Grigoris ou Krikoris (mort en 343 ap. J.-C.[1]) est un catholicos de l’Église albanienne et un martyr.

BiographieModifier

 
Église dédiée à saint Grigoris sur les lieux de son martyre.

Selon les historiens arméniens Moïse de Khorène[2] et Movsès Kaghankatvatsi, Grigoris ou Krikoris est un des fils de Vertanès, le fils de Grégoire Ier l'Illuminateur[3].

Selon Moïse de Khorène, Grigoris aurait été sacré à l’âge de 15 ans catholicos de l’Église albanienne[4] et de celle de Géorgie où il prêche la foi. Il aurait reçu la consécration des mains de son propre frère Houssik, catholicos d’Arménie, selon Fauste de Byzance[5].

Grigoris se rend au pays des Mazhouk (Massagètes ?) au temps du roi Sanêsan ou Sanatrouk[3], un Arsacide païen[6], qui le fait mettre à mort en 343 dans la plaine de Vatnik (ou Vatnian) près de la mer Caspienne avec Daniel et Eghia, deux de ses fils qui étaient devenus les disciples du saint.

Ses reliques ont été portées au village d’Hacou par des moines syriens avec celles d’un religieux qui gardait celles de saint Zacharie et de saint Pantaléon, ainsi que celles d’un jeune nommé Dijigh mis à mort pour la foi. Après la mort de Grigoris, le paganisme et le magisme auraient régné de nouveau en Albanie du Caucase. Selon une autre tradition rapportée par Moïse de Khorène, ses diacres ayant enlevé le corps l'ont porté en « Petit Siounik » et enseveli dans le bourg d'Amaras (i.e. dans l'actuel Haut-Karabagh)[2].

Cette pieuse légende semble vouloir justifier rétroactivement la prépondérance revendiquée de l’Église apostolique arménienne sur l'Église albanienne.

FamilleModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Anak Souren Pahlav
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Khosrov II
roi d'Arménie (279-287)
 
 
 
 
Grégoire Ier l'Illuminateur
Catholicos (314-320/325)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tiridate IV
roi d'Arménie (298-330)
 
 
Aristakès Ier
Catholicos (320/325-327/333)
 
Vertanès Ier
Catholicos (327/333-341/342)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Khosrov III
roi d'Arménie (330-339)
 
 
 
 
Houssik Ier
Catholicos (341/342-348)
 
Grigoris
Catholicos d'Albanie du Caucase (?-343)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tigrane VII
roi d'Arménie (339-350)
 
Varazdoukht
 
Pap
diacre
 
Bambishen
 
Athanaginès
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nersès Ier
Catholicos (353-373)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sahak Ier
Catholicos (387-428)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hamazasp Mamikonian
 
Sahakanouch
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mamikonian
ultérieurs
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Généalogie des Grégorides[7],[8]

Notes et référencesModifier

  1. Selon Mkhitar Goch, sa mort intervient l'an 1101 de Rome, soit en 348 ap. J.-C.
  2. a et b Moïse de Khorène, Histoire de l'Arménie, p. Livre III, chapitre 3.
  3. a et b Grousset 1947, p. 130.
  4. Moïse de Khorène justifie cette intronisation précoce par le fait que « Salomon avait régné sur Israël dès l'âge de douze ans » (Moïse de Khorène, ibid.).
  5. Fauste de Byzance, Histoire de l'Arménie, p. Livre III, chapitre 6.
  6. Selon Cyrille Toumanoff, une dynastie arsacide aurait effectivement régné sur l’Albanie du Caucase jusqu’à Vatchagan III le Pieux, vers 485-510 (Toumanoff 1990, p. 91-92).
  7. Toumanoff 1990, p. 242-244 et 479-481.
  8. Settipani 1991, p. 53-66.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier