Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maraini.
Fosco Maraini
Fosco Maraini.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
FlorenceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Italien ( - ), Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Père
Antonio Maraini (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Yoï Crosse (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Topazia Alliata (en) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Dacia Maraini
Yuki Maraini (d)
Toni Maraini (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Fosco Maraini, né à Florence, le et mort le dans la même ville, est un ethnologue, orientaliste, alpiniste et écrivain italien.

Dacia Maraini, l'une de ses filles, est une écrivaine.

BiographieModifier

Premiers voyagesModifier

Fosco Maraini est le fils du sculpteur Antonio Maraini (it) et de l’écrivain Yoï Crosse (it).
Poussé par une immense curiosité pour l'Orient, il embarque en 1934 comme professeur d’anglais sur l’Amerigo Vespucci, navire école de la marine italienne. Il découvre l’Égypte, le Liban, la Syrie et la Turquie. En 1937, diplômé en sciences naturelles et anthropologie à l’université de Florence, il rejoint l’équipe de l’orientaliste Giuseppe Tucci et part au Tibet. Il se consacrera désormais à l’ethnologie et à l’étude des cultures orientales.

À la rencontre des peuples d’OrientModifier

Juste avant la Seconde Guerre mondiale, il s’installe au Japon pour enseigner l’anglais à l’Université de Kyōto. Mais le 11 septembre 1943, il s’oppose à l’injonction de regagner l’Italie pour rejoindre la République de Salò, ultime avatar du régime fasciste. Il est alors interné avec toute sa famille dans un camp d’internement à Nagoya. Quand la guerre prend fin il revient en Italie, puis repart vers ses destinations de prédilection : Tibet, Japon, Corée...

Il enseigne le japonais à l’université de Florence. Il est considéré comme l’un des plus grands experts de la culture aïnoue, peuple du nord du Japon. Il est également connu pour ses photos des ama, réunies dans l'ouvrage Hekura, The Diving Girl’s Island.

AlpinismeModifier

 
Les membres de l'expédition de 1958 dans le Gasherbrum IV. Fosco Maraini est le premier debout penché à droite.

En 1950, Fosco Maraini est engagé comme conseiller technique en volcanologie pour le film de William Dieterle « Vulcano », avec Anna Magnani dans le rôle principal. En 1958, alpiniste accompli, il est invité par le Club alpin italien à participer à l’ascension du Gasherbrum IV (7 980 m) dans le massif du Karakoram.

ŒuvresModifier

Il est l’auteur de nombreuses photographies prises en Asie centrale, au Japon et au Tibet, ainsi que dans les massifs du Karakoram et de l’Hindou Kouch. Sa production photographique fera l’objet de nombreuses expositions en Europe et au Japon. Il est l’auteur d’ouvrages ethnologiques, ainsi que d’œuvres littéraires (romans et poésie).

  • Tibet Secret (Segreto Tibet), préface de Bernard Berenson, traduction de Juliette Bertrand (ouvrage orné de 68 héliogravures d’après les photographies de l’auteur), Arthaud, Grenoble, 1954 (ouvrage paru en 1952)
  • Japon (Ore giapponesi), traduction de Angélique Lévi (ouvrage orné de 79 photographies de l’auteur), Arthaud, Paris, 1969.
  • Le Nuvolaire. Principes de nubignose, Florence 1956, Rome 1995, traduction de Alain Adaken, Clémence Hiver éditeur, Sauve (Gard) 1999 (ISBN 2-905471-44-1)
  • (it) Gli ultimi pagani [appunti di viaggio di un etnologo poeta], Red ed., Como, 1997, 230 p. (concerne les Nouristani).

BibliographieModifier

  • Mauro CIVAI et Jade VLIESTRA, Sindrome d’Oriente ; Mauro Civai : « Un idea d’arte », p. 6, Jade Vliestra : « Come sempre arte e bellezza sono al di sopra della vita », p. 8, Jade Vliestra : « Intervista a Dacia Maraini », p. 14, Hidemichi Tanaka, « L’influenza cinese e mongola nella pittura senese del XIV secolo », p. 20 (exposition du 31 mars au 25 mai 2001 au Palazzo Publico de Sienne).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :