Gouvernement Charles-Eugène Boucher de Boucherville (1)

Gouvernement Charles-Eugène Boucher de Boucherville (1)

Monarchie constitutionnelle à régime parlementaire

Description de cette image, également commentée ci-après
Charles-Eugène Boucher de Boucherville
Premier ministre Charles-Eugène Boucher de Boucherville
Élection 1871, 1875
Législature 2e, 3e
Formation
Fin
Durée 3 ans, 5 mois et 14 jours
Composition initiale
Coalition Parti conservateur
Représentation
Assemblée nationale (1871)
46 / 65
Assemblée nationale (1875)
43 / 65

Le mandat du gouvernement de Charles-Eugène Boucher de Boucherville, devenu premier ministre du Québec à la suite de la démission de son prédécesseur Gédéon Ouimet, s'étendit du au . Par la suite, Boucher de Boucherville redeviendra premier ministre de 1891 à 1892.

CaractéristiquesModifier

Charles-Eugène Boucher de Boucherville appartient à l'aile ultramontaine du Parti conservateur, qui préconise la subordination de l'État aux intérêts de l'Église.C'est pourquoi le gouvernement abandonne certaines politiques des deux précédents premiers ministres. Ainsi abolit-il le ministère de l'Instruction publique. Un haut fonctionnaire administrera dès lors le système scolaire québécois, sans avoir à rendre compte à l'Assemblée législative. Les comités catholique et protestant ne sont que ses seuls supérieurs. Il faudra attendre les années 1960 pour voir un ré-engagement de l'État dans l'éducation.

Du point de vue économique, le gouvernement de Boucherville n'hésite pas à étatiser le Québec, Montréal, Ottawa et Occidental afin de construire le chemin de fer de la rive nord dont le projet est en veilleuse depuis vingt ans.

ChronologieModifier

  • : assermentation du cabinet devant le lieutenant-gouverneur René-Édouard Caron
  • -: première session du gouvernement de Boucherville. Adoption d'une nouvelle loi électorale instaurant le scrutin secret et la tenue d'élections le même jour dans toutes les circonscriptions.
  • Mai 1875: De Boucherville fait annuler l'échange du terrain des Tanneries dont le scandale a fait éclater le gouvernement Ouimet.
  • : Charles de Boucherville remporte les élections avec 43 députés conservateurs contre 19 libéraux et 3 indépendants.
  • Automne 1875: lors d'une nouvelle session, abolition de la Loi sur l'Instruction publique.
  • 1875 : Acte de rapatriement : on incite les Québécois ayant déménagé aux États-Unis à revenir au Québec peupler de nouveaux secteurs.
  •  : De Boucherville remanie entièrement son cabinet, à la suite de la démission de J. G. Robertson, déçu de la politique ferroviaire du gouvernement. Il le renforça en y faisant entrer des hommes non liés à l'ultramontanisme, tel Chapleau.
  •  : deuxième session de la Troisième législature. Le gouvernement annonce de nouveaux fonds pour aider les compagnies de chemin de fer à terminer leurs travaux.
  • : Luc Letellier de Saint-Just est nommé lieutenant-gouverneur par le gouvernement libéral fédéral d'Alexander Mackenzie.
  • 1877: à la suite des pressions de Chapleau, le gouvernement décide de modifier le trajet du Québec, Montréal, Ottawa et Occidental (le chemin de fer de la rive nord du Saint-Laurent), Terrebonne étant préférée à Montréal comme terminus d'une des lignes.
  • : Montréal annonce qu'elle ne paiera pas les 660,000 $ de quote-part qu'elle doit encore.
  • : Québec adopte un projet de loi obligeant Montréal à payer ce qu'elle doit. Letellier de Saint-Just refuse de la sanctionner.
  • : dans une lettre à de Boucherville, Letellier lui reproche le manque de communication entre le gouvernement et lui.
  • : le lieutenant-gouverneur annonce la destitution de De Boucherville, geste que l'on appellera plus tard le coup d'État de Letellier de Saint-Just.

CompositionModifier

En 1876, le premier ministre remanie presque entièrement son cabinet:

BibliographieModifier