Francis Daniel Pastorius

Francis Daniel Pastorius
Francis Daniel Pastorius relief.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Formation
Activités

Francis Daniel Pastorius (né le et mort en 1719[1]) fonde, à l'âge de 32 ans, la ville de Germantown, aujourd'hui incluse dans Philadelphie en Pennsylvanie. Piétiste et proche des quakers locaux, il se signale en écrivant avec trois d'entre eux en 1688 le tout premier manifeste anti-esclavagiste à être publié au sein des colonies anglaises.

BiographieModifier

 
Maison de Francis Daniel Pastorius à Germantown

Francis Daniel Pastorius ( – ca ) est le fondateur de la ville de Germantown, aujourd'hui incluse dans Philadelphie en Pennsylvanie. Il s'agit de la première colonie allemande et du point d'entrée qui permettra l'arrivée d'une importante immigration ultérieure en provenance d'Allemagne et des pays ou régions sous influence culturelle allemande (Suisse, Alsace).

Né à Sommerhausen, en Franconie, aujourd'hui en Bavière, dans une prospère famille luthérienne, il fait des études de droit dans les meilleures universités allemandes de l'époque : Altdorf, Strasbourg, Iéna. Il commence à pratiquer sa profession à Windsheim et Francfort-sur-le-Main. De 1680 à 1682, il travaille comme précepteur d'un jeune noble qu'il accompagne dans un tour d'Europe : Allemagne, Angleterre, France, Suisse, Hollande.

En 1683, un groupe de mennonites, de piétistes, et de Société religieuse des Amis (quakers) de Francfort demande à Pastorius d'être leur agent pour acheter de la terre en Pennsylvanie en vue de s'y installer. Pastorius part pour Philadelphie où il négocie l'achat de 15000 acres (61 km²) auprès de William Penn, propriétaire de la colonie, et il fonde ainsi l'implantation de Germantown, où il vivra jusqu'à sa mort.

En tant que citoyen éminent de Germantown, Pastorius occupe de nombreuses fonctions et écrit sur des sujets très variés allant de l'élevage des abeilles aux sujets religieux. C'est un poète de talent, dont les poèmes figurent dans une anthologie d'Oxford[2]

Élevé dans un luthéranisme proche des milieux piétistes, il devient proche des quakers. En 1688, avec trois quakers de Germantown, il signe un texte de protestation contre l'esclavage, le premier des colonies anglaises.

Cette même année 1688, il épouse Ennecke Klostermanns. Ils auront deux fils. Pastorius meurt vers ou . Sa vie a inspiré le poète quaker John Greenleaf Whittier qui a écrit The Pennsylvania Pilgrim.

En dépit des sympathies de Pastorius pour les quakers, son nom sera utilisé de façon abusive par les nazis en 1942 pour nommer l'« opération Pastorius », un projet manqué d'attaque contre les États-Unis dont Philadelphie était une cible.

BibliographieModifier

Écrits de PastoriusModifier

  • Deliciæ Hortenses, or Garden-Recreations, and Voluptates Apianæ, ed. Christoph E. Schweitzer (Columbia, South Carolina: Camden House, 1982).

Sur PastoriusModifier

  • Henry Warner Bowden, Dictionary of American Religious Biography. Westport, CT:Greenwood Press, 1977. (ISBN 0-8371-8906-3).
  • George Harvey Genzmer, "Pastorius, Francis Daniel," in Dumas Malone (ed.), Dictionary of American Biography, Vol. 7, Part 2, New York: Charles Scribner's Sons, 1934 (1962 reprint), pp. 290-291.
  • Concise Dictionary of National Biography, Part 1, London: Oxford University Press, 1965 reprint, p. 1010.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

  • Récit par Pastorius de son voyage sur l’America

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Library of Congress
  2. New Oxford Book of Seventeenth-Century Verse, (ISBN 0-19-214164-3).

Source de traductionModifier