Ouvrir le menu principal

Fusillade de l'Umpqua Community College

Fusillade de l'Umpqua Community College
Image illustrative de l’article Fusillade de l'Umpqua Community College
Photographie spatiale du campus.

Localisation Roseburg (Oregon), Drapeau des États-Unis États-Unis
Coordonnées 43° 17′ 23″ nord, 123° 19′ 59″ ouest
Date
Vers 10 h 38 ( UTC−7)
Type Tir, meurtre
Armes
Morts 10 (dont le tueur)[1]

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Fusillade de l'Umpqua Community College

Géolocalisation sur la carte : Oregon

(Voir situation sur carte : Oregon)
Fusillade de l'Umpqua Community College

La fusillade de l'Umpqua Community College est une tuerie qui s'est déroulée le [2],[3] dans l'Oregon aux États-Unis, faisant dix morts (dont le tueur) et au moins sept blessés graves.

Faits présumésModifier

 
Carte du campus.

Les faits se sont déroulés au matin du . Chris Harper-Mercer s'introduisit dans le campus et tira sur des élèves et des professeurs pendant les cours. Le premier appel au 911 fut donné à 10 h 38 heure locale. La police arriva à 10 h 44, puis procéda à un échange de tirs avec le tueur, qui finit par se suicider[4]. Treize armes à feu appartenant au tireur, toutes acquises légalement, ont été récupérées par les autorités : cinq pistolets et un fusil sur le campus, et sept autres armes au domicile du tireur[5],[6].

VictimesModifier

Neuf personnes, dont huit étudiants et un membre du personnel de l'université, furent tuées dans l'attaque. Il s'agit de[1],[6] :

  • Lucero Alceraz, 19 ans ;
  • Treven Taylor Anspach, 20 ans ;
  • Rebecka Ann Carnes, 18 ans ;
  • Quinn Glen Cooper, 18 ans ;
  • Kim Saltmarsh Dietz, 59 ans ;
  • Lucas Eibel, 18 ans ;
  • Jason Dale Johnson, 33 ans ;
  • Lawrence Levine, 67 ans (maître de conférences) ;
  • Sarena Dawn Moore, 44 ans.

SuspectModifier

Christopher Harper-Mercer[7], étudiant à l'Umpqua Community College (UCC) âgé de 26 ans au moment des faits[8], a été identifié comme l'unique auteur de la fusillade.

Né au Royaume-Uni, Harper-Mercer déménage enfant aux États-Unis avec ses parents, qui se séparent des années plus tard ; il reste avec sa mère à Torrance en Californie. Il tente en 2008 de servir dans l'armée américaine à Fort Jackson en Caroline du Sud, mais est réformé au bout de cinq semaines de formation[6]. Lui et sa mère déménagent plus tard à Winchester (en), non loin de Roseburg dans l'Oregon, et il s'inscrit à l'UCC. Avant la fusillade, il vivait toujours chez sa mère et était « mis à l'essai » à l'UCC pour cause de résultats scolaires insuffisants[9]. À l'université, il était inscrit à un cours de production théâtrale, ainsi qu'à un cours d'écriture, ce même cours dans lequel il fit irruption lors de la fusillade.

Sa demi-sœur a assuré aux médias qu'il s'agissait de quelqu'un qui « voulait que tout le monde soit heureux », tandis que des voisins le décrivent comme un garçon « anxieux », au crâne rasé, qui avait un comportement peu rassurant et portait des habits militaires[5]. Un compte Myspace à son nom contient des photos d'hommes armés et encagoulés ainsi que des images en rapport avec l'Armée républicaine irlandaise[10]. Sur un blog lié à son adresse e-mail, on trouve un billet au sujet de Vester Flanagan, qui a abattu une journaliste et un caméraman en direct en août 2015, contenant la remarque suivante : « On dirait bien que plus on fait de victimes, plus on fait parler de soi »[10].

Le shérif du comté a initialement refusé de donner le nom du tireur, afin de ne pas « glorifier » les actes de ce dernier : « Vous ne m’entendrez jamais prononcer son nom. Je ne vais pas lui donner la reconnaissance qu’il cherchait sans doute avant de commettre cet acte horrible et lâche »[8].

RéactionsModifier

Discours du président des États-Unis après le drame.

En réaction au drame, le président Barack Obama fit une allocution le soir même, durant laquelle il déplora que des fusillades comme celle-ci étaient devenues une « routine » et déclara : « Ce soir, je veux demander aux Américains de réfléchir à ce qu’ils peuvent faire pour que notre gouvernement fasse évoluer la loi. Pour sauver des vies. Et laisser les jeunes grandir »[8],[11].

Notes et référencesModifier

Article connexeModifier