Germanós de Pátras

Germain, évêque de Patras (en grec moderne : Παλαιών Πατρών Γερμανός, dans le monde Georges Gotzias), né le et mort le , est un métropolite de Patras en Grèce[1].

Germanós de Pátras
Image dans Infobox.
portrait en 1865
Fonctions
Métropolite du Vieux Patras (d)
Membre de l'Assemblée nationale (d)
Membre de la Filikí Etería (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
NauplieVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Μητροπολίτης ΓερμανόςVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Ecole Patriarcal de Xirokrini (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion
Membre de
signature de Germanós de Pátras
signature

BiographieModifier

Il naquit à Dimitsana, en Arcadie, dans le Péloponnèse.

Il est resté célèbre pour avoir, selon la tradition, béni l'étendard de la liberté au Monastère Sainte-Laure (Aghía Lávra) près de Kalavryta, le , donnant ainsi le signal de l'insurrection de la guerre d'indépendance grecque. Le texte complet de son exhortation patriotique aux insurgés est reproduit dans le journal français Le Constitutionnel, le [2].

Après un séjour en Europe de l'ouest, il retourna en Grèce en 1824.

En , il fut nommé président de l'une des deux commissions gouvernementales créées lors de la troisième Assemblée nationale grecque, mais mourut quelques semaines plus tard de maladie à Nauplie.

Sa statue orne l'esplanade de l'université d'Athènes.

Notes et référencesModifier

  1. De l'ancienne Patras du Péloponnèse (d'où son nom en grec) par opposition à la nouvelle Patras de Phthiotide, près de Lamía.
  2. Fac simile du Constitutionnel sur Gallica.

Liens externesModifier