Ouvrir le menu principal

Gilles Ménage (haut fonctionnaire)

haut fonctionnaire français

BiographieModifier

Jeunesse et début de carrièreModifier

Après ses études à l'Institut d'études politiques de Paris et à l'École nationale d'administration (1967-1969), Gilles Ménage occupe successivement les postes de sous-préfet, directeur de cabinet du préfet de Tarn-et-Garonne, puis de directeur de cabinet du préfet de la région du Limousin et de préfet de la Haute-Vienne. Après avoir été conseiller technique puis chef de cabinet du secrétaire d'État aux Postes et Télécommunications, de 1974 à 1975, il est chargé de mission auprès du Préfet de Paris de 1975 à 1977, puis directeur de cabinet du Préfet de Paris de 1977 à 1981.

Présidence de François Mitterrand et départ de l’ÉlyséeModifier

Appelé à la présidence de la République sous François Mitterrand, il y exerce les fonctions de conseiller technique au secrétariat général de la Présidence de la République entre 1981 et 1982. Il est alors nommé directeur de cabinet adjoint de la Présidence de la République, période pendant laquelle il sera nommé préfet (en service détaché). Il est également chargé par François Mitterrand de lui fournir des listes de fonctionnaires professionnels et loyaux, quelles que soient leurs opinions politiques. C'est lui qui propose le nom de Guy Fougier comme préfet de Police de Paris[2].

En 1988, et jusqu'à 1992, il est directeur de cabinet de la Présidence de la République. Il quitte l'Elysée pour devenir président d'Électricité de France jusqu'en 1995.

En 1997, il fait condamner Paul Barril pour diffamation[3].

À partir de 2003, et après avoir été à plusieurs reprises candidat non-élu à l'élection municipale de Penne-d'Agenais, il est le secrétaire-général de l'Institut François-Mitterrand.

En 2005, il est condamné à une peine de prison avec sursis et à une amende de 5 000 euros pour « atteinte à l'intimité de la vie privée » dans le cadre de l'affaire des écoutes de l'Élysée. Fin septembre 2008, cette condamnation est confirmée par la Cour de cassation[4],[5].

En 2009, il accède à la présidence du club de rugby de l'ASPSS (Association sportive de Penne et de Saint-Sylvestre).

Gilles Ménage en littératureModifier

Dans l'ouvrage Hallier l'Edernel jeune homme, paru en 2016[6], il est décrit comme l'un des « complices, hommes de main, de paille et de grain » du « gangster de haut vol » Mitterrand qui « semblent aspirer à prolonger leur séjour terrestre, peut-être par crainte de l'enfer « sur mesure » qu'ils savent encourir ». Jean-Edern Hallier le considérait comme « particulièrement nul »[7].

OuvragesModifier

  • L'Œil du Pouvoir, Fayard, 1999-2001
    • Tome I : Les affaires de l'État 1981-1986
    • Tome II : Face aux terrorismes internes 1981-1986
    • Tome III : Face au terrorisme moyen-oriental 1981-1986

Notes et référencesModifier

  1. LeMonde.fr avec AFP, « Gilles Ménage, un proche de Mitterrand, est mort » sur Le Monde, 5 juillet 2017
  2. Favier, Pierre, (1946- ...)., La décennie Mitterrand. 2, Les épreuves : 1984-1988, Editions Points, dl 2016, cop. 1991 (ISBN 9782757857991 et 2757857991, OCLC 941084320, lire en ligne)
  3. « Publication judiciaire », L'Express, 10 juillet 1997.
  4. Epilogue pour l'affaire des Ecoutes de l'Elysée, sur lefigaro.fr, 30 septembre 2008.
  5. « L'affaire des écoutes de l'Élysée définitivement close », sur lepoint.fr, 30 septembre 2008.
  6. Hallier, l'Edernel jeune homme, Jean-Pierre Thiollet, Neva éditions, 2016, p. 24. (ISBN 978 2 35055 217 0).
  7. Carré d'Art : Byron, Barbey d'Aurevilly, Dalí, Hallier, Jean-Pierre Thiollet, Anagramme éditions, 2008, p. 190. (ISBN 978 2 35035 189 6).

Liens externesModifier