Ouvrir le menu principal

Gabriel Miró

écrivain espagnol
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Miro.
Gabriel Miró
Gabriel Miró.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 50 ans)
MadridVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Mouvement
Distinction
Liste des lauréats du prix Mariano de Cavia (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
signature de Gabriel Miró
signature

Gabriel Francisco Víctor Miró Ferrer, né le à Alicante et mort le à Madrid, est un écrivain espagnol de la génération de 14.

BiographieModifier

Appartenant au courant moderniste appelé Génération de 14, avec entre autres José Ortega y Gasset, Ramón Pérez de Ayala, Manuel Azaña, Gabriel Miró suivit des études de droit à l'université de Grenade et de Valence, avant de se lancer dans l'écriture.

Il produisit une vingtaine de romans intimistes, des poèmes et nombre de contributions à différents périodiques. Il usa parfois du pseudonyme Sigüenza.

Son premier roman, Las cerezas del cementerio (Les cerises du cimetière, 1910), démontre une véritable maturité stylistique.

En France, il commence à être traduit dans les années 1920, puis son travail est redécouvert à partir des années 1990.

Ouvrages traduitsModifier

  • Semaine sainte, traduit par Valery Larbaud et Noémi Larthe, Éditions Simon Kra, 1925
  • Les cerises du cimetière, traduit par Raymond-Jean Vidal, Éditions Sorlot, 1944
  • D'un âge l'autre, traduit par François Géal, Éditions Verdier, 1991
  • L'évêque lépreux (El obispo leproso), traduit par Jean-Baptiste Grasset, Éditions stock, 1994
  • Le roman de mon ami, traduit par Michèle Plâa, préface de Philippe Blanchon, Éditions de la Nerthe, 2013
  • Le livre de Sigüenza, traduit par Michèle Plâa, préface de Philippe Blanchon, Éditions de la Nerthe, 2014
  • Nomade, traduction de Michèle Plâa, Éditions de la Nerthe, 2015

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :