Ouvrir le menu principal

Sudpresse
logo de Groupe Sudpresse
Sudpresse s.a.

Création 16 décembre 1998
Dates clés Deux restructurations en 1999 et 2002.
Fondateurs Michel Fromont, Pierre-Alain Thibaut.
Personnages clés Michel Marteau, rédacteur en chef; Thierry Remacle et Demetrio Scagliola, rédacteurs en chef adjoint; Pierre Leerschool, directeur général et directeur des ressources humaines[1].
Forme juridique Société anonyme
Siège social Rue de Coquelet, 134
5000 Namur
Drapeau de Belgique Belgique
Direction Pierre Leerschool
Actionnaires Rossel à 100 %
Activité Presse régionale
Produits Quotidiens, magazines (sportifs et animalier), sites web, téléphonie mobile.
Société mère Groupe Rossel
Filiales Le groupe Nord Éclair (détenu à 100 % par Rossel) est adossé à Sudpresse sans en être une filiale proprement dite. À noter : Nord Éclair France est détenu par La Voix du Nord, également propriété de Rossel. Les Nord Éclair français et belge ne collaborent plus, si ce n'est épisodiquement.
Effectif 300 (en 2009 dont 160 journalistes)
Site web Sudpresse

Capitalisation La société n'est pas cotée.
Fonds propres 388 536 € au 01/01/2012
Dette 17,3 millions d'euros.
Chiffre d'affaires 50 millions d'euros en moyenne.
Résultat net -1,26 millions en 2011.

Sudpresse est une société de presse écrite belge. Pour ce qui est du lectorat, ce groupe est leader de la presse quotidienne en Belgique francophone. Sudpresse constitue la filiale du groupe Rossel spécialisée dans l’information de proximité qui se décline dans les journaux et les supports électroniques.

Le groupe Rossel est également propriétaire du journal Le Soir, du groupe de presse régionale français La Voix du Nord et du seul quotidien belge germanophone Grenz-Echo.

ÉditionsModifier

La société édite 5 titres, et 14 éditions, quotidiennement lus par 644 000 personnes (CIM 2013)

ControversesModifier

Le 24 février 2016, le journal La Meuse, appartenant au groupe Sudpresse, publie un article ayant pour titre Invasion de migrants : la côte belge menacée. Suite à cela, le journal satirique Nordpresse, par ailleurs parodie de Sudpresse, décide de porter plainte contre le groupe pour incitation à la haine[3]. En octobre de la même année, Sudpresse attaque à son tour Nordpresse à cause de l'une de leurs parodies à propos d'un autre article litigieux publié par Sudpresse présentant une carte des musulmans en Belgique[4]. Sudpresse perd ce procès suite à la décision de justice du tribunal de première instance de Bruxelles le 1er décembre 2017[5],[6].

Le 31 octobre 2019, Sudpresse engage une action en cessation devant le Tribunal de Commerce de Liège à l'encontre de Nordpresse, visant la suppression de nombreuses publications concernant des opinions à propos de la déontologie journalistique du groupe[7]. Ces publications font suite à un article publié par SudInfo titré «Laura a crié après sa maman»: les détails sordides du viol collectif d'une jeune fille de 13 ans à Hensies, et critiquent la façon de traiter les faits divers des différents journaux de Sudpresse. L'audience aura lieu le 6 décembre 2019[8].

Notes et référencesModifier

  1. http://www.rossel.be/societes/sudpresse.
  2. Une édition de La Capitale dans le Brabant wallon, RTBF.be, Mis en ligne le 20 janvier 2011.
  3. « Nordpresse a déposé une plainte contre Sudpresse, vous aussi faites de même ! [Vraie info] », sur nordpresse.be.
  4. Vincent Flibustier, « Sudpresse attaque Nordpresse en Justice et réclame 15.000€(Citation à comparaître dans l'article) », Nordpresse - Toute l'actualité,‎ (lire en ligne, consulté le 14 octobre 2016).
  5. Vincent Flibustier, « AHAHAH: Sudpresse a perdu son PROCES contre Nordpresse. (Décision de justice en PDF) », sur Nordpresse - Toute l'actualité, (consulté le 11 novembre 2019)
  6. 7sur7, « Sudpresse perd son procès contre Nordpresse »
  7. Vincent Flibustier, « Communiqué de presse concernant l'affaire Sudpresse Nordpresse Episode 2 », sur Nordpresse - Toute l'actualité, (consulté le 11 novembre 2019)
  8. R. T. L. Newmedia, « Audience le 6/12 dans l'affaire opposant le groupe Sudpresse au site satirique Nordpresse », sur RTL Info (consulté le 11 novembre 2019)

Lien externeModifier