Ouvrir le menu principal

Grand Prix de France (cyclisme)

compétition de cyclisme
Grand Prix de France
Généralités
Sport cyclisme sur route
Création 1952
Disparition 1998
Organisateur(s) Jean Leulliot
Éditions 46
Type / Format contre-la-montre
Lieu(x) Drapeau de la France France

Palmarès
Tenant du titre Florent Brard (1998)
Plus titré(s) 2 victoires :
Drapeau : France Michel Béchet (1959, 1962)
Drapeau : France Patrick Perret (1973-1974)
Drapeau : France Pascal Lance (1987-1988)

Le Grand Prix de France est une course cycliste française, courue contre-la-montre, créée en 1952. Il était réservé aux coureurs "amateurs", puis aux "espoirs". Il fut disputé sans interruption jusqu'en 1996. Après une quarante-sixième et ultime édition en 1998, il a disparu du calendrier des compétitions cyclistes.

OrganisationModifier

Le Grand Prix de France, ou GP de France[1] est créé en 1952 par le journaliste et organisateur de courses cycliste Jean Leulliot. Jusqu'en 1965, date de création du Grand Prix des Nations (amateurs), le Grand Prix de France est la seule compétition contre-la-montre où les coureurs "amateurs" et "indépendants"[2] puissent exprimer leur qualité de "rouleur" sur une longue distance.

Si la première édition était longue de 82 kilomètres, la distance à parcourir en 1955 fut de 107 kilomètres. C'est la plus longue distance dans l'histoire de cette course dont il est dit que c'était « l'antichambre des Nations »[3].

Le lieu où se disputait le Grand Prix de France a régulièrement changé. Le premier Grand Prix s'est disputé à Saint-Étienne (Loire)

Faits marquantsModifier

  • Lorsque Jacques Anquetil ouvre le palmarès de l'épreuve, la distance est de 82 kilomètres. Il les couvre en 2 heures 16 minutes et 41 secondes, soit une moyenne de 36,418 km/h.
  • L'année suivante Albert Bouvet n'a que 70 kilomètres à accomplir. La moyenne monte fort logiquement à 41,160 km/h.
  • En 1955, la victoire de Gérard Saint se déroule sur 107 kilomètres. Il les accomplit à la moyenne de 36,903 km/h.
  • Le club AC Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime) truste les victoires durant les 15 premières années : Jacques Anquetil (1952), Alphonse Legagneur (1957), Jacques Ricque (1958), Peter Hill (1965). La Normandie fournit d'autres vainqueurs : Gérard Saint (du VC Argentan), Michel Béchet (du VC Fécamp), Jean-Louis Quesne (du SCC Rouen). Le club de Jacques Anquetil fournit un autre vainqueur, en 1976, en la personne de Christian Lefèbvre
  • À partir de 1965, deux Grands Prix contre-la-montre sont organisés. Comme ils sont espacés d'une quinzaine de jours, plusieurs coureurs tentent le doublé ("GP de France-GP "Nations") mais peu y parviennent : Gilbert Bischoff en 1975, Graham Jones en 1978, Francisque Teyssier, en 1992.
  • Réduite une première fois aux environs de 60 kilomètres à partir de 1959, la distance du parcours diminue à compter de 1969 à environ 50 kilomètres.
  • Trois coureurs ont réalisé le doublé de la victoire : Michel Béchet (Clubs VC Fécamp puis ACBB) vainqueur en 1959 et 1962 ; Patrick Perret (club : AS-PTT Besançon), vainqueur en 1973 et 1974 ; Pascal Lance (club AS PTT Nancy), vainqueur en 1986 et 1987.
  • Le plus grand écart de temps entre le vainqueur et son second est réalisé lors de la première édition, en 1952. Le jeune Jacques Anquetil, paré du maillot de champion de France amateur, titre qu'il a conquis peu de semaine auparavant, et médaillé de bronze aux Jeux olympiques d'Helsinki (par équipes), triomphe sur les routes de la région stéphanoise, avec 5 minutes et 2 secondes d'avance sur le presque régional Pierre Ruby (originaire de la banlieue lyonnaise), qui fera ensuite une bonne carrière chez les professionnels. Le troisième est relégué à 6 minutes et 46 secondes[4].
  • La deuxième performance en matière d'écart entre le vainqueur et son premier challenger est détenue par Gérard Saint, qui triomphe en 1955 avec 3 minutes, et 18 secondes sur Gérard Thiélin. Sur le parcours le plus long de toutes les éditions, le Grand Prix de France met en lumière un des meilleurs rouleurs français.
  • Pour la période plus récente les écarts sont nettement moins grands. Ainsi, Stephen Roche, en 1980, à Saint-Priest (Rhône), remporte l'épreuve avec 5 secondes d'avance sur Sean Yates. Mais déjà en 1960, Joseph Velly, parrainé par Louison Bobet, n'avait mis que 6 secondes entre lui et un prometteur jeune Normand de l'AC Sotteville, du nom de Jean Jourden. Et en 1961, seule une seconde sépare le vainqueur, Jean-Claude Le Hec de son suivant le Belge Marcel Leboutte.
    A contrario, en 1971, le Néerlandais Fedor den Hertog distance son dauphin pourtant réputé, Régis Ovion, de 2 minutes et 35 secondes sur les routes vendéennes autour de Merlin-Plage[5].

Palmarès du GP de FranceModifier

Année Distance Vainqueur Âge Deuxième Troisième
1952 82,6 km   Jacques Anquetil 18 ans   Pierre Ruby   Charles Degrande
1953 70 km   Albert Bouvet 23 ans   Pierre Delamésière   Noël Chavy
1954 84 km   Gilbert Ruel 20 ans[6]   Gérard Saint   Jean Mosello
1955 107 km   Gérard Saint 20 ans   Gérard Thiélin   Michel Vermeulin
1956 84 km   Michel Vermeulin 22 ans   Joseph Wasko   Orphée Meneghini
1957 87 km   Alphonse Legagneur 24 ans[7]   Julien Arne   Alfred Gratton
1958 68 km   Jacques Ricque 24 ans[8]   René Delamaire   Jacques Simon
1959 60 km   Michel Béchet 18 ans   Claude Sauvage   Claude Delamin
1960 50 km   Joseph Velly 22 ans   Jean Jourden   Giacomo Fornoni
1961 54 km   Jean-Claude Le Hec 21 ans  Marcel Leboutte   Albert Baldasseroni
1962 57 km   Michel Béchet 21 ans   Peter Crinnion   Roger Milliot
1963 61 km   Jean Dumont 20 ans   Raymond Delisle   Charles Rigon
1964 62 km   Jean-Louis Quesne 21 ans   Roger Pingeon   Désiré Letort
1965 75 km   Peter Hill[9] 20 ans   Luis Ocaña[10]   Philippe Lacheray
1966 47 km   Siegfried Adler[11] 23 ans   Henri Heintz   Serge Pacary
1967 69 km   Peter Head 21 ans[12]   Daniel Rebillard   Jean-Claude Genty
1968 64 km   Bernard Thévenet 20 ans   Jacky Chan Tsin   Gérard Moneyron
1969 50 km   Leif Mortensen 23 ans   Bernard Thévenet   Joop Zoetemelk
1970 52 km   Jean-Claude Largeau 21 ans   Jorgen Schmidt   Claude Aigueparses
1971 58 km   Fedor den Hertog 25 ans   Régis Ovion   Henri-Paul Fin
1972 46,5 km   Phil Bayton 22 ans   Henri-Paul Fin   Marcel Duchemin
1973 56 km   Patrick Perret 20 ans   Gilbert Bischoff   Tord Filipsson
1974 55 km   Patrick Perret 21 ans   Michel Laurent   Cédric Vasseur
1975 54 km   Gilbert Bischoff 24 ans   Harry Vilfaikis   Jacques Desportes
1976 51 km   Christian Lefebvre 25 ans   Alain De Carvalho   Christian Muselet
1977 40 km   Juan Argudo 23 ans   Frédéric Brun   Paul Sherwen
1978 47,2 km   Graham Jones 20 ans   Jean-Pierre Cabare   Joël Soudais
1979 43 km   Hans Erik Ørsted 25 ans   Johnny Broers   Tony Doyle
1980 49 km   Stephen Roche 21 ans   Sean Yates   Régis Clère
1981 53,5 km   Sean Yates 21 ans   Claude Moreau  Martial Gayant
1982 53 km   David Akam 22 ans[13]   Alain Renaud   Philippe Saudé
1983 58 km   Robert Forest 22 ans[14]   Philippe Bouvatier   Éric Dudoit
1984 64 km   Joël Pelier 22 ans   Patrice Esnault   Bruno Huger
1985 60 km   Kari Myyryläinen 22 ans[15]   Sören Lilholt   Stephan Joho
1986 48,6 km   Peter Gylling 24 ans[16]   Thierry Laurent   Pascal Lance
1987 52 km   Pascal Lance 23 ans   Peter Meinert   Tom Dalkvist
1988 66,5 km   Pascal Lance 24 ans   Jean-Michel Lance   Christophe Capelle
1989 59 km   Chris Boardman 21 ans   Marko Jeletich   Peter Meinert
1990 63 km   Clayton Stephenson 22 ans   Michael Andersson   Bjørn Stenersen
1991 58 km   Hervé Garel 24 ans   Stéphane Heulot   Jean-Pierre Bourgeot
1992 65,8 km   Francisque Teyssier 23 ans   Jan Karlsson   Jean-Michel Lance
1993 70,8 km   Jean-François Bresset 27 ans   Hervé Boussard   Martial Locatelli
1994 61 km   Bert Roesems 22 ans   Christophe Moreau   Grégory Ageorges
1995 55 km   Stéphane Conan 23 ans[17]   Cyril Sabatier   Michael Rich
1996 64 km   Guillaume Destang 26 ans[18]   Jérôme Le Royer   Simon Steiner
1998   Florent Brard 22 ans   Willy Viard   Marek Leśniewski

SourcesModifier

  • Période 1952-1961 : Cahier de l'Équipe, no 13, avril-mai 1962.
  • Période 1962-1970 : Miroir du cyclisme, no 135, octobre 1970, la rubrique tenue par Robert Descamps publie le palmarès de tous les "Grand Prix contre-la-montre" : GP des Nations, Grand Prix de Lugano, Grand Prix de Genève, Grand Prix de Forli, GP de France. Il oublie cependant ...le Grand Prix des Nations (amateurs).
  • De 1971 à 1998....Livres d'or annuels des magazines cyclistes : Miroir du cyclisme, Le Cycle, L'Équipe-Cyclisme magazine, Vélo magazine. Ainsi que les Année du cyclisme de Pierre Chany et les annuaires Velo, de René Jacobs et alii.

Notes et référencesModifier

  1. Claude Sudres, Dictionnaire international du cyclisme, édition de 2004
  2. Les "indépendants" étaient jusqu'en 1962/1963 une catégorie de coureur pouvant participer à des courses "professionnels" et des courses "amateurs".
  3. "L'antichambre des Nations", dans les Cahiers de l'Équipe-Cyclisme magazine, N° 13, 1962, p. 116. Ce numéro livre le palmarès du Grand Prix de France de 1952 à 1961 : kilométrage, moyenne, et cinq premiers. Ces chiffres sont repris ici.
  4. Cahiers de l'Équipe-Cyclisme, 1962, p. 116
  5. Velo 1972, René Jacobs et alii
  6. Gilbert Ruel est né le 11/09/1934. Les dates de naissance permettant de calculer l'âge des vainqueurs proviennent de
    • site "Mémoire du cyclisme"
    • L'encyclopédie illustrée des coureurs français, de Pascal Sergent, éditions Eecloonaar.
  7. A. Legagneur est né le 22/04/1933
  8. Jacques Ricque est né le 23/01/1934
  9. Le britannique Peter Hill est sociétaire de l'AC Sotteville. Il est né en juin 1945.
  10. Luis Ocaña, court avec le maillot du Stade montois
  11. Allemand de RFA, Siegfried Adler est sociétaire de l'ACBB. Originaire de Görlitz, il y est né le 29/03/1945.
  12. Peter Head court en France avec l'UC Vannes. Il est né le 3/01/1946.
  13. David Akam est né le 22 novembre 1960.
  14. Robert Forest, est né le 18 novembre 1961.
  15. Le coureur Finlandais K. Myyralainen est né le 21/10/1963
  16. Peter Gylling est né au Danemark le 19/08/1962. Il court en France avec le VC Roubaix.
  17. Stéphane Conan est né le 28/06/1972 à Belle-Île-en-Mer (Morbihan)
  18. Guillaume Destang est né le 30/03/1970

Lien externeModifier