Francis Vielé-Griffin

poète symboliste français

Francis Vielé-Griffin, né aux États-Unis à Norfolk (Virginie) le et mort le à Bergerac (Dordogne), est un poète symboliste français.

Francis Vielé-Griffin
Francis Vielé-Griffin by Jean Veber.jpg
Francis Vielé-Griffin
Portrait par Jean Veber.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
BergeracVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Archives conservées par

BiographieModifier

 
Posant avec d'autres fondateurs de l’Académie Mallarmé, à l’époque de la fondation de celle-ci en 1937. De gauche à droite, debout : Édouard Dujardin, Francis Vielé-Griffin, Paul Valéry, André-Ferdinand Hérold, André Fontainas, Jean Ajalbert. Assis : Saint-Pol-Roux, Paul Fort.

Fils du général Egbert Ludovicus Viele (en), il conserve sa nationalité américaine. Installé en Touraine, il termine sa vie dans le Périgord où ses filles se sont mariées (familles Lavaud, de Laubarède, et les deux frères du Mas de Paysac). Avec Gustave Kahn, il est l'un des théoriciens du vers libre, dont il est lui-même un fervent pratiquant.

Il est intime de Mallarmé, avec lequel il entretient des relations quasi filiales, ami et condisciple de Henri de Régnier au collège Stanislas de Paris, ami d’Émile Verhaeren, d’André Gide, de Paul Valéry, de Francis Jammes et du peintre Théo van Rysselberghe qui font, comme Albert Mockel et d'autres, de nombreux séjours dans ses propriétés.

Francis Vielé-Griffin est directeur de la revue Les Entretiens politiques et littéraires, proche collaborateur de L'Ermitage, président de l’Académie Mallarmé, membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique et commandeur de la Légion d'honneur.

Il fait partie des auteurs d’élection d’Apollinaire durant les jeunes années de celui-ci[1].

ŒuvresModifier

 
Portrait de Francis Vielé-Griffin
par Félix Vallotton
paru dans Le Livre des masques
de Remy de Gourmont (1898).
  • Cueille d'avril, 1886.
  • Les Cygnes : poésies, 1885-86, 1887.
  • Ancaeus, 1885-86.
  • Joies, : poèmes, 1888-1889, 1889.
  • Diptyque, 1891, disponible sur Gallica.
  • Les Cygnes : nouveaux poèmes 1890-91, 1892.
  • La Chevauchée d'Yeldis et autres poèmes, 1892.
  • Pagai, 1894.
  • Swanhilde : poème dramatique, 1890-1893, 1894, disponible sur Gallica.
  • La Clarté de vie : Chansons à l'ombre ; Au gré de l'heure ; ″In memoriam″ ; En Arcadie, 1897.
  • Phocas le jardinier, précédé de Swanhilde, Ancaeus, les Fiançailles d'Euphrosine, 1898.
  • La Partenza, 1899.
  • La Légende ailée de Wieland le forgeron, 1900.
  • Sainte-Agnes, publié sans nom d'auteur et hors commerce, 1900.
  • L'Amour sacré, poèmes, 1903, disponible sur Gallica.
  • La lumière de Grèce : Pindare ; Sapho ; la Légende ailée de Bellérophon Hippalide, 1912.
  • Voix d'Ionie : le Délire de Tantale ; Pasiphaé ; Galatée ; les Noces d'Atalante ; la Sagesse d'Ulysse ; précédées de quelques poèmes, 1914.
  • Couronne offerte à la muse romaine, 1922.
  • La Rose au flot, légende du Poitou, 1922.
  • Le Domaine royal, discours lyriques, 1923.
  • Choix de poèmes, 1923, disponible sur Gallica.
  • La Sagesse d'Ulysse, 1925, disponible sur Gallica.
  • Le Livre des reines, 1929.
  • Souvenirs d'enfance et de première jeunesse, 1939, disponible sur Gallica.
Réédition moderne
  • Œuvres, 2 t., Genève, Slatkine, 1977.
  • L'Amant des heures claires, choix de textes, coll. « Orphée », La Différence, 1994.

Notes et référencesModifier

  1. Laurence Campa et Michel Décaudin : Passion Apollinaire (éditions Textuel), 2004, pp. 34-35.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Correspondance avec Francis Jammes, Reinhard Kuhn (éd.), Genève, Droz, 1966.
  • Henry de Paysac, Francis Vielé-Griffin, poète symboliste et citoyen américain, A.G. Nizet, Paris, 1976.
  • Correspondance Vielé-Griffin - Ghéon, édition critique établie par Catherine Boschian-Campaner, Paris : H. Champion, 2004 (ISBN 2-7453-0982-X).

Liens externesModifier