Giacomo Maria Brignole

Giacomo Maria Brignole
Fonctions
Président du gouvernement provisoire de la République ligurienne
Prédécesseur Lui-même (doge de Gênes)
Successeur Girolamo-Luigi Durazzo
Doge de Gênes
Prédécesseur Giuseppe Maria Doria
Successeur Lui-même (président du gouvernement provisoire)
Prédécesseur Giuseppe Lomellini
Successeur Marco-Antonio Gentile
Biographie
Nom de naissance Giacomo Maria Brignole
Date de naissance
Lieu de naissance Gênes (république de Gênes)
Date de décès (à 77 ans)
Lieu de décès Florence (royaume d'Étrurie)
Conjoint Barbara Fieschi Doria

Giacomo Maria Brignole
Monarques de Gênes

Giacomo Maria Brignole[1] (francisé en Jacques-Marie Brignole), né le à Gênes et mort le à Florence, marquis de Brignole, est un noble italien du XVIIIe siècle, appartenant à l'illustre famille Brignole. Il fut le dernier doge de Gênes, fonction qu'il fut le seul à occuper à deux reprises. Il fut ensuite président du gouvernement provisoire de la République ligurienne.

FamilleModifier

Giacomo Maria Brignole appartenait à la branche cadette de l'illustre famille Brignole. Il était patricien de la république de Gênes et marquis de Brignole.

Il épousa Barbara Fieschi Doria (morte en 1820 à Bologne) dont il eut probablement :

Son frère, Gian Carlo était cardinal, ainsi que leur neveu Giacomo Luigi Brignole[2].

BiographieModifier

Giacomo Maria Brignole fut l'unique doge de Gênes élu à deux reprises ainsi que le tout dernier. Il exerça un premier mandat du au et un second du au .

Ses cousins Brignole-Sale avaient déjà occupé à trois reprises pour deux ans chaque fois la magistrature suprême (en 1635, 1746 et 1762). Lui-même, premier de la branche des Brignole à accéder à cette magistrature, l'occupa deux fois. Ainsi la famille, en comptant parmi elle, quatre doges, peut s'enorgueillir de cinq mandats biennaux, fait unique dans l'histoire de la ville.

En , Bonaparte transforma la séculaire république oligarchique en une prétendument démocratique république sœur, la République ligurienne, vassale de la France. Brignole abdiqua ainsi que le Grand Conseil, mais Bonaparte exigea toutefois qu'il demeure au pouvoir. Brignole fut donc nommé président du gouvernement provisoire de la République ligurienne, charge qu'il occupa jusqu'au , date à laquelle il fut remplacé par un directoire exécutif de cinq membres.

Après quelque temps, il se réfugia à Florence, en Toscane, où les Brignole possédaient des biens.

Le palazzo Gio Carlo Brignole lui appartenait.

Notes et référencesModifier

  1. « Notice », sur Heraldique-europeenne.org
  2. Généalogie des Brignole

Liens externesModifier