son épouse, Madeleine Gorges,– qui écrivait sous le nom de plume de Jacques Morel[2] – a été lauréate du prix Femina en 1912 pour son roman Feuilles mortes.

PublicationsModifier

  • Étude sur les lécythes blancs attiques à représentations funéraires, Paris, Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome (fasc. 30), 1883 (thèse de doctorat) ;
  • Quam ob causam Græci in sepulcris figlina sigilla deposuerint, Paris, 1883 (thèse complémentaire) ;
  • La nécropole de Myrina (avec Salomon Reinach), Paris, Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome, 2 vol., 1887 ;
  • Les statuettes de terre cuite dans l'Antiquité, Paris, Hachette, coll. « La Bibliothèque des merveilles », 1890 ;
  • Musée du Louvre, catalogue des vases antiques de terre cuite, études sur l'histoire de la peinture et du dessin dans l'Antiquité, Paris, Motteroz, 1896-1906 (3 vol.) ;
  • Vases antiques du Louvre (photogravures de Jules Devillard), Paris, Hachette, 1897-1928 (4 vol.) ;
  • Musée du Louvre, les antiquités assyriennes, Paris, Braun, 1917 ;
  • Corpus Vasorum Antiquorum, France, Louvre, Paris, Champion, 1922-33 (8 fasc.) ;
  • L’Art hittite, Paris, Geuthner, 1926-31 (2 vol.) ;
  • Musée national du Louvre, catalogue des vases antiques de terre cuite, III : L'École attique (2e éd. revue et augmentée), Paris, Réunion des musée nationaux, 1928-29 (2 vol.) ;
  • Recueil Edmond Pottier, études d'art de d'archéologie, Paris, De Boccard (Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome, fasc. 142), 1937.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier