Guerre néerlando-portugaise

guerre du XVIIe siècle
Guerre néerlando-portugaise
Description de cette image, également commentée ci-après
Bataille de Goa entre les flottes portugaise et néerlandaise en 1638.
Informations générales
Date 1601-1661
Lieu Océan Atlantique: Brésil, Afrique de l'Ouest, Afrique du Sud ; Océan Indien : Afrique de l'Est, Inde, Birmanie ; Indes orientales : Côtes de Malacca, Indochine, Chine
Issue Traité de La Haye :
* Formation de l'Empire colonial néerlandais
* Guerre de Restauration au Portugal
* Victoire portugaise au Brésil, Angola, Afrique de l'Est, Goa et Macao
* Victoire néerlandaise aux Moluques, Côte de l'Or, Malacca, Ceylan et Côte de Malabar.

La guerre néerlando-portugaise (en néerlandais Nederlands-Portugese oorlog, en portugais Guerra Luso-Neerlandesa) est une suite de conflits navals dans le monde colonial, opposant les intérêts des compagnies néerlandaises : la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales (WIC) et la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (VOC), et les intérêts commerciaux de l'empire portugais.

Ce conflit s'insère dans le cadre de ce qu'on appelle (rétrospectivement) la guerre de Quatre-Vingts Ans (1568-1648), c'est-à-dire l'insurrection des Pays-Bas contre le roi d'Espagne Philippe II, insurrection qui, en 1581, devient une guerre entre les Provinces-Unies et l'Espagne.

Or, à partir de 1580, Philippe II contrôle le Portugal, de sorte que par la suite, les Provinces-Unies considèrent les Portugais comme des ennemis, notamment dans le monde colonial où leurs compagnies cherchent à s'implanter : en détruisant des implantations portugaises, ils contribuent à affaiblir la puissance espagnole.

La guerre néerlando-portugaise s'achève officiellement en 1661 par le traité de La Haye.

ContexteModifier

L'insurrection des Pays-Bas et la naissance des Provinces-UniesModifier

À la fin de son règne, Charles Quint (1500-1558), empereur (par élection), souverain des Dix-Sept Provinces des Pays-Bas en tant que descendant de Charles le Téméraire et roi d'Espagne en tant que descendant des Rois catholiques, transmet en octobre 1555 les Pays-Bas à son fils Philippe, puis lui cède la couronne d'Espagne en janvier 1556.

Les Pays-Bas sont dès lors associés à l'Espagne, bien qu'ils fassent partie du Saint-Empire (Philippe II est, formellement, vassal de l'empereur, son oncle Ferdinand jusqu'en 1564, pour chacune des dix-sept provinces).

Les dissensions entre les Néerlandais, qui ont des traditions d'autonomie urbaine et provinciale, et un souverain absolutiste aboutissent en 1566 à la révolte des Gueux, qui en 1568, devient une guerre sous la direction de Guillaume d'Orange. En 1581, les insurgés proclament la déchéance de Philippe II de ses droits sur les Pays-Bas, par l'acte de La Haye, qui marque le début d'un nouvel État en Europe, les Provinces-Unies. Mais pour Philippe, ce sont toujours des sujets dont la rébellion doit être écrasée. La guerre se poursuit donc jusqu'à la fin du règne de Philippe II (1598), et même au-delà, puisque les Provinces-Unies ne sont finalement reconnues par le roi d'Espagne qu'en 1648 (traité de Münster).

La mainmise de l'Espagne sur le PortugalModifier

Durant cette période, Philippe II réussit à intégrer le royaume de Portugal à la couronne espagnole, dans le cadre de l'Union ibérique qui dure jusqu'en 1640.

Les empires coloniaux portugais et espagnolModifier

Or le Portugal est depuis la fin du XVe siècle à la tête d'un empire colonial constitué de nombreux comptoirs commerciaux, sur les côtes d'Afrique, des « Indes orientales » (Inde, Indochine, Chine, Japon) et du Brésil.

De son côté, l'Espagne contrôle l'Amérique centrale (Caraïbes et Mexique) et l'Amérique du Sud (Pérou, Colombie), les « Indes occidentales ».

Les ambitions néerlandaisesModifier

Très vite, les Provinces-Unies, dont les populations ont aussi une tradition commerciale et maritime, lancent des expéditions visant à s'implanter dans le monde colonial se heurtant alors aux Portugais, sujets du roi d'Espagne, contre qui les Néerlandais sont en guerre en Europe.

Les intérêts coloniaux des Provinces-Unies sont délégués à des compagnies privées. Dès le début du XVIIe siècle, émergent les deux grandes compagnies : la WIC et la VOC.

Les forces en présenceModifier

Du côté portugaisModifier

  • Rôle de l'Espagne dans la défense des possessions portugaises

Du côté néerlandaisModifier

  • Les compagnies des Indes : création ; ressources ; équipement commercial, administratif et militaire
  • Rôle de la république des Provinces-Unies dans le monde colonial
  • L'appui de l'Angleterre

Les théâtres d'opérationModifier

Les deux compagnies néerlandaises s'attaquent aux comptoirs portugais au Brésil, en Afrique et en Asie, avec des fortunes diverses : en Afrique et au Brésil, elles subissent un échec qui entraine la faillite de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales. En Asie, c'est au contraire un succès, qui assure plus d'un siècle de prospérité à la Compagnie néerlandaise des Indes orientales.

Le BrésilModifier

Au Brésil, les Néerlandais prennent brièvement, à partir de 1624, le contrôle d'un des principaux comptoirs portugais, à Bahia mais en sont chassés dès l'année suivante. Ils repassent à l'offensive six ans plus tard, plus au Nord, en s'emparant du port de Récife et de la ville coloniale portugaise d'Olinda, située juste à côté. En difficulté à partir de 1645, ils renoncent définitivement au nord du Brésil en 1654, date du départ des derniers habitants hollandais de Récife.

L'AngolaModifier

En Afrique, les Hollandais harcèlent la colonie portugaise de l'Angola en 1624, afin d'assécher les flux de déportation d'esclaves des Portugais. Ces derniers envoyaient les esclaves travailler dans la grande ville de Potosi, où se trouvait une mine produisant l'argent-métal dans le monde, en passant par Buenos Aires et le Brésil, où une partie des déportés étaient achetés au passage par les planteurs de sucre portugais.

Un peu plus tard, les Hollandais attaquent de nouveau la colonie portugaise de l'Angola et s'emparent d'une partie de ce territoire, celle du littoral, où le port de Luanda servait aux Portugais à exporter des esclaves. Mais, les Hollandais se heurtent à une résistance locale qui prend la forme de la guerre néerlando-portugaise en Angola et ils ne conservent le port de Luanda que de 1641 à 1648, date à laquelle les Portugais les chassent entièrement d'Angola.

La Côte de l'Or (Ghana)Modifier

Les Hollandais s'emparent de deux comptoirs des Portugais, afin de développer leur commerce de tous les produits sur la Côte-de-l'Or, d'abord celui d'El Mina en 1637 puis celui d'Axim. Ces deux comptoirs ont pour principale finalité d'augmenter l'accès des Hollandais à la production d'or du Guana, mais la guerre de Trente Ans suscite des besoins monétaires importants des autres nations, Suède, Danemark, France, Angleterre, Duché de Courlande, qui bâtissent de nombreux forts peu après dans la même zone, ne parvenant à détourner qu'une partie des flux d'or captés par les Hollandais.

L'AsieModifier

En Asie, les Néerlandais remportent plusieurs victoires. Ils s'emparent des Moluques, de Malacca, de Ceylan et de leurs comptoirs sur la côte de Malabar, obtenant le monopole du commerce avec le Japon.

Néanmoins, leurs offensives sur Goa et Macao sont défaites.

Cette guerre entraîne l'affaiblissement de l'empire colonial portugais qui perd sa prééminence en Asie.

Elle pose aussi les fondements de l'empire colonial néerlandais, qui va dominer le commerce mondial jusqu'en 1713.

La fin de la guerreModifier

La guerre se poursuit même après la séparation de l'Union ibérique (1640) et la paix entre les Provinces-Unies et l'Espagne (1648).

Articles connexesModifier