François Maximilien Ossolinski

Aristocrate et homme politique polonais
Franciszek Maksymilian Ossoliński
Franciszek Maksymilian Ossoliński.JPG
Franciszek Maximilian Ossoliński par Szymon Czechowicz.
Fonctions
Député à la Diète de la République polono-lituanienne (d)
Sejm de 1718 (d)
Sejm de 1722 (d)
Sejm de 1720 (d)
Sejm de 1724 (d)
Staroste de Khmelnytskyï (d)
Staroste de Drohiczyn (d)
Żupnik wielicki (d)
Staroste de Sandomir (d)
Żupnik bocheński (d)
Starosta ostrowski (d)
Prywatny sekretarz króla
Trésorier de la Couronne
Grand trésorier de la Couronne
Maréchal de la Diète de la première République de Pologne
Sejm de 1722 (d)
Secrétaire du roi à la Cour de Pologne
Électeur de Pologne (d)
Staroste de Niepołomice (d)
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
Ossoliński (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Maksymilian Franciszek Ossoliński (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Józef Kanty Ossoliński (en)
Tomasz Konstanty Ossoliński (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions
Herb Topor.jpg
Blason

Franciszek Maksymilian Ossoliński, armoiries Topór, né le et mort le à Jarville-la-Malgrange, en Lorraine, est un aristocrate et homme politique polonais, grand trésorier de la Couronne de Pologne, proche du roi de Pologne devenu duc de Lorraine Stanislas Leszczynski.

BiographieModifier

Fils de Maximilian Ossoliński, il a eu deux épouses : Katarzyna née Miączyńska en 1706, Katarzyna née Jabłonowska[1] en 1732.

Franciszek Ossoliński est secrétaire du roi Auguste II de Pologne. En 1733, il soutient l'élection comme roi de Pologne[1] de Stanislas Leszczynski[2], mais celui-ci est contraint de quitter la Pologne dès 1734 du fait d'une offensive de l'armée russe, qui permet l'élection d'Auguste III, le fils d'Auguste II.

Ossoliński rejoint Stanislas, réfugié à Königsberg en Prusse, puis le suit en France en 1736 ; enfin, en Lorraine en 1737, lorsque Stanislas devient duc de Lorraine et de Bar grâce à l'appui de Louis XV.

Grand chambellan de Stanislas Leszczynski, puis grand-maître de la maison du roi, Ossoliński devient ainsi le second personnage de la cour de Lorraine[1], installée à Lunéville, à l'écart de la capitale, Nancy.

Son épouse a été une des maîtresses de Stanislas, avant la comtesse de Linange (elle aussi polonaise), puis la marquise de Boufflers (Marie-Françoise de Beauvau-Craon, une Lorraine).

Franciszek Ossoliński meurt le 1er juillet 1756 au château de La Malgrange à Jarville-la-Malgrange. Il est inhumé dans l'église Notre-Dame-de-Bonsecours de Nancy.

Sa bibliothèque a été intégrée à l'Ossolineum ou Institut National Ossoliński, fondé en 1817 par Józef Maksymilian Ossoliński à Lwów.

MénagerieModifier

Stanislas ordonne la construction d'un pavillon à destination du duc Ossoliński à proximité du parc des Bosquets, appelée Ménagerie du Duc Ossoliński en raison de la présence de bâtiments agricoles[1].

TitresModifier

Comte de Tenczyn, duc d'Ossoliński, chevalier de l'ordre du Saint-Esprit.

BibliographieModifier

  • Stéphane Gaber, L’Entourage polonais de Stanislas Leszczynski à Lunéville, 1737- 1766, thèse de 3ème cycle, Histoire, Université Nancy 2, 1972, disponible en ligne (lien), chapitre 2 (pages 44-82) consacré au duc Ossoliński.

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Les Cahiers du Château de Lunéville, vol. 7, Lunéville/Nancy, Site départemental du château de Lunéville / Conseil général de Meurthe-et-Moselle, , 55 p. (ISBN 978-2-9524424-6-6 et 2-9524424-6-0), « L'ancienne ménagerie du Duc Ossolinski », p. 60-63
  2. Stanislas a été roi de Pologne de 1704 à 1709 ; exilé, il est devenu le beau-père de Louis XV en 1725.