George Nugent-Temple-Grenville (1er marquis de Buckingham)

politicien britannique

George Nugent-Temple-Grenville, 1er marquis de Buckingham, KG, KP, PC ( - ), connu comme le 3e comte Temple entre 1779 et 1784, est un homme d'État britannique.

George Nugent-Temple-Grenville
Image dans Infobox.
Fonctions
Secrétaire d'État aux Affaires étrangères
19 -
Secrétaire d'État à l'Intérieur
19 -
Leader de la Chambre des lords
Membre du 14e Parlement de Grande-Bretagne (d)
14e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Lord-lieutenant d'Irlande
Membre de la Chambre des lords
Titre de noblesse
Marquess of Buckingham (en)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
Stowe (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activité
Père
Mère
Elizabeth Wyndham (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Hester Grenville (d)
William Grenville
Thomas Grenville
Charlotte Williams-Wynn (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Mary Elizabeth Nugent, Baroness Nugent of Carlanstown (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Autres informations
Parti politique
Distinction

BiographieModifier

Il est le fils aîné de George Grenville, Premier ministre de Grande-Bretagne, et de son épouse Elizabeth Wyndham, fille de William Wyndham et est né le . Il est le neveu de Richard Grenville-Temple, et le frère aîné de Thomas Grenville et de William Grenville (1er baron Grenville), également premier ministre de la Grande-Bretagne. En 1764, il est nommé caissier de l'échiquier. Il fait ses études au Collège d'Eton de 1764 à 1770 et est inscrit à Christ Church, Oxford en 1770. Il succède à son père le . En 1774, il entreprend un Grand Tour à travers l'Italie et l'Autriche. En 1775, il épouse l'hon. Mary Nugent, fille de Robert Nugent [1].

Carrière politiqueModifier

 
Statue sculptée par Edward Smyth en 1783, montrant Buckingham vêtu de la robe d'un chevalier de l'ordre de Saint Patrick [2]

Il est élu député de Buckinghamshire aux élections générales de 1774. À la Chambre des communes, il se révèle être un critique acerbe de la politique américaine de Lord North. En , il succède à son oncle sous le nom de comte Temple et passe à la Chambre des lords [3].

Il prend également les noms de famille supplémentaires Nugent et Temple le donnant le nom de famille composé Nugent-Temple-Grenville. En 1782, Lord Temple est nommé Lord Lieutenant du Buckinghamshire et en , il devient membre du Conseil privé et Lord lieutenant d'Irlande au ministère de Lord Shelburne. Il joue un rôle déterminant dans la promulgation de la loi de 1783 sur la renonciation, qui complète l'indépendance législative accordée à l'Irlande en 1782. En tant que Lord Lieutenant d'Irlande et par mandat royal, il crée l'ordre de Saint-Patrick en , avec lui-même comme premier grand maître. Il quitte l'Irlande en 1783 et tourne de nouveau son attention vers la politique anglaise. Il jouit de la confiance du roi George III et s'étant opposé à Charles James Fox sur le projet de loi sur les Indes orientales, il est autorisé par le roi à dire que « celui qui votait pour le projet de loi indien n'était pas seulement son ami, mais serait considéré par lui comme un ennemi. » Un message qui assure la défaite du projet de loi. Il est nommé secrétaire d'État lorsque William Pitt le Jeune (le fils de la sœur de son père) forme son ministère en , mais démissionne trois jours plus tard.

En , Lord Temple est créé marquis de Buckingham. En , il est à nouveau nommé Lord Lieutenant d'Irlande, cette fois sous Pitt, mais son second mandat à ce poste eut moins de succès que le premier. Grattan le dénonce pour extravagance. Le Parlement irlandais le blâme pour avoir refusé de transmettre à l'Angleterre une adresse appelant le prince de Galles à assumer la régence; et il ne pouvait maintenir sa position qu'en recourant à la corruption à grande échelle. À la mort de son beau-père en 1788, Lord Buckingham lui succède comme 2e comte Nugent. Cependant, puisqu'il occupe déjà le rang supérieur de marquis, il n'est jamais connu sous ce titre. Devenu très impopulaire, il démissionne de ses fonctions en .

Lord Buckingham ne prend par la suite que très peu de part à la politique, bien qu'il se prononce en faveur de l'acte d'union de 1800. Son épouse est décédée en 1812 et il meurt le , à Stowe, dans le Buckinghamshire, dans sa résidence. Il est enterré à Wotton. Il laisse deux fils: Richard Temple-Nugent-Brydges-Chandos-Grenville (1er duc de Buckingham et Chandos) et George Nugent Grenville.

Notes et référencesModifier

  1. « GRENVILLE, George (1753-1813). », History of Parliament Online (consulté le )
  2. Christine Casey, The Buildings of Ireland : Dublin, New Haven, Yale University Press, , 756 p. (ISBN 978-0-300-10923-8, lire en ligne), p. 622
  3. « GRENVILLE, George (1753-1813). », History of Parliament Online (consulté le )


Liens externesModifier