Girolamo Abos

compositeur
Girolamo AbosAbosso, Avos, Avosso, Avossa

Naissance
La Valette, Malte
Décès (à 44 ans)
Naples, Royaume de Sicile
Activité principale compositeur, pédagogue
Formation Conservatoire de Sant'Onofrio a Porta Capuana
Maîtres Ignazio Prota, Francesco Durante, Leonardo Leo
Enseignement Conservatoire de Sant'Onofrio a Porta Capuana

Girolamo Abos [ou Abosso, Avos, Avosso, Avossa] (né à La Valette le , mort à Naples en ), est un compositeur de musique classique.

BiographieModifier

Il est né à La Valette Malte et est le fils de Gian Tommaso Abos (d'origine espagnole). Il est arrivé à Naples vers 1725 et a étudié au Conservatoire de Sant'Onofrio a Porta Capuana. Il a été l'élève de Ignazio Prota et de Francesco Feo, puis de Francesco Durante et de Leonardo Leo.

Il a commencé sa carrière en tant que compositeur en 1742 avec l'opéra Le due Zingare simili (commedia giocosa de A. Palomba, Naples, Teatro Nuovo). En octobre de cette même année, Girolamo a assumé le poste de «professeur adjoint » au côté du maestro maintenant vieillissant I. Prota, au conservatoire de S. Onofrio, et à la mort de Prota en 1748, il a continué à travailler, jusqu'à la fin de ses jours, dans ce conservatoire comme maître de chant.

De 1742 à 1743, il a été aussi adjoint de Francesco Feo au Conservatoire dei Poveri di Gesù Cristo. Au printemps de 1743, il a été en mesure de faire jouer la pièce de A. Palomba, Il Geloso (Naples, Teatro dei Fiorentini), qui a été suivie par Le Furberie di Spilletto (Florence, Teatro del Cocomero, carnaval 1744), La serva padrona de A. Federico (Naples, carnaval 1744), La moglie gelosa (Naples, théâtre dei Fiorentini, 1745), Artaserse de Métastase (Venise, Teatro San Giovanni Crisostomo, carnaval 1746), Adriano in Siria, Métastase (Florence, théâtre alla Pergola, carnaval 1746), Pelopida (Rome, Teatro Argentina, 1747), Alessandro nell'Indie, Métastase (Ancone, théâtre La Fenice, en et Lucques, théâtre public, automne 1750), Arianna e Teseo (Rome, théâtre delle Dame, 1748, et Venise, théâtre S. Giovanni Crisostomo, 1751), Adriano (Rome, Teatro Argentina en 1750).

Le , à Naples, où depuis 1749, il est « maître de chapelle et organiste de l'Église métropolitaine », au teatro San Carlo, il met en scène l'opéra Tito Manlio, sur un texte de A. Salvi, également représenté à Londres en 1756 au Teatro italiano. Peu de temps après, il épouse Angela Gautier, beaucoup plus jeune que lui.

Le succès de Tito Manlio conduit l'impresario Tufarelli de proposer au roi que Girolamo mette en musique La Clemenza di Tito, comme un deuxième opéra de la saison. Mais la tâche a été confiée à Gluck, qui est arrivé à Naples en , qui a mis en musique ce qui devait être le premier opéra de la saison, Arsace. Girolamo a mis en musique Lucio Vero, o sia Il Vologeso, qui a été mis en scène . L'opéra a remporté un tel succès, qu'il a été joué au Teatro Ducale à Modène le , le au Teatro italiano à Londres, et en 1759 au théâtre à la Pergola. En 1752, Girolamo a monté l'opéra Erifile au théâtre delle Dame à Rome et en 1753 au Teatro regio de Turin l'opéra Medo, sur un livret de CI Frugoni.

En 1754, il a occupé le poste de "second maître" au Conservatoire de la Pietà dei Turchini; il l'a abandonné le , « car il se trouvait occupé dans d'autres endroits ».

En 1755, il est entré dans la Congregazione dei musici de Naples, et a également dirigé à cette époque les chapelles des monastères de femmes. Pendant son séjour à Londres en 1756, il a occupé le poste de claveciniste au Teatro italiano. Son dernier opéra Creso, a été donné en coopération, au Teatro italiano à Londres le .

Retourné cette même année à Naples, il y est mort en .

Il a suivi l'exemple de Durante en tentant d'obtenir une synthèse du concerto homophonique et des styles opératiques avec les traditions de polyphonie vocale sacrée. Selon Fétis, on ne trouverait pas d'originalité dans ses idées. Son œuvre comprend quatre opéras-comiques et quelques œuvres spirituelles dont les Lezione terza del Giovedì Santo pour soprano, 2 violons et basse continue (I-PAc).

OpérasModifier

 
Première page du livret de Artaserse

BibliographieModifier

Liens externesModifier