François Maresmes

moine chartreux

François Maresmes (en valencien Francesc Maresmes) est un moine chartreux, prieur de la Grande Chartreuse, né à Sagonte, Province de Valence, en Espagne vers 1377 et mort en 1463.

François Maresmes
Fonction
Ministre général des Chartreux
-
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Moine chartreux, prêtre catholiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Ordre religieux

BiographieModifier

François Maresmes entre en 1402 à la chartreuse de Porta Coeli, procureur et sacristain en 1406, et prieur en 1414[note 1].

Il participe, en 1418, à l'ambassade qui trouve un accord avec la Grande Chartreuse pour la réunification à l'ordre des Chartreux, des sept chartreuses hispaniques. Il obtient à Florence l'entérinement des modalités par la curie et revient en Chartreuse, le 11 avril 1419, pour faire part de l'accord pontifical. Après délibération avec les moines à la Grande Chartreuse, il prend alors seul la décision de présenter la démission de Guillaume de Mota, alors prieur général des chartreuses schismatiques à Val de Christo, laquelle est reçue par un chapitre privé, tandis que Jean de Griffenberg demeure en fonction. Guillaume de Mota accepte et revient à la Grande Chartreuse en compagnie de François Maresme[1].

François Maresmes est désigné le 15 mai 1419, par le chapitre général, visiteur de la province de Catalogne. Il s'occupe des premiers développements de la chartreuse de Montalegre. En 1425, il devient prieur de la chartreuse de Val de Christo et tente de ramener sous l'autorité de Rome les derniers tenants de Benoît XIII. En 1433, il se rend au concile de Bâle où il représente les chartreux en compagnie d'autres prieurs de l'ordre, il abandonne le priorat de Val de Christo et devient moine de Grande Chartreuse[1] où il est appelé pour être coadjuteur de Guillaume de La Motte[2].

Il devient prieur de Grande Chartreuse et général de l'ordre de 1437 à 1463.

Notes et référencesModifier

Notes
  1. Au cours du Grand Schisme d'Occident, les chartreux allemands et italiens sont avec le pape de Rome, et ceux de France et d'Espagne suivent le pape d'Avignon. Boniface Ferrier, prieur général des chartreux « clémentistes », démissionne avec le général « urbaniste », Étienne Maconi, en faveur de la réunification de l'ordre en 1410, mais reprend sa charge sur ordre de Benoît XIII, son pouvoir est borné aux maisons d’Espagne. Les sept chartreuses hispaniques, suivent ce choix et continuent à évoluer dans l'ombre de l'antipape, alors retiré à Peniscola. À partir de 1410, le chapitre général des chartreux schismatiques réside à Val de Christo et six chapitres généraux s'y tiennent. Le schisme espagnol interne à l'ordre cartusien se proroge au-delà de 1417
Références
  1. a et b Excoffon 2009.
  2. Cyprien-Marie Boutrais, La Grande Chartreuse (Nouvelle édition refondue et mise à jour), Paris, B. Arthaud, , 476 p. (lire en ligne), p. 87

BibliographieModifier

  • Devaux, Augustin et Van Dijck, Gabriel, Nouvelle Bibliographie Cartusienne : Cartusiana, Grande Chartreuse, 2005, Maisons de l'Ordre, , 785 p.  .
  • Ferrer Orts, Albert, « Dom Francesc Maresme, Prior de Portaceli, Montalegre, ValldeCrist y General de la Orden Cartuja », Salzburg, Institut fur Anglistik und Amerikanistik, Universitât Salzbourg, 2006, p. 23-38 (Analecta Cartusiana, 239), (OCLC 315280757)
  • Excoffon Sylvain, « François Maresme. Un chartreux sur les routes au début du XVe siècle », Entre France et Italie. Mélanges offerts à Pierrette Paravy, éd. Laurence Çiavaldini-Rivière, Anne Lemonde-Santamaria, Ilaria Taddei, Grenoble, P.U.G, 2009, p.127-132. [lire en ligne]

Articles connexesModifier

Liens externesModifier