Ouvrir le menu principal

Élisabeth Labrousse

historienne et universitaire française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labrousse.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Goguel.

Élisabeth Labrousse, née Goguel le à Paris et morte le à Nice, est une philosophe et historienne française, spécialiste de la pensée de Pierre Bayle et du refuge protestant.

BiographieModifier

Élisabeth Labrousse commence sa carrière universitaire à l'université nationale de Tucumán en Argentine, où elle est professeur d'histoire de la philosophie moderne de 1947 à 1955[1]. Boursière en 1952 de la Maison Descartes à Amsterdam, elle initie les travaux d'inventaire critique de la correspondance de Bayle.

Entrée au CNRS en 1955, elle soutient sa thèse en 1963, sous la direction d'Henri Gouhier[2]. Elle fait une carrière universitaire de maître de recherches au CNRS (1955-1979), chargée de conférences à la 4e section de l’École pratique des hautes études (1966-1979). Élisabeth Labrousse s'est fait connaître par ses travaux sur Pierre Bayle et sur l’histoire du protestantisme français.

Elle est la fille de Maurice Goguel, spécialiste du christianisme primitif et professeur à la faculté de théologie protestante de Paris, directeur d'études à l'École pratique des hautes études et professeur à la Sorbonne, et la sœur de François Goguel, constitutionnaliste français et de Jean Goguel, géologue.

DistinctionsModifier

  • 1973 : docteur honoris causa de l'Institut protestant de théologie - faculté de théologie protestante de Paris
  • 1982 : docteur honoris causa de l'université de Genève
  • 1986 : docteur honoris causa de l'université d'Oxford[3]
  • 2000 : docteur honoris causa de l'université de Leyde[4]
  • Fellow du collège de Ste-Hilda à Oxford[5]
  • Honorary fellow de la Société américaine d'histoire

PublicationsModifier

  • Inventaire critique de la correspondance de Pierre Bayle, Paris, Vrin, 1961.
  • Pierre Bayle - I. Du pays de Foix à la cité d’Érasme ; - II. Hétérodoxie et rigorisme, La Haye, Nijhoff, 1963-1964 (vol. II, réédité: Paris, Albin Michel, 1996).
  • Pierre Bayle et l’instrument critique, Présentation, choix de textes, bibliographie par E. Labrousse, Paris, Seghers, 1965.
  • (édition et introduction) Henri Basnage de Beauval, Tolérance des religions, Londres/New York, 1970.
  • (édition) Pierre Bayle, Ce que c’est que la France toute catholique sous Louis le Grand, édition E. Labrousse avec la collaboration de H. Himmelfarb et Roger Zuber, Paris, Vrin, 1973.
  • L’Entrée de Saturne au Lion (L’éclipse du soleil du 12 août 1654), La Haye, Nijhoff, 1974.
  • en collaboration avec Philippe Joutard, Janine Estèbe et J. Lecuir, Le Massacre de la Saint-Barthélemy, ou les résonances d'un massacre, Neuchâtel 1976.
  • (éd.) Pierre Bayle, Œuvres diverses, éd. et préface d'E. Labrousse, Hildesheim et New York, Georg Olms, 1982.
  • Une foi, une loi, un roi ? La révocation de l’Édit de Nantes, Paris, Payot / Genève, Labor et Fides, 1985.
  • (édition) Avertissement au protestants des provinces (1684), texte présenté par E. Labrousse, dans Études d'Histoire et de Philosophie religieuses, no 67, Paris, PUF, 1986.
  • Notes sur Bayle, Paris, Vrin, 1987.
  • (éd.) La Correspondance de Pierre Bayle, Oxford, The Voltaire Foundation, 1999.

RéférencesModifier

  1. Hubert Bost, « Elisabeth Labrousse », in Dictionnaire prosopographique de l'École pratique des hautes études, màj 21 février 2018, [lire en ligne]
  2. Thèse de doctorat, Université de Paris, 1963, notice du Sudoc [1]
  3. Le Tricentenaire de la Révocation de l'Edit de Nantes. Historiographie et commémoration sur persee.fr
  4. Antony McKenna, « Élisabeth Labrousse », La Lettre clandestine, no 8,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2018).
  5. (en) St Hilda's College - Elizabeth Labrousse, Hon. D. litt. (D. ès L. Paris), ; Honorary Fellow from 1979 sur ox.ac.uk/gazette

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Mélanges
    • De l'humanisme aux Lumières. Bayle et le protestantisme. Mélanges en l'honneur d’Élisabeth Labrousse (Michelle Magdelaine, Maria-Cristina Pitassi, Ruth Whelan et Antony McKenna), Paris, Universitas et Oxford, Voltaire Foundation, 1996, 746 p. (ISBN 9782740000212)
    • Élisabeth Labrousse, Conscience et conviction. Études sur le XVIIe siècle, Universitas et Oxford, Voltaire Foundation, 1996, 299 p.[1]


Liens externesModifier

  1. [compte rendu, « Conscience et conviction : études sur le XVIIe siècle », Dix-huitième siècle, no 29,‎ , p. 659 (lire en ligne, consulté le 27 mars 2018).