Ouvrir le menu principal

François Goguel

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Goguel.

François Goguel (né le , mort le ) est un homme politique et politologue français, considéré comme l'un des fondateurs de la « géographie électorale »[1] et de la sociologie électorale.

FamilleModifier

Issu d'une famille de longue tradition protestante, François Goguel est le fils de Maurice Goguel, professeur à la Sorbonne et doyen de la Faculté de théologie protestante de Paris, et le frère d'Élisabeth Labrousse, philosophe et historienne, et de Jean Goguel, géologue et ingénieur au corps des mines. Son épouse, née Colette Pacquement, est décédée en 1997.

ParcoursModifier

Il étudie à l'Institut d'études politiques de Paris et à la faculté de droit, où il obtient un doctorat de droit (1937).

Il entre aux services législatifs du Sénat en 1931 et est nommé directeur de la séance au Conseil de la République en 1948. Il en devient le secrétaire général (1954 à 1958), puis occupe la même fonction au Sénat (1958-1971)[2]. Il a été nommé membre du Conseil constitutionnel par le président Georges Pompidou[3]. Il exerça cette fonction du au .

Il mène de façon concomitante des activités d'enseignement à l'Institut d'études politiques de Paris, où il est professeur de 1948 à 1974. Il est l'un des fondateurs de la sociologie électorale, dans la suite des travaux d'André Siegfried, géographe et politiste français du XXe siècle. Il dirige de nombreux mémoires et thèses de science politique sur les thèmes de sociologie électorale, qui s'inspirent directement du travail de Siegfried. Il contribue également au développement de la sociologie électorale avec plusieurs chercheurs (historiens, sociologues, géographes et juristes), comme Pierre George, Paul Guichonnet, Gabriel Le Bras ou encore Mattéi Dogan, dont les activités font l'objet de plusieurs colloques à la Fondation nationale des sciences politiques dans les années 1950 et 60[4]. Il est également membre du Conseil d’administration de la FNSP dès 1954 et en deviendra le président pour dix ans en 1971[5].

ÉcritsModifier

En 1965, il reçoit le Prix Broquette-Gonin (littérature) de l'Académie française, pour son ouvrage La Politique en France (1954, cf. ses écrits).

  • Chroniques électorales : les scrutins politiques en France de 1945 à nos jours.
    • Vol. 1 : La Quatrième République
    • Vol. 2 : La Cinquième République du Général de Gaulle
    • Vol. 3 : La Cinquième République après de Gaulle
  • Géographie des élections françaises : de 1870 à 1951 (1951)
  • La Politique des partis sous la Troisième République (1946).
  • Nouvelles études de sociologie électorale,
  • La Politique en France, Presses de Sciences Po, 1954.
  • Le référendum du 8 janvier 1961, Presses de Sciences Po, 1962.
  • Le référendum du 8 avril 1962, Presses de Sciences Po, 1963.
  • Le référendum d'octobre et les élections de novembre 1962, Presses de Sciences Po, 1965.
  • L'état des forces politiques à la veille de l'élection présidentielle. La candidature Defferre: analyse rétrospective, Presses de Sciences Po, 1965.
  • Modernisation économique et comportement politique d'après un échantillon d'un trentième du corps électoral français, Presses de Sciences Po, 1969.

Notes et référencesModifier

  1. Fonds François Goguel au Centre d'Histoire de Sciences-Po
  2. Fonds d'archive François Goguel / Sciences Po
  3. Décision Européenne du 24 février 1971 portant nomination de M. François Goguel comme membre du Conseil Constitutionnel, en remplacement de M. Marcel Waline, JO du 25 février 1971 p.1891.
  4. BLONDIAUX Loïc, VEITL Philippe, "La carrière symbolique d'un père fondateur. André Siegfried et la science politique française après 1945", Genèses, no 37, 1999, p. 4-26
  5. Sciences Po, FNSP 27 rue Saint Guillaume 75007 Paris, « Sciences Po Stories - L'histoire de Sciences Po : la frise, les récits, les portraits et la carte », sur Sciences Po stories (consulté le 21 juin 2019)

Liens externesModifier