Grégoire Ier l'Illuminateur

évangélisateur et fondateur de l'Église apostolique arménienne (275-331)

Grégoire Ier l'Illuminateur
Գրիգոր Ա Լուսաւորիչ
Image illustrative de l’article Grégoire Ier l'Illuminateur

Naissance 257 ap. J-C
Décès 331 ap. J-C
Désignation 314
Fin 325
Successeur Aristakès Ier

Catholicos de l'Église apostolique arménienne


Armenian Apostolic Church logo.svg

Saint Grégoire l'Illuminateur ou Grégoire Ier l'Illuminateur (en arménien Գրիգոր Ա Լուսաւորիչ, en grec ancien Γρηγόριος Φωστήρ, en hébreu גרגוריוס המאיר ; né vers 257, mort en 331) est le saint qui a évangélisé l'Arménie et qui en a été le premier catholicos.

BiographieModifier

Il naît en Arménie vers 257, et grandit à Césarée, où il vit dans un milieu chrétien. Il a deux enfants, Aristakès et Vertanès.

Tiridate IV devient, en 298, roi d'Arménie. Le souverain, qui est païen, désire restaurer les fêtes de la déesse Anahit. Grégoire, qui est chrétien, exprime son mécontentement et n'accepte pas d'y participer. Le roi décide de le jeter dans une fosse profonde à Khor Virap, qui sera appelée « Prison de saint Grégoire ». Miraculeusement, Grégoire survivra parmi les serpents et scorpions qui pullulent dans la fosse.

En 301, Tiridate, qui a martyrisé des chrétiens, notamment sainte Hripsimé et sainte Gayané, tombe malade. D'après la légende, il aurait été victime de thérianthropie, se prenant pour un sanglier (ou un loup). Sur conseil de sa sœur, il décide de libérer Grégoire et le fait venir auprès de lui pour le soigner. Grégoire le guérit miraculeusement. Reconnaissant, Tiridate se convertit au christianisme ainsi que toute son armée et bientôt tout le peuple. Les temples païens sont détruits. Grégoire fait bâtir des églises et devient officiellement catholicos d'Arménie, le premier de l'histoire, faisant du royaume le plus ancien état chrétien au monde. Il se fait ordonner évêque de Césarée de Cappadoce, d'où il ramène les reliques de saint Jean-Baptiste et d'Athanagène, martyr.

L'Église d'Arménie existait, certes plus ou moins superficiellement et de manière presque légendaire[1], avant Grégoire l'Illuminateur ; mais il en est le réel créateur, fonde des évêchés. Les conversions sont nombreuses.

Grégoire meurt vers 331. Ses descendants directs, dont ses deux fils, forment une dynastie (les Grégorides), laquelle contrôle ensuite le catholicossat arménien pendant une centaine d'années et s'oppose parfois à la famille royale arsacide.

PostéritéModifier

L'Église apostolique arménienne, indépendante, est également surnommée grégorienne. Le 30 septembre (la fête la plus importante en Arménie) est la Saint-Grégoire.

FamilleModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Anak Souren Pahlav
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Khosrov II
roi d'Arménie (279-287)
 
 
 
 
Grégoire Ier l'Illuminateur
Catholicos (314-320/325)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tiridate IV
roi d'Arménie (298-330)
 
 
Aristakès Ier
Catholicos (320/325-327/333)
 
Vertanès Ier
Catholicos (327/333-341/342)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Khosrov III
roi d'Arménie (330-339)
 
 
 
 
Houssik Ier
Catholicos (341/342-348)
 
Grigoris
Catholicos d'Albanie du Caucase (?-343)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tigrane VII
roi d'Arménie (339-350)
 
Varazdoukht
 
Pap
diacre
 
Bambishen
 
Athanaginès
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nersès Ier
Catholicos (353-373)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sahak Ier
Catholicos (387-428)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hamazasp Mamikonian
 
Sahakanouch
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mamikonian
ultérieurs
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Généalogie des Grégorides[2],[3]

Églises dédiées à saint Grégoire l'IlluminateurModifier

Notes et référencesModifier

  1. Il n'y a pas de réelle preuve de l'existence d'une Église arménienne très structurée.
  2. Toumanoff 1990, p. 242-244 et 479-481.
  3. Settipani 1991, p. 53-66.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier