Ouvrir le menu principal

Grosse Fatigue

film de Michel Blanc, sorti en 1994
(Redirigé depuis Grosse fatigue)
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’épisode de série télévisée, voir Grosse Fatigue (Les Zinzins de l'espace).
Grosse Fatigue
Description de cette image, également commentée ci-après

Réalisation Michel Blanc
Scénario Jacques Audiard
Josiane Balasko
Michel Blanc
Bertrand Blier
Acteurs principaux
Sociétés de production Daniel Toscan du Plantier
Pays d’origine France
Genre Comédie
Durée 92 minutes
Sortie 1994

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Grosse Fatigue est un film français réalisé en 1993 par Michel Blanc, sorti le en France et le en Belgique.

SynopsisModifier

Michel Blanc est un grand acteur de cinéma. Cependant, il est accusé d'avoir abusé sexuellement Josiane Balasko, Charlotte Gainsbourg et Mathilda May, de s'être comporté comme un goujat au Festival de Cannes, d'avoir semé la zizanie dans la discothèque de Régine et d'accepter des cachets médiocres, comme des animations dans des supermarchés, en cachette de son agent jusqu'au jour où il ne peut plus rentrer chez lui. Les témoignages sont flagrants, mais Michel Blanc sait qu'il est innocent. Il décide alors de se faire aider par Carole Bouquet afin de faire la lumière sur cette affaire, et il découvre qu'il a un sosie parfait, Patrick Olivier, qui, ayant souffert dans sa vie de ressembler à Michel Blanc, a bien décidé d'en profiter.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Distribution citée par ordre d'apparition dans le générique du film.

Autour du filmModifier

  • Le film a été tourné à Paris, aux Seychelles et dans le Luberon.
  • C'est la première fois depuis Les bronzés font du ski (1979) que tous les membres de la troupe du Splendid se retrouvent dans un même film.
  • Ce film est né d'une mésaventure de l'acteur Gérard Jugnot, grand ami de Michel Blanc. Jugnot a effectivement été victime d'une usurpation d'identité de la part d'un sosie qui effectuait des animations dans des grandes surfaces de la région parisienne. Ce désagrément a été rapidement réglé devant la justice mais Bertrand Blier et Michel Blanc y ont trouvé la base d'un nouveau scénario.
  • La réplique de Carole Bouquet "Qu'est-ce que j'ai de moins que Balasko, putain ?" fait référence au film Trop belle pour toi de Bertrand Blier (1989), dans lequel Gérard Depardieu la trompe avec sa secrétaire, interprétée par Josiane Balasko.
  • Ce film est pour Carole Bouquet sa première incursion dans la comédie, cassant ainsi son image de femme fatale. Jusqu'ici, elle jouait dans des films d'auteur.

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier