Guy Thuillier

haut fonctionnaire français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thuillier.

Guy Thuillier, né le à Vaucouleurs et mort le [1] à Nevers, est un haut fonctionnaire et historien français.

BiographieModifier

Élève de l'IEP de Paris, puis de l'ENA (promotion Lazare Carnot), il entre à la Cour des comptes en 1961. Il y fait sa carrière et termine au grade de conseiller-maître.

Il a été en poste à la préfecture de Saïda (Algérie), au gouvernement général d'Alger, et conseiller technique dans plusieurs cabinets ministériels, notamment auprès d'Edgar Faure au ministère de l'Éducation nationale (-), au moment de la réforme universitaire qui a suivi mai 1968, au ministère d'État, chargé des Affaires sociales (-), à l'Assemblée nationale (-1978), et auprès de Robert Boulin, au ministère de la Santé publique et de la Sécurité sociale (-) et au ministère du Travail (-).

Également historien, il s'est spécialisé dans l'histoire administrative et l'histoire économique. Il a enseigné comme professeur à Sciences Po, à l'ENA, à HEC et, comme chargé de conférences (1974-1980), puis comme directeur d'études, à l'École pratique des hautes études, à la chaire d'histoire de l'administration[2]. Il a été rédacteur en chef et est rédacteur en chef adjoint de la Revue administrative[3].

En 1973, Guy Thuillier a fondé le premier comité d'histoire ministérielle, au ministère des Affaires sociales, et lancé les premières campagnes d'archives orales, notamment sur la naissance de la Sécurité sociale[4]. La conduite de l'enquête sur la Sécurité sociale a été confiée à Dominique Schnapper (1975-1979). Le Comité pour l'histoire économique et financière de la France (CHEFF) a été fondé en 1987 au ministère des Finances sur son initiative et celle de Michel Bruguière[5].

Il est correspondant de l'Académie des sciences morales et politiques, section "Histoire et Géographie" depuis [6].

Il est le frère de l'historien de l'art Jacques Thuillier. Les deux frères font en 1998 une donation de 82 peintures au Musée départemental Georges-de-La-Tour à Vic-sur-Seille, et l'année suivante de 13 000 œuvres dont 12 000 estampes au Musée des Beaux-Arts de Nancy.

Le , les élus de la ville de Nevers ont accepté, à l’unanimité, un legs de Guy Thuillier portant sur des biens meubles et immeubles, dont un appartement à Paris, rue de la Pompe, et un à Nevers, rue de Lourdes[7].

Principales publicationsModifier

  • Georges Dufaud et les débuts du grand capitalisme dans la métallurgie en Nivernais, au XIXe siècle, Paris : S.E.V.P.E.N, 1959, 254 p.
  • Aspects de l'économie nivernaise au XIXe siècle, Paris : A. Colin, 1966, 553 p.
  • La Promotion sociale, Paris : Presses universitaires de France, "Que sais-je ?", 1966, 126 p. 3e éd. 1977
  • (avec Robert Catherine), Introduction à une philosophie de l'administration, Paris : A. Colin, 1969, 375 p.
  • (avec Yves Pélicier), La drogue, Paris : Presses universitaires de France, "Que sais-je ?", 1972. 8e éd. 1997
  • (avec Robert Catherine), Conscience et pouvoir : science administrative, Paris : Éditions Montchrestien, DL 1974, 266 p.
  • La vie quotidienne dans les ministères au XIXe siècle, [Paris] : Hachette, 1976, 255 p.
  • Pour une histoire du quotidien au XIXe siècle en Nivernais, Paris : Editions de l'EHESS, "Civilisations et sociétés", 1977, 492 p.
  • La vie quotidienne des domestiques en France au XIXe, Paris : Hachette, 1978, 287 p. Rééd. 1985.
  • (collectif) Les préfets en France, 1800-1940, Genève : Droz, 1978, 181 p.
  • Regard sur la haute administration en France, Paris : Économica, 1979, 160 p.
  • Bureaucrates et bureaucratie en France au XIXe siècle, Genève : Droz, 1980, 670 p.
  • (avec Yves Pélicier), Édouard Séguin : 1812-1880, "l'instituteur des idiots", Paris : Économica, 1980, 183 p.
  • La politique du travail, Paris : Presses universitaires de France, "Que sais-je ?", 1981, 127 p.
  • Les cabinets ministériels, Paris : Presses universitaires de France, "Que sais-je ?", 1982, 127 p.
  • La vie quotidienne des professeurs en France de 1870 à 1940, Paris : Hachette, 1982, 315 p.
  • (avec Robert Catherine), L'Être administratif et l'imaginaire, Paris : Economica, 1982, 120 p.
  • L'ENA avant l'ENA, Paris : Presses universitaires de France, 1983, 294 p.
  • La Monnaie en France au début du XIXe siècle, Genève : Droz ; Paris : Champion, 1983, 450 p.
  • (avec Jean Tulard), Histoire de l'administration française, Paris : Presses universitaires de France, "Que sais-je ?", 1984, 124 p. 2e éd. 1994
  • L'imaginaire quotidien au XIXe siècle, Paris : Économica, 1985, 194 p.
  • (avec Jean Tulard), La méthode en histoire, Paris : Presses universitaires de France, "Que sais-je ?", 1986, 127 p. 3e éd. 1991
  • (avec Jean Tulard), La bureaucratie en France au XIXe et XXe siècles, Paris : Économica, 1987, 737 p.
  • Les femmes dans l'administration depuis 1900, Paris : Presses universitaires de France, 1988, 173 p.
  • (avec Jean Tulard), Histoire locale et régionale, Paris : Presses universitaires de France, 1992, 123 p.
  • (avec Jean Tulard), Les écoles historiques, Paris : Presses universitaires de France, "Que sais-je ?", 1990, 127 p. 2e éd. 1993
  • Pour une histoire de la bureaucratie en France, Paris : Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 1999.
  • L'histoire en 2050, Paris : Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 2000, 304 p.
  • L'histoire et le probabilisme, Paris : Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 2002, 322 p.
  • Principes de l'histoire de la protection sociale, Paris : Association pour l'étude de l'histoire de la Sécurité sociale, 2003, 123 p.
  • La vie quotidienne dans les ministères au XIXe siècle, Paris : CHEFF, 2004, 269 p.
  • Principes de l'histoire économique, Paris : Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 2004, 238 p.
  • L'histoire de la protection sociale, Paris : Comité d'histoire de la Sécurité sociale, 2005, 236 p.
  • (avec François Monnier), Administration : vérités et fictions, Paris : Economica, 2007, 356 p.
  • (avec François Monnier) Histoire de la bureaucratie : vérités et fictions, Paris : Economica, 2010, 336 p.
  • Un observateur des misères sociales : Leclerc de Montlinot, 1732-1801, Paris, Comité d'histoire de la Sécurité sociale, 645 p. (ISBN 2-905882-45-X)

RécompensesModifier

  • médaille d'argent du CNRS
  • 1979 : prix Broquette-Gonin en littérature pour La vie quotidienne des domestiques en France au xixe siècle
  • 1981 : prix Broquette-Gonin en littérature pour La Vie quotidienne des députés en France de 1871 à 1914
  • 1983 : prix Mottart pour La vie quotidienne des professeurs de 1870 à 1940[8]
  • 2000 : Prix Biguet pour Pour une histoire de la bureaucratie en France
  • 2009 : Grand prix Gobert pour l'ensemble de son oeuvre[9]

DécorationsModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier