Franz Joachim Beich

artiste allemand
Franz Joachim Beich
Franz Joachim Beich.jpg
Portrait de Franz Joachim Beich, par Georg Desmarées (en), 1744.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
MunichVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Date de baptême

Franz Joachim Beich, baptisé le à Ravensbourg (dans l'actuel Bade-Wurtemberg) et mort le à Munich, est un peintre et aquafortiste allemand.

Paysage avec vue sur Munich, avec une partie de chasse rentrant chez elle, maintenant dans les collections de peinture de l'État bavarois .

BiographieModifier

Franz Joachim Beich naît en 1665 à Ravensbourg[1]. Il est baptisé le même dans cette ville[2], dans l'église Notre-Dame[1]. Il est le fils de Daniel Beich et de sa femme Barbara, née Helmling[1]. Franz Joachim Beich est probablement l'élève de son père[3], installé comme peintre à Munich vers 1670[4].

Il peint de préférence des paysages[3]. Il excelle dans ce genre et dans la peinture de batailles[5]. Ses meilleures œuvres se trouvent dans les palais de l'électeur de Bavière, à l'emploi duquel il travaille pendant plusieurs années; parmi celles-ci figurent plusieurs grands tableaux des batailles menées en Hongrie par l'électeur Maximilien Emmanuel[5].

Avec la permission de son mécène, il visite l'Italie et réalise de nombreux dessins à partir des belles vues de ce pays[5]. Ses paysages sont très agréables et il semble avoir imité, dans la disposition de ses tableaux, le style de bon goût de Gaspar Poussin[5]. Selon le Bénézit, il s'inspire dans ce genre de la manière de Claude Lorrain, Dughet, Salvator Rosa[3].

Il meurt le à Munich[3].

Son portraitModifier

La galerie de Munich possède son portrait par Des Marées - « peint en 1744, alors qu'il était âgé de 78 ans »[5].

ŒuvresModifier

PeintureModifier

La galerie de Vienne a deux paysages de lui et la galerie de Munich en a quatre[5].

Pour la Bürgersaalkirche de Munich, il a peint douze paysages représentant les lieux de pèlerinage de Bavière[6].

  • Une tempête, musée de Douai[3].
  • Paysage, musée de Bordeaux[3].
  • Paysage du matin, vue sur la mer, P. Munich[3].
  • Paysage du soir, montagnes au loin, P. Munich[3].
  • Paysage, montagnes, musée de Stuttgart[3].
  • Paysage rocheux, musée de Stuttgart[3].
  • Paysage avec troupe à cheval, musée de Vienne[3].
  • Paysage montagneux avec cataracte, musée de Vienne[3].

GravureModifier

En tant que graveur, il a apporté plusieurs eaux-fortes charmantes dans les portefeuilles des collectionneurs[5]. Nous avons de lui quatre ensembles de paysages, avec des personnages et des bâtiments (représentant ensemble vingt-six planches), gravés avec beaucoup d'esprit et de facilité[5].

Il a gravé à l'eau-forte une trentaine de pièces, parmi lesquelles on remarque huit Vues prises en Bavière, huit Vues prises dans le Tyrol, des Paysages montagneux (suite de six pièces), etc[7].

  • Paysage avec un chasseur, un couple et trois chèvres, estampe[8].
  • Paysage avec deux pêcheurs au bord d'un ruisseau et d'une cascade, estampe[9].

Critique de Gustav Friedrich WaagenModifier

On ne peut pas le considérer comme un simple imitateur de Gaspard Poussin; il puise comme lui ses inspirations directement dans la nature[10]. Ses compositions sont d'un style élevé, riche de détails, la lumière y est distribuée avec art, l'exécution en est soignée, et si quelque-uns de ses tableaux pèchent par cette lourdeur du coloris, qui était l'un des défauts de l'époque, d'autres en revanche se distinguent par un ton chaud et transparent[10]. Tels sont les trois paysages du musée de Munich, n° 138, 162 et 171; ses défauts éclatent dans deux autres, d'ailleurs très remarquables, du musée de Vienne[10]. Il grave avec succès une série d'eaux fortes dans le style de ses tableaux[10].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Bürklin 1971, p. 5.
  2. DaCosta Kaufmann et Crocker Art Museum 2004, p. 93.
  3. a b c d e f g h i j k et l Bénézit 1924, p. 474.
  4. Hanfstaengl 1955, p. 17.
  5. a b c d e f g et h Bryan 1886, p. 104.
  6. (de) « Franz Joachim Beich », dans Gemälde : beschreibendes Verzeichniss, vol. 3, Selbstverlag der Direction, (lire en ligne), p. 26
  7. Larousse 1867, p. 486.
  8. « Paysage avec un chasseur, un couple et trois chèvres », sur gallica.bnf.fr
  9. « Paysage avec deux pêcheurs au bord d'un ruisseau et d'une cascade », sur gallica.bnf.fr
  10. a b c et d Waagen 1864, p. 302.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Classement par ordre chronologique :

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :