Ouvrir le menu principal
Écusson du Groupement de commandos de montagne.

Le groupement de commandos de montagne (GCM) est l'unité d'élite opérationnelle de la 27e brigade d'infanterie de montagne.

HistoriqueModifier

 
Des militaires français du groupement de commandos de montagne au nord-est de Gao, en juin 2017, lors de l'opération Barkhane.

Les GCM sont les héritiers directs des URH 27 (Unités de recherche humaine), elles-mêmes descendantes des Sections de renseignement (SR) qui ont succédé aux Sections d'éclaireurs skieurs (SES) auxquelles appartenait le lieutenant Tom Morel, héros du maquis des Glières.

La disparition de l'adjudant Laurent Pican, tué le lors d'une mission en Afghanistan, révèle l'existence du groupement de commandos de montagne qui n'avait alors pas été rendue publique.

Deux sous-officiers du 2e régiment étranger de génie ont été abattus le 29 décembre 2011 en Afghanistan lors d'une mission de soutien. Selon leur colonel ils faisaient partie de l'élite des commandos montagne du régiment. Ils ont été tués par un homme en uniforme de l'armée nationale afghane.

Organisation et conditions opérationnellesModifier

Une centaine de commandos forment le groupement de commando de montagne.

Selon l'Armée de terre, les objectifs attendus des commandos du GCM sont de diverses natures : renseigner au contact et dans la profondeur, faciliter la mobilité d'autres unités, opérer des actions offensives limitées, guider des frappes dans la profondeur. Cette liste n'est pas restrictive. Ainsi les commandos du GCM engagés en Afghanistan le sont comme OMLT (Operational Mentoring Liaison Teams) chargées de former et de conseiller l’Armée nationale afghane.

Pour emploi, le GCM dépend de l'état-major de la Brigade, mais ses sections et ses groupes restent intégrés dans les différentes unités de la brigade :

RéférencesModifier

Voir aussiModifier