Guy Thuillier

haut fonctionnaire français

Guy Thuillier, né le à Vaucouleurs et mort le [1] à Nevers, est un haut fonctionnaire et historien français.

Guy Thuillier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
NeversVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Fratrie
Autres informations
Distinctions

BiographieModifier

Élève de l'IEP de Paris, puis de l'ENA (promotion Lazare Carnot), il entre à la Cour des comptes en 1961. Il y fait sa carrière et termine au grade de conseiller-maître.

Il a été en poste à la préfecture de Saïda (Algérie), au gouvernement général d'Alger, et conseiller technique dans plusieurs cabinets ministériels, notamment auprès d'Edgar Faure au ministère de l'Éducation nationale (-), au moment de la réforme universitaire qui a suivi mai 1968, au ministère d'État, chargé des Affaires sociales (-), à l'Assemblée nationale (-1978), et auprès de Robert Boulin, au ministère de la Santé publique et de la Sécurité sociale (-) et au ministère du Travail (-).

Également historien, il s'est spécialisé dans l'histoire administrative et l'histoire économique. Il a enseigné comme professeur à Sciences Po, à l'ENA, à HEC et, comme chargé de conférences (1974-1980), puis comme directeur d'études, à l'École pratique des hautes études, à la chaire d'histoire de l'administration[2]. Il a été rédacteur en chef et rédacteur en chef adjoint de la Revue administrative[3].

En 1973, Guy Thuillier a fondé le premier comité d'histoire ministérielle, au ministère des Affaires sociales, et lancé les premières campagnes d'archives orales, notamment sur la naissance de la Sécurité sociale[4]. La conduite de l'enquête sur la Sécurité sociale a été confiée à Dominique Schnapper (1975-1979). Le Comité pour l'histoire économique et financière de la France (CHEFF) a été fondé en 1987 au ministère des Finances sur son initiative et celle de Michel Bruguière[5].

Il est devenu correspondant de l'Académie des sciences morales et politiques, section "Histoire et Géographie" en [6].

Il est le frère de l'historien de l'art Jacques Thuillier. Les deux frères font en 1998 une donation de 82 peintures au Musée départemental Georges-de-La-Tour à Vic-sur-Seille, et l'année suivante de 13 000 œuvres dont 12 000 estampes au Musée des Beaux-Arts de Nancy.

Le , les élus de la ville de Nevers ont accepté, à l’unanimité, un legs de Guy Thuillier portant sur des biens meubles et immeubles, dont un appartement à Paris, rue de la Pompe, et un à Nevers, rue de Lourdes[7].

Principales publicationsModifier

  • Georges Dufaud et les débuts du grand capitalisme dans la métallurgie en Nivernais, au XIXe siècle, Paris : S.E.V.P.E.N, 1959, 254 p.
  • Aspects de l'économie nivernaise au XIXe siècle, Paris : A. Colin, 1966, 553 p.
  • La Promotion sociale, Paris : Presses universitaires de France, "Que sais-je ?", 1966, 126 p. 3e éd. 1977
  • (avec Robert Catherine), Introduction à une philosophie de l'administration, Paris : A. Colin, 1969, 375 p.
  • (avec Yves Pélicier), La drogue, Paris : Presses universitaires de France, "Que sais-je ?", 1972. 8e éd. 1997
  • (avec Robert Catherine), Conscience et pouvoir : science administrative, Paris : Éditions Montchrestien, DL 1974, 266 p.
  • La vie quotidienne dans les ministères au XIXe siècle, [Paris] : Hachette, 1976, 255 p.
  • Pour une histoire du quotidien au XIXe siècle en Nivernais, Paris : Editions de l'EHESS, "Civilisations et sociétés", 1977, 492 p.
  • La vie quotidienne des domestiques en France au XIXe, Paris : Hachette, 1978, 287 p. Rééd. 1985.
  • (collectif) Les préfets en France, 1800-1940, Genève : Droz, 1978, 181 p.
  • Regard sur la haute administration en France, Paris : Économica, 1979, 160 p.
  • Bureaucrates et bureaucratie en France au XIXe siècle, Genève : Droz, 1980, 670 p.
  • (avec Yves Pélicier), Édouard Séguin : 1812-1880, "l'instituteur des idiots", Paris : Économica, 1980, 183 p.
  • La politique du travail, Paris : Presses universitaires de France, "Que sais-je ?", 1981, 127 p.
  • Les cabinets ministériels, Paris : Presses universitaires de France, "Que sais-je ?", 1982, 127 p.
  • La vie quotidienne des professeurs en France de 1870 à 1940, Paris : Hachette, 1982, 315 p.
  • (avec Robert Catherine), L'Être administratif et l'imaginaire, Paris : Economica, 1982, 120 p.
  • L'ENA avant l'ENA, Paris : Presses universitaires de France, 1983, 294 p.
  • La Monnaie en France au début du XIXe siècle, Genève : Droz ; Paris : Champion, 1983, 450 p.
  • (avec Jean Tulard), Histoire de l'administration française, Paris : Presses universitaires de France, "Que sais-je ?", 1984, 124 p. 2e éd. 1994
  • L'imaginaire quotidien au XIXe siècle, Paris : Économica, 1985, 194 p.
  • (avec Jean Tulard), La méthode en histoire, Paris : Presses universitaires de France, "Que sais-je ?", 1986, 127 p. 3e éd. 1991
  • (avec Jean Tulard), La bureaucratie en France au XIXe et XXe siècles, Paris : Économica, 1987, 737 p.
  • Les femmes dans l'administration depuis 1900, Paris : Presses universitaires de France, 1988, 173 p.
  • (avec Jean Tulard), Histoire locale et régionale, Paris : Presses universitaires de France, 1992, 123 p.
  • (avec Jean Tulard), Les écoles historiques, Paris : Presses universitaires de France, "Que sais-je ?", 1990, 127 p. 2e éd. 1993
  • Pour une histoire de la bureaucratie en France, Paris : Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 1999.
  • L'histoire en 2050, Paris : Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 2000, 304 p.
  • L'histoire et le probabilisme, Paris : Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 2002, 322 p.
  • Principes de l'histoire de la protection sociale, Paris : Association pour l'étude de l'histoire de la Sécurité sociale, 2003, 123 p.
  • La vie quotidienne dans les ministères au XIXe siècle, Paris : CHEFF, 2004, 269 p.
  • Principes de l'histoire économique, Paris : Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 2004, 238 p.
  • L'histoire de la protection sociale, Paris : Comité d'histoire de la Sécurité sociale, 2005, 236 p.
  • (avec François Monnier), Administration : vérités et fictions, Paris : Economica, 2007, 356 p.
  • (avec François Monnier) Histoire de la bureaucratie : vérités et fictions, Paris : Economica, 2010, 336 p.
  • Un observateur des misères sociales : Leclerc de Montlinot, 1732-1801, Paris, Comité d'histoire de la Sécurité sociale, 645 p. (ISBN 2-905882-45-X)

RécompensesModifier

  • médaille d'argent du CNRS
  • 1979 : prix Broquette-Gonin en littérature pour La vie quotidienne des domestiques en France au xixe siècle
  • 1981 : prix Broquette-Gonin en littérature pour La Vie quotidienne des députés en France de 1871 à 1914
  • 1983 : prix Mottart pour La vie quotidienne des professeurs de 1870 à 1940[8]
  • 2000 : prix Biguet pour Pour une histoire de la bureaucratie en France
  • 2009 : grand prix Gobert pour l'ensemble de son œuvre[9]

DécorationsModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier