Élisabeth Labrousse

historienne et universitaire française

Élisabeth Labrousse, née Goguel le à Paris et morte le à Nice, est une philosophe et historienne française, spécialiste de la pensée de Pierre Bayle et du refuge protestant.

BiographieModifier

Élisabeth Labrousse commence sa carrière universitaire à l'université nationale de Tucumán en Argentine, où elle est professeur d'histoire de la philosophie moderne de 1947 à 1955[1]. Boursière en 1952 de la Maison Descartes à Amsterdam, elle initie les travaux d'inventaire critique de la correspondance de Bayle.

Entrée au CNRS en 1955, elle soutient sa thèse en 1963, sous la direction d'Henri Gouhier[2]. Elle fait une carrière universitaire de maître de recherches au CNRS (1955-1979), chargée de conférences à la 4e section de l’École pratique des hautes études (1966-1979). Élisabeth Labrousse s'est fait connaître par ses travaux sur Pierre Bayle et sur l’histoire du protestantisme français.

Elle est la fille de Maurice Goguel, spécialiste du christianisme primitif et professeur à la faculté de théologie protestante de Paris, directeur d'études à l'École pratique des hautes études et professeur à la Sorbonne, et la sœur de François Goguel, constitutionnaliste français et de Jean Goguel, géologue.

DistinctionsModifier

  • 1973 : docteur honoris causa de l'Institut protestant de théologie - faculté de théologie protestante de Paris
  • 1982 : docteur honoris causa de l'université de Genève
  • 1986 : docteur honoris causa de l'université d'Oxford[3]
  • 2000 : docteur honoris causa de l'université de Leyde[4]
  • Fellow du collège de Ste-Hilda à Oxford[5]
  • Honorary fellow de la Société américaine d'histoire

PublicationsModifier

  • Inventaire critique de la correspondance de Pierre Bayle, Paris, Vrin, 1961.
  • Pierre Bayle - I. Du pays de Foix à la cité d’Érasme ; - II. Hétérodoxie et rigorisme, La Haye, Nijhoff, 1963-1964 (vol. II, réédité: Paris, Albin Michel, 1996).
  • Pierre Bayle et l’instrument critique, Présentation, choix de textes, bibliographie par E. Labrousse, Paris, Seghers, 1965.
  • (édition et introduction) Henri Basnage de Beauval, Tolérance des religions, Londres/New York, 1970.
  • (édition) Pierre Bayle, Ce que c’est que la France toute catholique sous Louis le Grand, édition E. Labrousse avec la collaboration de H. Himmelfarb et Roger Zuber, Paris, Vrin, 1973.
  • L’Entrée de Saturne au Lion (L’éclipse du soleil du 12 août 1654), La Haye, Nijhoff, 1974.
  • en collaboration avec Philippe Joutard, Janine Estèbe et J. Lecuir, Le Massacre de la Saint-Barthélemy, ou les résonances d'un massacre, Neuchâtel 1976.
  • (éd.) Pierre Bayle, Œuvres diverses, éd. et préface d'E. Labrousse, Hildesheim et New York, Georg Olms, 1982.
  • Une foi, une loi, un roi ? La révocation de l’Édit de Nantes, Paris, Payot / Genève, Labor et Fides, 1985.
  • (édition) Avertissement au protestants des provinces (1684), texte présenté par E. Labrousse, dans Études d'Histoire et de Philosophie religieuses, no 67, Paris, PUF, 1986.
  • Notes sur Bayle, Paris, Vrin, 1987.
  • (éd.) La Correspondance de Pierre Bayle, Oxford, The Voltaire Foundation, 1999.

RéférencesModifier

  1. Hubert Bost, « Elisabeth Labrousse », in Dictionnaire prosopographique de l'École pratique des hautes études, màj 21 février 2018, [lire en ligne]
  2. Thèse de doctorat, Université de Paris, 1963, notice du Sudoc [1]
  3. Le Tricentenaire de la Révocation de l'Edit de Nantes. Historiographie et commémoration sur persee.fr
  4. Antony McKenna, « Élisabeth Labrousse », La Lettre clandestine, no 8,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2018).
  5. (en) St Hilda's College - Elizabeth Labrousse, Hon. D. litt. (D. ès L. Paris), ; Honorary Fellow from 1979 sur ox.ac.uk/gazette

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Mélanges
    • De l'humanisme aux Lumières. Bayle et le protestantisme. Mélanges en l'honneur d’Élisabeth Labrousse (Michelle Magdelaine, Maria-Cristina Pitassi, Ruth Whelan et Antony McKenna), Paris, Universitas et Oxford, Voltaire Foundation, 1996, 746 p. (ISBN 9782740000212)
    • Élisabeth Labrousse, Conscience et conviction. Études sur le XVIIe siècle, Universitas et Oxford, Voltaire Foundation, 1996, 299 p.[1]


Liens externesModifier

  1. [compte rendu, « Conscience et conviction : études sur le XVIIe siècle », Dix-huitième siècle, no 29,‎ , p. 659 (lire en ligne, consulté le 27 mars 2018).