Geoffrey Kirk

philologue classique britannique

Geoffrey Stephen Kirk, né le à Nottingham et mort le à Cambridge, est un spécialiste britannique des lettres classiques. 35e professeur Regius de grec à l'université de Cambridge, il publie de nombreux ouvrages sur la philosophie présocratique et l'œuvre du poète grec Homère, aboutissant à un commentaire philologique en six volumes sur l'Iliade publié entre 1985 et 1993.

Geoffrey Kirk
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
CambridgeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Clare College
Rossall School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de
Arme
Conflit
Distinction

Né dans une famille de la classe moyenne, il commence à étudier les lettres classiques au Clare College de Cambridge mais s'engage dans la Royal Navy pendant la Seconde Guerre mondiale. Envoyé en mer Égée au sein de la flottille des goélettes du Levant, il se distingue par sa maîtrise du grec moderne. Son service, pour lequel il reçoit la Distinguished Service Cross, sera à l'origine de ses mémoires publiées en 1997 et intitulées Towards The Aegean Sea.

Geoffrey Kirk commence sa carrière en tant que conférencier et membre du Trinity Hall de Cambridge dans les années 1950. Il occupe également des postes de professeur aux universités de Yale et de Bristol. En 1974, après avoir acquis une réputation d'helléniste de premier plan grâce à la publication de sa première étude majeure ( Heraclitus : the Cosmic Fragments, 1954), il succède à Denys Page en tant que professeur Regius de grec à Cambridge. Après sa retraite en 1983, il se consacre à son commentaire sur l'Iliade mais commence à souffrir d'une maladie dépressive.

Biographie

modifier

Jeunesse

modifier

Geoffrey Stephen Kirk naît le au 11 Park Terrace à Nottingham[1]. Il est le plus jeune enfant et fils unique de ses parents[1]. Son père, Frederic Kirk, est administrateur éducatif à Northampton Polytechnic et vétéran de la Première Guerre mondiale[2]. Sa mère est Enid Hilda, née Pentecost (1893-2002)[1]. Après avoir passé une partie de son enfance à Radlett dans le Hertfordshire, il suit des études privées à l'école Rossall dans le Lancashire[3]. En 1939, il obtient une bourse pour étudier les humanités classiques au Clare College de Cambridge[1].

Service militaire et retour à Cambridge

modifier

En 1941, après seulement un an d'études à l'université de Cambridge, Geoffrey Kirk se porte volontaire pour rejoindre la Royal Naval Volunteer Reserve[4]. Il sert dans la flottille de goélettes du Levant[5], une organisation navale Alliée opérant dans la mer Égée[4]. Il parvient à commander un caïque, l'un des bateaux de pêche égéens utilisés par les Alliés pour organiser les débarquements sur la côte grecque[1]. Ayant appris un peu de grec moderne, il se distingue par ses communications avec les forces de résistance grecques[5] et reçoit la Distinguished Service Cross en août 1945[4],[6]. Plus tard dans sa vie, en réfléchissant aux événements de son service en temps de guerre, il écrira ses mémoires, publiées en 1997, et intitulées Towards The Aegean Sea[3].

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Geoffrey Kirk retourne à Cambridge pour reprendre ses études en vue du Classical Tripos. Il est surtout influencé par son tuteur au Clare College, l'historien de la Grèce antique N. G. L. Hammond, et par l'helléniste Harry Sandbach[1]. En 1946, il obtient un Bachelor of Arts de première classe[5].

Carrière

modifier

Débuts à Trinity Hall

modifier

Le premier poste universitaire de Geoffrey Kirk est une bourse de recherche à Trinity Hall, Cambridge. Cependant, il passe la plupart de son temps loin du college. Un passage à la British School d'Athènes [1] (1947-1948) est suivi d'une période en tant que membre du Fonds du Commonwealth à l'Université de Harvard, de 1949 à 1950[4]. En 1950 il épousé l'artiste Barbara Traill[1], avec qui il a une fille[3].

Il occupe ensuite un poste permanent à Cambridge. Travaillant comme maître de conférences adjoint en littérature grecque ancienne, il est élu membre du Trinity Hall[5]. Fait inhabituel pour son époque, Geoffrey Kirk obtient une série de promotions au cours de sa première décennie en tant qu'universitaire titulaire : il est nommé university lecturer en 1952 et reader en 1961[1]. Les années 1950 et 1960 sont marquées par la publication de plusieurs monographies qui contribuent à asseoir sa réputation internationale en tant que spécialiste de la Grèce archaïque : il édite les extraits du philosophe Héraclite (1954), rédige une étude sur les poèmes d'Homère (1962) et, avec John Raven, co-édite un volume sur la philosophie présocratique (1958)[1]. Il est élu Membre de la British Academy en 1959 à seulement trente-huit ans[7].

Professeur aux États-Unis et en Angleterre

modifier

En 1965, Geoffrey Kirk retourne aux États-Unis et devient professeur de lettres classiques à l'université Yale. Il occupe ce poste jusqu'en 1970.

Après avoir passé cinq ans en Amérique du Nord, il retourne au Royaume-Uni lorsqu'on lui propose la chaire de grec à l'université de Bristol en 1971. Cependant, son mandat ne dure pas longtemps : en 1973, Denys Page prend sa retraite de la Regius Chair of Greek à Cambridge. L'année suivante, il est élu pour succéder à Denys Page et devient le 35e titulaire de la chaire.

En 1975, alors qu'il est professeur Regius, son mariage avec sa femme est rompu. Il épouse ensuite Kirsten Ricks, l'ex-épouse du critique littéraire Christopher Ricks, en septembre de la même année. Bien que le couple n'ait pas eu d'enfants, il a quatre beaux-enfants du premier mariage de Kirsten[1].

Retraite et décès

modifier

Geoffrey Kirk prend sa retraite de ses fonctions d'enseignant en 1982. Continuant pendant un certain temps à vivre dans leur maison à Woodbridge, Suffolk, lui et sa femme déménagent ensuite à Bath et s'installent finalement à Fittleworth, West Sussex[5]. Il consacre une grande partie de sa retraite à la rédaction d'un commentaire à grande échelle de l'Iliade d' Homère. Destiné à être le couronnement de sa carrière universitaire[1], le livre est publié en six volumes entre 1985 et 1993. S'il est le seul auteur des deux premiers volumes, les autres sont publiés en collaboration avec ses collègues de lettres classiques Mark W. Edwards, Richard Janko [9], Nicholas Richardson et John B. Hainsworth[10].

Pendant sa retraite, il souffre de plus en plus de dépression, menant à une vie "stressante et instable" [1]. Il meurt d'une insuffisance cardiaque en mars 2003 dans une maison de retraite à Rake, West Sussex. Il laisse dans le deuil sa deuxième épouse Kirsten, sa fille et quatre beaux-enfants [3].

Héritage

modifier

La réputation de Geoffrey Kirk en tant qu'érudit classique reposait initialement sur ses travaux sur la philosophie présocratique. Son premier livre (Heraclitus: the Cosmic Fragments, 1954) a été bien accueilli parmi la communauté des savants. Gregory Vlastos, un interprète de premier plan de Platon, a fait remarquer que cela "oblige[ait] à reconsidérer de nombreuses choses que l'on tenait auparavant pour acquises"[11]. Co-écrit avec John Raven, son livre de 1959 The Presocratic Philosophers est devenu, selon les mots de l'helléniste Hugh Lloyd-Jones, "un substitut inestimable" aux traitements antérieurs du sujet[7].

À partir de 1960 environ, ses recherches se concentrent sur les épopées homériques. Dans ce domaine, il subit l'influence de son prédécesseur à Cambridge, Denys Page, qui avait soutenu que les poèmes étaient le produit d'une tradition orale de la poésie. L'ouvrage de Geoffrey Kirk Songs of Homer (1962) a présenté une expression plus nuancée des vues de Page et a traité de la transition des poèmes de la forme orale à la forme écrite[7]. Le commentaire complet sur l' Iliade publié à sa retraite a été salué par The Guardian comme "cohérent [...] et d'une grande portée interprétative"[3]. Cependant, Lloyd-Jones lui a reproché d'adhérer aux théories oralistes[12], qui étaient devenues obsolètes au moment de la publication du commentaire[5].

Sélection de publications

modifier

Notes et références

modifier
  1. a b c d e f g h i j k l et m Easterling 2009.
  2. Lloyd-Jones 2004, p. 141.
  3. a b c d e et f (en) « Geoffrey Kirk : Classicist who combined his scholarly work on Homer and presocratic philosophy with a general introduction to Greek mythology », sur theguardian.com, (consulté le )
  4. a b c et d (en) « Professor G. S. Kirk – The Register – Obituary », sur thetimes.co.uk, (consulté le )
  5. a b c d e f et g (en) « Obituary – Professor G. S. Kirk : Cambridge Greek scholar », sur independent.co.uk, (consulté le )
  6. (en) « ? », The London Gazette, no 37220,‎ , p. 4124
  7. a b et c Lloyd-Jones 2004, p. 145.
  8. a et b Lloyd-Jones 2004, p. 147.
  9. Willcock 1993.
  10. Mund-Dopchie 1995.
  11. Lloyd-Jones 2004, p. 144.
  12. Lloyd-Jones 2004, p. 148.
  13. a b c d e f et g (it) « Kirk, Geoffrey Stephen », sur treccani.it (consulté le ).

Annexes

modifier

Bibliographie

modifier
  • [Easterling 2009] P. E. Easterling, « Kirk, Geoffrey Stephen », dans David Cannadine, Oxford Dictionary of National Biography, Oxford, (lire en ligne).    
  • [Lloyd-Jones 2004] Hugh Lloyd-Jones, « Geoffrey Kirk », Proceedings of the British Academy, no 124,‎ , p. 141–8 (lire en ligne).  
  • [Mund-Dopchie 1995] Monique Mund-Dopchie, « Brian Hainsworth, The Iliad : a Commentary. Vol. ΙII : Books 9- 12. Nicholas Richardson, The Iliad : a Commentary. Vol. VI : Books 21–24 », L'Antiquité classique,‎ (lire en ligne).  
  • [Willcock 1993] M. M. Willcock, « Richard Janko: The Iliad: a Commentary, Vol. IV: Books 13–16. Mark W. Edwards: The Iliad: a Commentary, Vol. V: Books 17–20. », The Classical Review, no 63,‎ , p. 1–3 (DOI 10.1017/S0009840X00285491, lire en ligne).    

Liens externes

modifier