Gisèle Sapiro

sociologue française
Gisèle Sapiro
Gisèle Sapiro.jpg
Gisèle Sapiro en 2021.
Fonction
Directrice
Centre européen de sociologie et de science politique de la Sorbonne (d)
-
Jean-Louis Briquet (d)
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Dir. de thèse
Distinctions
Prononciation

Gisèle Sapiro (née le ) est une sociologue française.

BiographieModifier

La recherche de Gisèle Sapiro a pour objet le champ intellectuel, la circulation internationale des œuvres et des idées en ce qui concerne notamment les écrivains et la littérature.

Directrice de recherche au CNRS dont elle a reçu la médaille de bronze en 2000, elle est depuis 2011 directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), et membre du Centre de sociologie européenne (CSE)[1], devenu Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP), dont elle a assuré la direction de 2010 à 2013. Ses travaux s'inscrivent dans la continuité de l'œuvre de Pierre Bourdieu.

Elle s'est interrogée dans plusieurs ouvrages sur la notion de responsabilité de l’écrivain[2].

Dans son essai Les écrivains et la politique en France, publié en 2018, Gisèle Sapiro étudie le rôle de l'écrivain dans la société française. Au XIXe siècle, la littérature et le journalisme permettent d'accéder à la politique. À partir de 1871, date de la création de l'école libre des sciences politiques, les fonctions politiques se professionnalisent et la littérature se politise. En 1900, avec l'affaire Dreyfus, deux camps politiques s'opposent au sein du jury pour le prix Goncourt. Avec le « Nouveau Roman », dans les années 1950, politique et littérature se dissocient. Toutefois la littérature contemporaine est un lieu de critique sociale et politique[3].

Principales publicationsModifier

  • La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, coll. « Histoire de la pensée », , 814 p., 23,5 cm (ISBN 2-213-60211-5)
  • Johan Heilbron et Gisèle Sapiro (dir.), « Traduction: les échanges littéraires internationaux », dans Actes de la recherche en sciences sociales, n°144, 2002. [lire en ligne]
  • Louis Pinto, Gisèle Sapiro et Patrick Champagne (dir.), avec la collaboration de Marie-Christine Rivière, Pierre Bourdieu, sociologue, Paris, Fayard, 2004 (ISBN 2-213-62119-5)
  • « Le négationnisme en France », Revue de synthèse, t. 125, 5e série, 2004, p. 217-228. Repris dans Pierre Vidal-Naquet, Les Assassins de la mémoire, édition augm., Paris, La Découverte, 2005, p. 209-225
  • « Traduction et globalisation des échanges : le cas du français », in Jean-Yves Mollier (dir.), Où va le livre ?, Paris, La Dispute, 2007, chap. X.
  • Gisèle Sapiro (dir.), La Traduction comme vecteur des échanges culturels internationaux. Circulation des livres de littérature et de sciences sociales et évolution de la place de la France sur le marché mondial de l’édition (1980-2002), Rapport de recherche, Centre de sociologie européenne, 2007.
  • Translatio. Le marché de la traduction en France à l'heure de la mondialisation., Paris, Éditions du CNRS, coll. « Culture et société », .
  • Les contradictions de la globalisation éditoriale., Paris, Éditions Nouveau Monde, coll. « Culture/Médias », , 401 p.
  • L'espace intellectuel en Europe : De la formation des États-nations à la mondialisation. XIXe – XXIe siècle., Paris, Éditions La Découverte, coll. « Recherches », , 401 p. (ISBN 978-2-7071-5780-5).
  • « Punir la violence des mots : les procès des intellectuels français au sortir de la deuxième guerre mondiale », L’Esprit créateur, vol. 50, no 4,‎ , p. 4-19 (lire en ligne)
  • La responsabilité de l'écrivain. Littérature, droit et morale en France (XIXeXXIe siècle), éd. du Seuil, Paris, 2011.
  • La sociologie de la littérature., Paris, Éditions La découverte, 2014, 128p. (ISBN 9782707165749)
  • Les Écrivains et la politique en France : De l'Affaire Dreyfus à la guerre d'Algérie, Paris, Seuil, 2018.
  • Des mots qui tuent. La responsabilité de l'intellectuel en temps de crise (1944-1945), Paris, Seuil, Points, 2020[4].
  • Gisèle Sapiro (dir.), Dictionnaire international Bourdieu, Paris, éditions du CNRS, 2020[5].
  • Peut-on dissocier l'œuvre de l'auteur ?, Paris, Seuil, 2020[6].

Distinctions et récompensesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Membres du CSE sur le site du centre de sociologie européenne
  2. « La responsabilité des écrivains », entretien réalisé par Alain Nicolas, sur humanite.fr, 18 mars 2011.
  3. Frédérique Roussel, « Ecrivains en première ligne », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Coralie Cabu, « Compte rendu de Gisèle Sapiro, Des mots qui tuent. La responsabilité de l’intellectuel en temps de crise (1944‑1945) », Contextes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. Gilles Bastin, « Gisèle Sapiro met tous les Bourdieu en un », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  6. Nicolas Heimendinger, « Gisèle Sapiro, Peut-on dissocier l’œuvre de l’auteur ? », Marges, no 32,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. « Jean-François Laslier, Gisèle Sapiro et Philippe Schlenker, médaillés d'argent 2021 du CNRS », sur École des hautes études en sciences sociales, (consulté le ).
  8. « Gisèle Sapiro | CNRS », sur inshs.cnrs.fr (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier