Firmin d'Uzès

Firmin d'Uzès
Firmin d'Uzès.jpg
Châsse reliquaire de Firmin d'Uzès
Fonction
Évêque d'Uzès
-
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Père
Mère
Industria (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Étape de canonisation
Fête

Saint Firmin est le quatrième évêque d'Uzès, 538 à 553. Sa fête est le 11 octobre (natalice).

ChronologieModifier

ca. 480.   Il naît probablement à Narbonne, fils de Tonantius Ferreolus, sénateur à Narbonne et d'Industria[1].
ca. 492.   Âgé de douze ans, il vient auprès de son parent Ruricius, patrice et évêque[2]. Les premières interprétations des Acta Firmini ont considéré qu'il s'agissait de Roricius d’Uzès, étant donné que Firmin lui succède dans cette ville. Seulement, Roricius est évêque d’Uzès de 533 à 538, ce qui rend cette interprétation chronologiquement improbable. Considérer qu'il s'agit de Ruricius évêque de Limoges de 484 à 507 est plus pertinent[3].
538.   Il succède à Roricius d’Uzès.
538.   Il souscrit aux quatrième et cinquième conciles d'Orléans.
551.   Il assiste au deuxième concile de Paris. — L'évêché d'Uzès passe sous la métropole d'Arles.
553.   Il meurt le 11 octobre. — Il fut inhumé [4] dans l'église Saint-Baudile qu'il avait fait construire à Uzès, au nord de la ville et qui prit plus tard le nom de Saint-Firmin. L'église a été entièrement détruite en 1621 lors des guerres de religions.


Son nom figure au Calendrier français des fleuristes 2011.

RéférencesModifier

  1. Settipani 2014, p. 212.
  2. Acta Firmini
  3. Settipani 2014, p. 238-239
  4. Marie Rochette et Peloux Fernand, « Uzès, de la ville romaine à la cité chrétienne », Le Patrimoine, histoire, culture et création d'Occitanie, no 54,‎ , p. 116-120 (lire en ligne, consulté le )

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Guillaume Catel, Mémoires sur l'histoire du Languedoc, Toulouse, .
  • Louis de la Roque, Armorial de la noblesse du Languedoc, Paris, (lire en ligne).
  • Eugène Germer-Durand, Le Prieuré et le Pont Saint-Nicolas de Campagnac, Nîmes, (lire en ligne).
  • Joseph-Hyacinthe Albanès et chanoine Ulysse Chevalier, Gallia christiana novissima : Histoire des archevêchés, évêques et abbayes de France d'après les documents authentiques recueillis dans les registres du Vatican et les archives locales, Arles, (lire en ligne).
  • Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, vol. X, Paris, Librairie Renouard, (lire en ligne), p. 140, note no 1, principalement d'après Gallia christiana, t. VI, p. 643 ainsi que Le bulletin du Comité historique des monuments écrits de l'histoire de France, Histoire, sciences, lettres, t. III, p. 247, Paris 1852.
  • Claude Devic et Joseph Vaissète, « Note LXI : Église d'Uzès. Évêques d'Uzès », dans Histoire générale de Languedoc, t. IV, Toulouse, Édouard Privat libraire-éditeur, (lire en ligne), p. 297-304.
  • A. Debat, « Trois frères évêques en Rouergue, Pierre d'Aigrefeuille, évêque de Vabres (1347-1349), Raymond d'Aigrefeuille, évêque de Rodez (1349-1361), Faydit d'Aigrefeuille, évêque de Rodez (1361-1371) », La Revue du Rouergue, vol. 19,‎ , p. 375-424 (lire en ligne).
  • Georges Charvet, La première maison d'Uzès, étude historique et généalogique de la première maison d'Uzès suivi du catalogue analytique des évêques d'Uzès, Nîmes, Lacour-Ollé, éditeur, 2002 (réimpression).

Articles connexesModifier